Le bouddhisme tibétain et le temple de lama
中国国际广播电台

Le bouddhisme tibétain s’étend du Tibet à la Mongolie en passant par la Chine, on l’appelle le « Lamaïsme ». Tous les historiens s’accordent sur le fait que le bouddhisme, venant de l’Inde ancienne, est entré au Tibet puis à l’intérieur de la Chine pour se mélanger avec les religions locales.

Sous l’influence du bouddhisme Han chinois et de celui de l’Inde, les temples tibétains ont peu à peu pris les formes des palais Han, qui sont en général non seulement immense, mais aussi richement ornés et décorés avec une grande finesse. Comme le Palais de Potala à Lhassa, ou le Monastère Sangye, ou encore le Monastère Yongbulakang, ils sont les chefs-d’oeuvre des constructions anciennes.

  Les temples attachent de l’importance au mystère du bouddhisme tibétain, c’est pourquoi lors de leur édification on a généralement mis l’accent sur la hauteur et la profondeur. En outre, on disposa des bannières colorées un peu partout, et les piliers furent décorés de tapis, le tout dans une lumière sombre pour créer une ambiance mystérieuse, feutrée, presque étouffée. On fait attention au contraste des couleurs sur l’apparence du temple, les murs sont peints en rouge et parés de bandes blanche et brune. Les salles canoniques et les pagodes sont peintes en blanc avec des châssis de fenêtre noirs. Ces couleurs mettent en relief tout le mystère architectural.