中国国际广播电台

Différente de l’épopée tibétaine « la Vie du roi Gesar » et de l’épopée mongole « Jiang Ge’r », l’épopée « Manas » ne décrit pas un seul personnage, mais une grande famille de huit générations.

« Manas » est une épopée héroïque de la minorité Khalkhase, l’une des plus anciennes minorités de la région autonome ouïgoure du Xinjiang dans le Nord-Ouest de la Chine. L’épopée « Manas » qui s’est répandue du 9e au 10eme siècle, reflète l’intelligence de la nation. Elle est devenue une oeuvre fabuleuse, riche des caractéristiques artistiques les plus prononcées grâce aux chanteurs de la minorité khalkhase. On dit même que cette épopée est d’inspiration divine et non humaine. Les chanteurs, à l’instigation de Dieu, possèdent ainsi une incroyable capacité à retenir des milliers de lignes de vers.

 Manas est le nom du célèbre chef et héros d’une légende populaire de la minorité khalkhase. Il est l’incarnation de la force, du courage et de l’intelligence. L’épopée décrit ainsi la lutte de huit générations de Manas contre les envahisseurs étrangers, à la tête de la minorité khalkhase pour la liberté et le bonheur du peuple. Cette épopée est composée de huit parties dont le titre général est « Manas », du nom du personnage principal. Toutes les parties sont indépendantes les unes des autres et racontent une histoire fabuleuse d’une génération de la famille. L’épopée compte à elle seule 210 000 lignes de vers, soit plus de 20 millions de caractères chinois. 

La caractéritique la plus remarquable de l’épopée « Manas » est la description des héros et des scènes de combat. Et outre Manas et ses descendants, plus d’une centaine de personnages de l’épopée possèdent des personnalités remarquables tels que des intellectuels, des compagnons d’armes de Manas, des transfuges, des fantômes etc... Par ailleurs, lors des grandes scènes de batailles, quelques dizaines d’armes et de chevaux sont également présentés.

En tant qu’épopée populaire, « Manas » compte une dizaine de milliers d’auteurs qui sont appelés « Manasqi ». Il y a plus de mille ans, personne ne pouvait chanter toute cette épopée et il n’y avait pas d’oeuvres écrites jusqu’à l’apparition du poète appelé Jusupu Mamayi.

Jusupu Mamayi a aujourd’hui 85 ans. Il est connu sous le nom de « Homère vivant ». Toute sa vie, il s’est dévoué à rassembler les archives pour pouvoir chanter l’épopée «Manas ». En 1940, il a donné  sept représentations successives de « Manas » durant ses moments de repos. Cela lui a valu une renommée mondiale. De 1984 à 1995, ce poète a chanté et publié successivement cette épopée remarquable, ce qui représente au total 18 volumes. Parmi les trois grandes épopées chinoises, celle-ci est la seule chantée par un seul poète.

Actuellement, « Manas » est publié en chinois. Ses principaux passages ont été également traduits en anglais, en français, en allemand, en japonais etc. ... Grâce à sa contribution, le 17 février 2004, Jusupu Mamayi a remporté le prix d’art et de littérature de Tianshan, ville de la province du Xinjiang.

Considérée comme un chef d’oeuvre populaire khalkhase, « Manas » a exercé une influence profonde parmi la population khalkhase et a acquis  une grande réputation dans l’histoire de la littérature chinoise et étrangère. De sorte que l’année 1995 a été décrétée par l’ONU comme « l’Année Internationale de Manas ».