Une parabole sur les études
中国国际广播电台

Le prince Ping du royaume de Jin dit un jour à son maître de musique, Shi Kuang, qui était aveugle :

---J’aimerais beaucoup lire de bons livres et étudier, mais j’ai soixante-dix ans sonnées, c’est trop tard pour commencer.

---Si c’est trop tard, pourquoi ne faites-vous pas allumer les bougies ? lui répondit le maître de musique.

Le prince s’étonna :

---Je vous parle de choses sérieuses, et vous plaisantez !

Le maître de musique reprit :

--Je ne suis qu’un pauvre aveugle, comment oserais-je plaisanter avec votre Altesse ? Ce que je veux dire c’est que quand on commence à étudier dans sa jeunesse, c’est le soleil radieux du matin ; quand on commence dans l’âge mûr, c’est comme le soleil de midi qui atteint le zénith et quand on commence sur ses vieux jours, c’est comme la flamme des bougies, lumière bien faible, il est vai, mais n’est-ce pas mieux que l’obscurité complète ?

--Vous avez parfaitement raison, convint le prince.