Deux pêches tuent trois guerriers
中国国际广播电台

Au 3e siècle avant notre ère, c’était la période dite des Royaumes combattants. Dans le Royaume de Qi, il y avait trois guerriers, Tian Kaiqiang, Gu Zhizi, Gong Sunjie, que l’on appelait « les trois braves  guerriers». Gâtés par le roi, les trois guerriers devinrent orgueilleux, despotiques et désobéissants. Un homme du nom de Chen Wuyu le sut et projeta de corrompre ces trois guerriers afin de fomenter une révolte.

Yan Ying, le premier ministre du Royaume de Qi, grâce à un espion, apprit ce qui se tramait et s’inquiétant pour l’avenir de son Etat, il décida d’éliminer les trois guerriers.

Un jour, le roi de Qi reçut au palais le roi du Royaume de Lu, Yan Ying, les trois guerriers, et deux mandarins. Voyant le comportement effronté des trois, Yan Ying eut une idée. Il demanda au roi la permssion d’aller cueillir des pêches dans le jardin pour les offrir aux invités. Le roi fut d’accord. Yan Ying revînt avec six pêches, deux pour les deux rois, deux pour deux premier ministres et il n’en resta plus que deux. Comment les répartir ? Yan Ying proposa de les donner à ceux qui avaient réalisé le plus brillant exploit.

Le roi considéra que c’était une bonne idée. Un des trois guérriers, Gongsun Jie dit qu’il avait sauvé la vie du roi en tuant un tigre lors d’une chasse et que c’était sans aucun doute le plus grand exploit. Yan Ying lui donna une pêche. Gongsun Jie sourit.

Un des deux autres guerriers, Gu Zhizi dit avec impatience qu’il avait tué une grosse tortue et également sauvé la vie du roi quand ils traversèrent le Fleuve Jaune et qu’il avait droit à la deuxième pêche. Le roi trouva qu’il avait raison et lui donna la dernière pêche.

Le troisième guerrier se mit en colère, et rappela qu’il avait vaincu presqu’à lui tout seul le royaume voisin dans le combat et capturé plus de cinq cent ennemis. Il demanda ensuite au roi s’il ne pensait pas que c’était ça le plus brillant exploit. Le roi le consola :

- « Puisqu’il n’y a plus de pêche, je te récompenserai la prochaine fois. »

Mais le guerrier ressentit cela comme une insulte et ne put le supporter. Il dégaina son épée avec laquelle il se trancha la gorge. L’un de ces deux camarades défourailla également son sabre et dit :

-          « Mes exploits sont moins brillants que celui du Général Tian, mais il n’en a pas été récompensé , ce n’est pas supportable. »  

Et juste après ces propos, il se suicida. À ce moment-là, le dernier des trois guerriers, Gu Zhizi, dit :

-          « Nous trois avons juré de vivre ensemble et de mourir ensemble. Comment puis-je vivre tout seul ? »

Puis il mit également fin à ses jours.

Tout cela se produisit beaucoup trop vite pour qu’on puisse l’empêcher. N’utilisant que deux pêches, Yan Ying élimina les trois guerriers et un danger national latent.