Les célèbres académiennes chinoises
中国国际广播电台

Lin Qiaozhi

Lin Aiaozhi est née le 23 décembre 1901 à Xiamen, sur l’île de Gulangyu, dans la province du Fujian. Elle a obtenu son doctorat en médecine en 1929 à l’Institut médical de Xiehe, et a cumulé les responsabilités : femme professeur, directrice du service de gynéco-obstérique de l’Hôpital de Xiehe, directrice honoraire de la maternité de Beijing, vice-présidente de l’Académie des sciences médicales de Chine... autant de titres qui reflètent la diversité de ses spécilisations : ellea fait de la recherche sur l’aspiration des foetus dans l’urérus, sur la production et le développement des tumeurs, la production et le traitement de la tuberculose des femmes. Et son parcours a été marqué par un grand nombre de travaux de généralisation des connaissances scientifiques et par une attention particulière portée à la protection maternelle et infantile. Elle a ainsi acquis un niveau de connaissance et une maîtrise technique très élevés, ce qui lui a valu, en 1955, d’être élue membre de l’Académie des Sciences de Chine. Lin Aiaozhi est décédée en 1983, à l’âge de 82 ans.

Xie Xide

Xie Xide est née le 19 mars 1921 à Quanzhou, dans la province du Fujian. Diplômée en 1946 de l’Université de Xiamen, elle obtient cinq ans plus  tard son doctorat en physique à l’Institut technologique du Massachusetts, aux Etats-Unis. C’est dans ce même institut qu’elle continue ses recherches, mais douze instituts et universités des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, du Canada, du Japon et de la Région administrative spéciale de Hongkong lui décernent le titre de docteur honoraire en sciences. Depuis 1980, elle fait partie de l’Académie des sciences de Chine. En 1988, elle entre à l’Académie des sciences du tiers-monde. Elle est aussi membre de l’Académie des sciences des Etats-Unis et femme professeur de l’Université de Fudan.

Xie Xide se consacre à l’enseignement et à la recherche de la physique des semi-conducteurs, et de la physique surfacielle. Elle a abouti à de nombreuses réalisations importantes, et le monde scientifique la considère comme l’un des principaux initiateurs et organisateurs des recherches dans ce domaine. Elle est décédée le 4 mars 2000.

He Zehui

physicienne nucléaire. He Zehui fait partie d’une famille originaire de Lingshe, dans la province du Shanxi, mais c’est à Suzhou, dans le Jiangsu, qu’elle est née en 1914.

Cette physicienne nucléaire obtient son diplôme en 1936 à l’Université de Qinghua. Quatre ans plus tard, elle décroche son doctorat en génie à la Grande Ecole polytechnique de Berlin en Allemagne. Elle est femme chercheur de l’Institut de Physique des Hautes Energies de l’Académie des Sciences de Chine. Lors de ses recheches à l’Institut royal de physique nucléaire de Heidelberg en Allemagne (K.W.I), elle est la première à découvrir le phénomène de heurts lastiques lors des échanges de positronium en négatron. Lors de ses recherches au laboratoire nucléaire-chimique de l’Institut français de Paris, elle met en lumière avec ces collaborateurs le phénomène de division de l’uranium. Dans les premières années de la République populaire de Chine, elle réussit encore une première, dans le domaine de la détection-émulsion du noyau atomique. Elle apporte d’importantes contributions dans la construction de laboratoires, de stations d’observation sur les rayons cosmiques dans les hautes montagnes, dans les aérosondages, et la physique de haute énergie. En 1980, elle fait son entrée à l’Académie des Sciences de Chine.

Jiang Lijin

Née en 1919 à Beijing, cette chimiste, est femme chercheur de l’Institut de Chimie de l’Académie des Sciences de Chine. En 1944, elle étudie à la faculté de chimie de l’Université de Puren, où elle obtient licence et maîtrise, avant de partir aux Etats-Unis. C’est là, à l’Université du Minnesota qu’elle décroche son doctorat en 1951. Elle se consacre ensuite à la recherche à l’Université du Kansas et à l’Institut technologique du Massachusetts, aux Etats-Unis. Dans les années 50, c’est encore aux Etats-Unis qu’elle travaille sur la synthétisation du dérivé de cortisone et de la vitamine D. Elle revient en Chine en 1955, où elle poursuit ses recherches sur les films de haute sensibilité. A partir de 1978, elle se spécialise dans la recherche photo-chimique. Ses travaux sur la structure des algues et la transmission des énergies et l’assimilation chlorophyllienne remportent de grands succès. Ces recherches obtiennent d’ailleurs le deuxième prix des sciences de la nature, en 1993, délivré par l’Acacémie des Sciences de Chine. Cette même académie l’accueille parmi ses membres en 1980.

Yi Wenying

Née en 1922, cette entomologiste originaire de Ping Xiang, dans la province du Hebei, est diplômée de la faculté de biologie de l’Université centrale. Elle est femme rechercheur de l’Institut de recherche sur les insectes de Shanghai, institut qui relève de l’Académie des Sciences de Chine. Dès ses premières recherches, elle se consacre à l’étude des parasites des poissons et à la prévention et au traitement des maladies des poissons. A partir de 1960, elle entreprend des recherches systématiques sur le classement, l’écologie, la forme, et les caractéristiques géographiques biologiques. Elle classifie notamment plus de 164 sortes d’insectes (dont 141 sont nouvelles), 18 nouvelles catégories et 4 nouvelles familles. Elle établit un nouveau système de classement des protoures, et édite en 1999 « la faune chinoise : les Protoures ». A partir de 1985, elle met en avant les recherches systématiques sur la pédo-zoologie. Entourée d’une soixantaine d’experts, elle entreprend des essais sur la formation, les règles de changement du sol et les animaux de six bandes climatiques, ainsi que sur le rôle joué par plus de 3000 animaux dans la circulation des matériaux du sol, ainsi que sur l’influence de la pollution sur l’environnement. Elle rédige plusieurs ouvrages dont « Les animaux et le sol de la zone subtropicale de Chine », «  Les Dessins sur le sol et les animaux de la Chine », ainsi que les animaux et le sol de la Chine ». Depuis 1991, elle est membre de l’Académie des Sciences de Chine.