中国国际广播电台

Après que l’Humanité fut céée, elle vécut de la chasse et la pêche et cueillit des fruits pour manger. Mais il arriva souvent que on ne put pas manger à sa faim.

Il y avait une jeune fille qui s’appella Jiangyuan. Un jour, elle vit une emprinte de semelle dans la forêt. Crurieuse et inréréssée, elle mit son pied dans l’emprinte. Une chose étrange se produit, elle sentit que un tremblement dans son corps. Peu temps après, elle fut enceinte et donna naissance à un garçon. Comme l’enfant n’eut pas de père, les habitants craignaient qu’il porterait de malheur au village et l’abandonna dans la forêt, croyant qui’il mourirait de faim. A la surprise des villageois, des animaux passants soignèrent l’enfant et des animaux femelles le nourrirent. Abondonné plusieurs fois,  l’enfant put toujours suirvivre.

Les villageois commencèrent à se rendre compte que ce petit garçon fut un homme extraordinnaire. On le rendit à sa mère qui le nomma « Qi ». Ce mot signifie abandonner.

Voyant que l’on vit de la chasse et des fruits sauvages et qu’on n’avait pas de domicile fixe, Qi avait l’intention de chercher quelque moyen d’avoir des vivres plus assuré. Après des constations et des pratiques, il choisit les grains de blé, de riz, de soja, de sorgho et des pépins des fruits et les complanta dans un petit champ cultivé par lui-même. Avec sa soin, des plantes lui donnèrent une riche récolte.

Pour mieux cultiver les plantes sauvages, Qi fabriqua des outils simples avec des pierres et du bois. Quand il devint un homme mûr, il avait amoncelé beaucoup d’exprériences agricoles qu’il apprendrait aux autres sans réserve. Dès lors, l’humanité commença à faire et vécut de la culture. On l’appela « Hou Ji ». Hou signifie roi, Ji signifie céréale.