中国国际广播电台


En 1125, les Protomandchous s'étaient emparés du nord de la Chine, mettant fin à la dynastie des Song du Nord. Les Song du Sud purent composer avec ces dangereux voisins, mais bientôt, les Mongols, surgissant du cœur de l'Asie après avoir opéré d'immenses conquêtes vers l'ouest, se jetaient sur la Chine, renversant les Jin en 1234, puis les Song du Sud en 1276-1280.

Sur le plan intérieur, l'empire fut réorganisé en provinces, qui sont restées sensiblement les mêmes jusqu'à nos jours: consciemment ou non, les époques postérieures ont donc, d'une certaine manière, recueilli l'héritage mongol.

La réouverture de la Route de la soie, pratiquement inexploitée depuis les Tang, annonçait une ère de prospérité économique.

Les premiers bénéficiaires en furent les grandes villes, dont le développement s'était amorcé sous les Song. La Hangzhou des Mongols fut une métropole fréquentée par tous les peuples de l'Asie; elle vit même les Italiens Marco Polo. Stèles et bas-reliefs ont révélé la présence, dans les villes du Sud, de communautés hindouistes, musulmanes, chrétiennes, etc.

La dynastie des Yuan connut une période d'essor culturel, Cet essor fut en grande partie permis par les nouveaux contacts: arrivée en Chine du Nord de musulmans, de chrétiens, de juifs. Impact aussi et surtout des peuples de l'Asie centrale, Tibétains, Turcs, etc.

La période des Yuan est riche de grands peintres. Pourtant, presque tous, méprisant les conquérants barbares, s'éloignèrent de la cour pour peindre dans l'intimité. Tchao Mong-fou (1254-1322) fait exception à la règle: il eut accès à des hautes charges (ce sont d'ailleurs des lettrés tels que lui qui, en civilisant les Mongols, contribuèrent le mieux à leur chute). Cet excellent calligraphe fut un spécialiste de la peinture de chevaux, mais aussi un grand paysagiste, original et sensible (il ne peignait pas pour la cour, mais pour son plaisir).