Histoire du Palais impérial de Shenyang
中国国际广播电台

Le Palais Impérial de Shenyang situé dans le Nord-Est de la Chine est seulement légèrement inférieur au Palais Impérial de Beijing tant par son envergure que par son état actuel de conservation en comparaison avec les autres édifices impériaux existants actuellement en Chine. Différent du Palais Impérial de Beijing, le Palais Impérial de Shenyang a été construit par les empereurs Mandchous. Son histoire est particulière et possède la couleur ethniques prononcée de ses bâtisseurs.

Le Palais Impérial de Shenyang est situé au centre l’ancienne ville de Shenyang, capitale de la province du Liaoning, dans le Nord-Est de la Chine. Il était l’ancien Palais impérial de la Dynastie des Qing (1616-1911). Son histoire est particulière. Au début du 17 ème siècle, les Mandchous, ethnie nomade du le Nord-Est de Chine établissent un état indépendants, l’état des Jin. L’empereur des Jin, Nurhaci installe sa capitale à Shenyang et y construit son Palais impérial. Après être monté sur le trône, son fils Huang Taiji change le nom de l’empire en “Qing”. Et une fois la construction terminée, ce palais devient “le Palais Impérial” de Shenyang. Les deux premiers empereurs Huang Taiji et Fuling des Qing sont couronnés dans le Palais Impérial de Shenyang. Plus tard, les Qing ont conquis la Plaine centrale ( le bassin des cours moyen et inférieur du fleuve Huanghe) et renversé la Dynastie des Ming. Ils y ont installé le nouveau régime centralisé de Chine, et ont transféré leur capitale à Beijing. Depuis lors les empereurs des Qing ont habité la Cité interdite de Beijing. Shenyang est devenu la capitale secondaire du gouvernement Qing. Et le Palais Impérial de Shenyang a été apellé “Palais de la capitale secondaire”.

Le Palais Impérial de Shenyang couvre une superficie de 60 000 mètres carrés. Il compte plus de 70 bâtiments et plus de 300 pièces. Différent des autres Palais impériaux traditionnels de Chine, il possède des caractèristiques propres à l’ethnie Mandchoue. Les bâtiments composant le Palais Impérial de Shenyang sont rangés des deux côtés des trois axes centre, est et ouest. Les édifices construits de part et d’autre de l’axe Est sont les plus représentatifs. Parmi ces édifices, le Dazhengdian (la Grande Salle des Affaires politiques) est l’édifice le plus important. C’estaxe central, Dazhengdian était le pavillon impérial. C’était une salle d’audience et de cérémonie solennelle. Des deux côtés du Dazhengdian, se dressent 10 petites Salles en forme de pavillon. Ces dix petites Salles sont disposées face à face par paires, en rangs. Ce sont les Pavillons de dix Rois. C’est l’endroit où dix importants ministres de la Cour impériale gèrent leurs affaires. Du point de vue architectural, le Dazhengdian est en réalité un pavillon. Mais, il est très volumineux et somptueux. Par conséquent, on l’appelle “Palais”. La disposition architecturale de la Grande Salle des Affaires politiques et des Pavillons de dix Rois tient son origine des tentes de l’ethnie nomade. Ces 11 pavillons sont le symbole des 11 tentes. De la tente fluide on passe au pavillon solide, cela marque l’évolution de la culture de l’ethnie nomade.

Le Palais Impérial de Shenyang recèle beaucoup d’indices folkloriques Mandchous. Par exemple, devant la porte principale du Palais de la pureté et de la tranquillité, édifice situé sur l’allée centrale, se dresse un poteau en bois haut de 7 mètres au centre de la cour. Ce poteau est installé sur un socle en marbre blanc. Un boisseau en étain est placé au sommet. A première vue, il est peu commun de dresser un poteau en bois dans la cour d’un Palais impérial. Cela n’est pas en accord avec la coutume. Cependant, ce poteau est un mât en fait dans un bois extraordinaire. C’est un mât de Suolun, un “mât sacré” utilisé lors des cérémonies traditionnelles Mandchoues pour offrir un sacrifice au Ciel. Selon la tradition Mandchoue, on doit mettre du riz et des organes de porc broyés dans le boisseau en étain pour nourrir les corbeaux et faire ainsi un sacrifice au ciel. Cette coutume prend son origine dans une légende. On dit que Nurhaci, fondateur de la Dynastie des Qing a été poursuivi par des adversaires dans sa jeunesse. Ils voulaient le tuer. Se trouvant dans une impasse, Nurhaci se coucha dans un fossé caché dans l’herbre se soumettant à la volonté du ciel. Soudain, un groupe de corbeaux arriva et fondit sur son corps, le recouvrant complètement. Par conséquent, Nurhaci a réussi à se débarrasser de ses adversaires. Plus tard, Nurhaci est devenu le premier empereur Jin. En remerciement, il a donné l’ordre à tous les citoyens mandchous de dresser dans leur cour un mât en bois surmonté d’un boisseau en étain pour offrir de savoureux mets aux corbeaux. C’est ça cause de cette légende que nous pouvons voir des mâts de Suolun dans la cour des Palais impériaux Qing.

Dans le Palais Impérial de Shenyang, la culture Mandchou est partout. Par exemple, la salle à coucher est construite plus élevée que la Salle principale. C’est une habitude des nomades Mandchous, qui aiment se protèger en couchant plus haut que le sol pendant la chasse en forêt et en montagne. Mais, au début de la Dynastie des Qing, les gouveneurs de la Dynastie ont incorporé les coutumes de la plaine centrale, se laissant influencer par la culture Han. Par exemple, la structure architecturale de la Grande Salle des Affaires politiques perpétue la tradition architecturale de la Dynastie des Song (l’an 960-1279), tout en appartenant au style architectural traditionnel des Han. Par ailleurs, le nom de la Salle à coucher du Palais Impérial de Shenyang est identifique avec celle des Han, ces noms sont de l’origine du “Livre des odes”, un livre traditionnel des Han.

La partie principale du Palais Impérial de Shenyang a été construite en 1625, et a été achevée dix ans après. Puis pendant quelques 150 ans, les empereurs Kangxi, Yongzheng et Qianlong ont réparé et agrandi ce Palais Impérial. Par conséquent, le Palais Impérial de Shenyang a mélangé les styles artistiques des architectures de différentes ethnies telles ques les Han, les Mandchou, les Mongols, les Hui, les Tibétains et d’autres. On peut dire que ce Palais Impérial est le cristal de la culture de la nation chinoise, et un important trait d’union en Chine entre les différentes ethnies et cultures.