Passer de l’arrogance au respect
中国国际广播电台

A l’époque des Royaumes combattants en Chine au 5ème siècle avant J.C, il y avait 7 royaumes à savoir : Qin, Yan, Zhao, Qi, Chu, Han, et Wei. L’ancien royaume de Qin se trouvait dans l’actuelle province du Shaanxi, et était de loin le plus puissant de tous les 7. Il a occupé des terres des 6 autres royaumes pendant de nombreuses années. Dans ce contexte, au sein des classes dirigeantes de ces 6 royaumes il y avait deux principales forces, l’une pro-Qin, l’autre anti-Qin.

Parmi les politiciens, et plus précisément les conseillers, il y en avait un qui s’appelait Su Qin. Dans sa jeunesse ce dernier était pro-Qin, il se rendit donc un jour au royaume de Qin pour faire accepter ses idées au roi de Qin. Selon lui le Qin devrait d’abord développer des relations amicales avec les autres 6 états, et ensuite les annexer un par un. Mais le roi de Qin refusa d’écouter Qin, car le Qin n’avait pas accompli et ne voulait pas accomplir les préparatifs pour unifier tous les royaumes. Su Qin fut complètement abattu, il n’avait plus d’argent pour ses frais de voyage, et fût obligé de rentrer chez lui, à Luo Yang.

Rentrant en piteux état, ses parents ne lui adressèrent plus la parole, sa femme ne voulait plus le voir, et sa sœur le critiquait sans arrêt, et ne lui faisait même plus à manger. Su Qin fut désolé de confronter la situation difficile. Il pris donc la résolution d’apprendre la stratégie et la tactique militaire, afin de devenir un dignitaire et pour se laver de sa honte.

Après avoir étudié de manière très approfondi la situation de tous les royaumes, Su Qin pensa qu’il était plus efficace de créer une coalition entre les 6 royaumes afin de lutter contre le Qin. Cette fois-là, Su Qin réussit à persuader les dirigeants de ces 6 royaumes du bienfondé de son idée, puis il devînt le chef d’état-major des armées alliées. Le Qin n’osa plus attaquer personne pendant 15 ans.

En tant que chef d’état-major des armées de la coalition, Su Qin obtînt un haut statut dans la société. Un jour, il passa par Luoyang, son pays natal, les fonctionnaires locaux lui firent une haie d’honneur pour l’accueillir. Même ses parents l’attendaient cette fois devant la porte. Sa femme se cachait dans un coin de la chambre, n’osant pas le regarder en face, et sa sœur était pleine de déférence envers lui. Alors, Su Qin soupira et dit :

- « Quand on est pauvre, même nos parents nous méprisent, mais quand on devient riche, alors ils ont peur de nous, quelle chance ! »

Voilà l’histoire du proverbe chinois : passer de l’arrogance au respect.