Parlons du nom de la Grande Muraille
中国国际广播电台

La Grande Muraille est une construction mondialement connue. Pendant plusieurs milliers d’années et dès l’époque des Royaumes combattants, les rois et les empereurs ont entrepris , l’un après l’autre, des travaux gigantesques, pour protéger leurs Etats des incursions des nomades du Nord, et ainsi fut batti cet énorme système de défense

Le premier, l’un des plus important est le « passage Shan hai » (le passage entre la montagne et la mer). Il porte ce nom car il est près de la montagne Yan et donne sur la mer bohai. C’est le premier morceau de la Muraille.

Un passage nommé « le passage Nianzi » (le passage des femmes) se situe dans un endroit très escarpé, facile à protéger et difficile à prendre. Au début de la dynastie des Tang, la troisième fille de l’empereur, la princesse Pingyang s’y trouvait en garnison. Elle était experte en arts matiaux, et l’armée qu’elle guidait fut nommée « l’armée Niang Zi »(l’armée des femmes), d’où le nom de ce passage.

Dans la province du Shanxi il y a une vallée où se trouve le passage Yanmen (le passage de la porte des oies sauvages) de la Grande Muraille. Etant donné que les montagnes entourant ce passage sont très proches l’une de l’autre, on dit que même les oies sauvages ne peuvent y passer. C’est évidemment une hyperbole, mais cela donne un aperçu de l’étroitesse de cette gorge. On appèle donc ce passage « le passage de la porte des oies sauvages ».