Des manoeuvres militaires sud-coréennes-américaines débuterons le 28 novembre
  2010-11-24 14:28:42  xinhua
Le président américain Barack Obama et son homologue sud-coréen Lee Myung-bak ont convenu mardi soir d'organiser prochainement des manoeuvres militaires conjointes.

Les deux parties ont décidé d'organiser le dimanche 28 novembre des exercices militaires conjoints, a confirmé mercredi à Xinhua le comité des chefs d'états-majors de Séoul.

Dans une conversation téléphonique avec le président sud-coréen, M. Obama a déclaré que "les Etats-Unis restent fermement et complètement engagés dans la défense de leur allié, la République de Corée", a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué.

M. Obama a informé M. Lee que les Etats-Unis demeurent "au coude à coude" avec la Corée du Sud, proche ami et allié des Etats-Unis.

Les Etats-Unis enverront l'USS George Washiongton à ces manoeuvres militaires conjointes, qui se dérouleront du 28 novembre au 1er décembre, selon un communiqué publié par les Forces armées américaines en Corée (USFK).

Les exercices seront "de nature défensive", souligne le communiqué, ajoutant qu'ils démonstrent la puissance de l'alliance Séoul-Washington et notre engagement pour la stabilité régionale, et sont destinés à améliorer "notre interopérabilité militaire".

La décision intervient après que la Corée du Sud et la République populaire démocratique de Corée (RPDC) eurent échangé des tirs au large de la côte ouest de la péninsule coréenne. Certains obus ont atteint l'île sud-coréenne de Yeonpyeong, située près de la frontière maritime litigieuse (Ligne frontalière du Nord, NLL) entre les deux parties rivales.

L'échange de tirs a tué au moins deux soldats de la marine sud-coréenne et en a blessé 16 autres.

L'échange de tirs est intervenu à un moment où une manoeuvre militaire massive, qui verra la participation de 70.000 hommes, doit débuter lundi prochain et durer juqu'au 30 novembre en Corée du Sud. Pyongyang a mis en garde à plusieurs reprises contre de telles manoeuvres militaires, auxquelles participe toujours l'armée américaine, les qualifiant de "provocations et menaces" à sa sécurité.

Commentaire