La Pérégrination vers l'Ouest
中国国际广播电台

« La Pérégrination vers l’Ouest » est l’un des romans mythologiques les plus réussis de la littérature chinoise. Ce récit fantastique et humoristique fut inspiré à l’auteur Wu Cheng'en, par une longue tradition littéraire ayant pour origine lointaine la Relation des pays de l'Ouest, du célèbre moine pèlerin Xuanzang, parti pour l'Inde en quête de textes sacrés bouddhistes, accompagné  de trois de ses disciples, et qui ne revint que dix-sept années plus tard. Dans la fiction, le voyageur se fait escorter également du roi des singes, capable de déjouer mille obstacles, ainsi que d'animaux anthropomorphes monstrueux.

Wu Chen’en est né en 1506 à Huai An dans la province du Jiangsu. Vif et intelligent, enfant, il a développé de nombreux centres d’intérêts et de talents. Il excellait en peinture et en calligraphie, aimait composer, maîtrisait le jeu de dames chinoises et collectionnait les peintures et les calligraphies d’artistes célèbres. Il s’est même fait remarquer pour son don pour la littérature dans sa jeunesse. Et pourtant, il a échoué aux examens impériaux, le contraigant à une vie modeste. Mais cette expérience lui a permis de mieux connaître la corruption des milieux officiels féodaux et l’inconstance des relations humaines dans la société. Ces thèmes devinrent alors l’objet de critiques que Wu Cheng’en a exprimées dans des poèmes. Il y a alors décrit la laideur de la société où les gouverneurs préféraient laisser des hommes corrompus au pouvoir au détriment d’hommes de talent. Toute cette frustration et colère accumulée, Wu Cheng’en l’a retranscrite dans son roman « la Pérégrination vers l’Ouest ». Un ouvrage auquel il a consacré toute sa vie. Enfant, il accompagnait souvent son père dans les temples anciens et les forêts aux alentours de Huai An. A chaque site, son père lui racontait de nombreuses légendes mystérieuses. Cheng’en a donc développé très jeune, le goût pour les récits fabuleux, goût qui n’a cessé de s’accentuer avec l’âge. Après l’âge de 30 ans, il avait rassemblé un recueil important d’histoires et de légendes fabuleuses. Il décida alors de se mettre à écrire. Ce n’est que vers l’âge de 50 ans qu’il écrivit les dix premiers chapitres du roman «La Pérégrination vers l’Ouest ». Mais il fut obligé d’arrêter son oeuvre en cours, pendant plusieurs années. Ce n’est qu’après avoir donné sa démission à la fonction publique et être retourné dans sa ville natale, une fois âgé, qu’il put achever son oeuvre.

« La Pérégrination vers l’Ouest » est divisée en plusieurs histoires. Chacune d’elles font l’objet de chapitres entiers qui ont pourtant des liens entre eux. Les êtres immortels qui peuplent cet ouvrage symbolisent la Justice, et les monstres, le Mal. Si l’auteur a crée un monde mythologique extravagant dans son roman, on y trouve cependant certaines caractéristiques humaines. Ainsi, le palais céleste sacré est majestueux, mais le roi du ciel suprême qui est borné, ne parvient même pas à faire la distinction entre les hommes compétents et ceux stupides. De plus, l’ordre hiérarchique y est strict, les mandarins se soutiennent mutuellement, les fonctionnaires se laissent corrompre, les innocents ne savent à qui s’adresser pour se faire réhabiliter. Donc, cette société imaginaire est en tout point semblable à la société humaine. Les monstres tuent et mangent les gens, convoitent les richesses et les beautés. Ils sont  prêts à tout pour exercer leur hégémonie en s’appuyant sur leurs pouvoirs magiques. Ils représentent donc l’incarnation parfaite des tyrans et des bureaucrates du monde. D’autre part, Wu Cheng’en a crée Sun Wukong, un personnage qui lutte contre le Mal. Sun Wukong peut dompter tous les monstres grâce à son bâton d’or. La volonté de l’auteur d’éradiquer toute la laideur de la société dans laquelle il vivait, se manifeste justement au travers de ce personnage.  

Le roman « La Pérégrination vers l’Ouest » de Wu Cheng’en a exercé une grande influence sur les générations suivantes et depuis plusieurs siècles, il a inspiré de nombreuses oeuvres littéraires pour les enfants, de films et de pièces de théâtre.