La Chine soutient l'Afrique pour choisir en autonomie sa voie de développement
  2012-01-24 17:26:12  cri

Aux premiers jours du calendrier lunaire chinois, le président de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC) Jia Qinglin se rendra du 27 au 29 janvier en Ethiopie pour participer à l'inauguration du 18e sommet de l'Union africaine sur invitation de l'Union africaine (UA) et du gouvernement éthiopien et effectuer une visite en Ethiopie. Il s'agit de la première délégation de Chine de haut niveau au sommet de l'UA.

Pendant l'année écoulée, l'Afrique a connu une transformation complexe et profonde. Les pays africains qui aspirent à la paix, à la stabilité et au développement ont rencontré de nombreuses difficultés. Dans une interview qu'il a accordée à RCI, monsieur Lu Shaye, directeur du département d'Afrique du ministère chinois des Affaires étrangères a affirmé que la Chine espère aider l'Afrique à surmonter ces difficultés et à affronter les défis à travers le renforcement des relations sino-africaines. M. Lu :

« Pendant l'année écoulée, la situation africaine a connu un changement profond et compliqué : il y a eu des conflits en Libye, une crise s'est éclatée en Côte d'Ivoire à la suite des élections. L'Occident y a recouru à la force en sabotant les efforts des pays africains et de l'UA destinés à résoudre les problèmes à travers des solutions propres à eux. De sorte que le rôle de l'UA a été marginalisé, les pays africains en sont très mécontents. Par ailleurs l'impact négatif de la crise financière internationale sur l'Afrique est de plus en plus évident. Par conséquent, par la présente visite, Jia Qinglin souhaitera transmettre un message exprimant le soutien chinois à l'Afrique. Nous prêtons notre soutien à l'Afrique pour choisir en autonomie sa voie de développement, à l'UA de se renforcer, à l'Afrique de compter sur elle-même pour régler ses problèmes par des moyens propres à eux. Nous soutenons l'intégration africaine et l'opposition de l'Afrique contre l'intervention extérieure. Voilà le message que nous voudrions transmettre, il s'agit d'ailleurs une politique conséquente chinoise sur l'Afrique. »

En marge de la réunion, Jia Qinglin assistera à la cérémonie de la fin des travaux du Centre de conférence de l'UA construit avec l'aide chinoise. Ce centre qualifié de preuve d'étroit partenariat sino-africain par le Premier ministre éthiopien marquera un nouveau chapitre dans les annales des relations sino-africaines. La Chine et l'Afrique marcheront côte à côte vers la nouvelle ère. Démarré en juin 2009, le centre de conférence de l'Union africaine est l'un des importants projets menés avec l'aide chinoise, et aussi le plus important projet du genre après celui de la ligne ferroviaire Tanzanie -Zembie. Sa mise en fonction mettra fin au temps où l'UA recourait aux locaux d'autres organisations pour tenir ses sommets.

Lu Shaye a indiqué que la Chine désire intensifier par tout azimuts les relations d'amitié et de coopération avec l'Afrique :

« Tout d'abord, nous devrons approfondir le consensus stratégique entre la Chine et l'Afrique et la confiance politique mutuelle. En tant que respectivement, le plus grand pays en développement et le continent réunissant le plus de pays en développement, les deux parties ont besoin l'une de l'autre. Ensuite, nous mènerons mieux encore la coopération pragmatique sino-africaine. Pendant le dernière décennie, cette coopération pragmatique a été remarquable dans les leurs relations bilatérales. Quand, aujourd'hui, l'Afrique rencontre des difficultés, au cours de cette coopération réciproquement avantageuse, plus d'efforts de la Chine sont impératifs. Puis, sur le plan international, la Chine et l'Afrique doivent renforcer leur coopération, se soutiennent mutuellement. Puisque nous sommes tous des pays en développement, la Chine est disposée à se prononcer en faveur de l'Afrique sur les affaires africaines dans l'arène internationale. La Chine est aussi prête à participer aux efforts africains, invitée par des pays africains, pour promouvoir la paix, la stabilité, le développement économique et l'intégration en Afrique. Enfin, le plus important pour le moment est d'intensifier les échanges culturels entre la Chine et l'Afrique. »

La Chine est le plus grand pays en développement, tandis que l'Afrique où se concentre le plus important nombre de pays en développement, les deux parties qui avaient un passé similaire, font face à la même tâche de développement, ont les mêmes intérêts dans les affaires internationales. M. Lu Shaye a conclut que la prochaine visite de l'importante délégation chinoise contribuera à promouvoir le partenariat stratégique de type nouveau entre la Chine et l'Afrique et la coopération globale sino-éthiopienne.

Commentaire