Des experts indiquent que l'ingérence des Etats-Unis ne contribue pas à la solution du problème de la mer du Sud
  2010-07-27 17:58:43  cri





src="mms://media.chinabroadcast.cn/french/wai100727.wma"


type="video/x-ms-wmv"
width="250" height="45">

Lors de la conférence des ministres des Affaires étrangères de l'ASEAN tenue le 23 juillet, à Hanoï au Viet-Nam, la secrétaire d'Etat américain Hillary Clinton s'est ingérée ouvertement dans le règlement des litiges relatifs à la mer du Sud. Deux jours plus tard, le ministère chinois des Affaires étrangères a publié sur son site internet un article titré « Le ministre des Affaires étrangères Yang Jiechi réfute les allégations infondées sur le problème de la mer du Sud ». L'article a exposé la position chinoise à ce sujet.

Mme Clinton a prétendu dans son discours prononcé à la réunion que les Etats-Unis se préoccupaient des litiges sur les îles de Nansha et les îles de Xisha dont la solution toucherait les intérêts d'Etat américains, et que les Etats-Unis soutiennent tous les pays qui formulent la demande de souveraineté mènent la coopération et les consultations, et s'opposent au recours de la force ou à la menace de recourir à la force par quelque pays que ce soit.

Niu Xinchuan, vice-directeur de l'institut des Etats-Unis relevant de l'institut des relations internationales contemporaines de Chine, a estimé que depuis le début de cette année, les relations militaires et de sécurité entre la Chine et les Etats-Unis évoluent dans un sens défavorable et que la déclaration de Hillary Clinton sur le problème de la mer du Sud a fait tomber ces relations à un niveau bas une fois de plus. Il a précisé :

« En avançant le problème de la mer du Sud, Washington a pris une menace future imaginaire comme une menace réelle. Hillay a prétendu que les Etats-Unis devaient sauvegarder la liberté de navigation et s'opposaient à tout pays qui cherche à résoudre le problème de la mer du sud au moyen du recours à la force ou de la menace d'y recourir. En fait, les problèmes qu'elle a soulevés n'existent pas, puisque la liberté de navigation dans la mer du Sud ne fait pas l'objet d'une menace et qu'aucun pays ne préconise la solution du problème par la force. Néanmoins, dans leur imagination, les Etats-Unis s'inquiètent que plus puissante serait la Chine et plus rapide serait la modernisation militaire de la Chine, plus probablement surviendraient ces problèmes. »

Pour sauvegarder la souveraineté, les droits et intérêts légaux chinois et faire avancer la solution du problème à travers les négociations bilatérales en vue de protéger la stabilité de la mer du Sud, le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi a dénoncé l'attaque américaine contre la Chine et souligné que la stabilité règne dans la mer du sud, sans menace ni pression et que la Chine s'oppose à l'internationalisation du problème de la mer du Sud.

En Effet, le gouvernement chinois s'est toujours prononcé pour « le règlement des litiges internationaux par les négociations pacifiques » et cette position est valable aussi pour les îles de Nansha. Sur le problème de la mer du Sud, il a avancé sa position de « mettre de côté les litiges et mener l'exploitation en commun ». La Chine est disposée à coopérer avec les pays concernés avant la solution des litiges. Ces dernières années, la Chine et les pays concernés sont parvenus à des consensus à travers les consultations. Le mécanisme des consultations bilatérales sino-phillipines, sino-vietanmiennes, et sino-malaises fonctionne efficacement et le dialogue a enregistré des progrès. Au cours des consultations entre des hauts officiels de Chine et de l'ASEAN, les deux parties ont procédé à un échange de vue franc et sincère et sont d'avis unanimement pour un règlement convenable par les moyens pacifiques et les consultations amicales.

Niu Xinchun a continué : « La Chine s'est toujours prononcé pour un règlement pacifique à travers les négociations. À présent, on doit mettre de côté les litiges et mener l'exploitation en commun, la mer du Sud reste toujours pacifique. Le redressement de la Chine ne date pas d'hier, elle a connu un développement rapide et durable pendant trente ans pendant lesquelles elle n'a jamais recouru à des moyens offensifs non pacifiques dans la mer du Sud. »

Yang Jiechi a exprimé explicitement son opposition à la tentation des Etats-Unis d'internationaliser le problème de la mer du sud. La pratique démontre que la meilleure solution des litiges de ce genre sera d'engager les négociations bilatérales directes entre les pays concernés.

Niu Xinchuan a indiqué à ce propos :

« Les Etats-Unis cherchent à internationaliser le problème de la mer du Sud. Ils doivent d'abord faire des litiges entre la Chine et certains pays de l'ASEAN ceux entre la Chine et l'ASEAN, ensuite les conterstations entre la Chine et les Etats-Unis. En agissant de la sorte, ils n'aident foncièrement pas à résoudre le problème de la mer du Sud, mais démontrent leur orgueil et leur attitude impériale. Pour Washington, sans son engagement et ses préoccupations, il est impossible de régler ces problèmes, ceux-ci provoqueraient de l'instabilité dans la zone d'Asie-Pacifique et un conflit éventuel dans la région du littoral de la mer du Sud. Pourtant, il existe de nombreux problèmes sans solution avec la participation des efforts américains. »

Commentaire