中国国际广播电台

Lorsque l’on traite un malade, on identifie tout d’abord la mamadie en faisant une analyse systématique des symptômes, du physique, de l’anamnèse, de la psycologie, des relations familiales, ainsi que des conditions climatiques, géographiques et sociales auxquelles le malade est soumis, puis on fait le diagnostic et établit l’ordonnance. Se basant sur la théorie dialectique, on peut utiliser différents remèdes dans le traitement d’une même maladie, ou un même remède pour différentes maladies. Par exemple, il existe plusieurs remèdes pour guérir le rhume, mais un seul est efficace contre l’indigestion ou la constipation due à l’insomnie, l’asthme ou d’autres maladies.

Dans la médecine chinoise, les conceptions dialectiques, d’ensemble et de mouvement perpétuel résident dans la doctrine du Yin et du Yang et des Cinq éléments et dans les théories sur les quatre diagnostic et les huits symptômes, la tonification du sang et de l’énergie, les cinq viscères et les six entrailles. On interprète les manifestations physiologiques et pathologiques par les notions du Yin et du Yang qui constituent une unité de contraires : l’équilibre de ces contraires est à la base d’une bonne santé, leur déséquilibre ou la disparition de l’un ou de l’autre provoque des maladies. Le « retour à la nature » et la « remise en simplicité et en vérité », prônés ces dernières années par certains spécialistes des milieux médicaux internationaux, ont justifié la scientificité de la médecine chinoise.