Pyongyang va mettre fin à un accord militaire avec Séoul (KCNA)
  2010-05-27 18:11:57  cri

La République populaire démocratique de Corée (RPDC) va mettre fin à un accord militaire avec la Corée du Sud sur la prévention des conflits maritimes, a rapporté jeudi l'agence de presse officielle de la RPDC, KCNA.

Cette décision rentre dans le cadre des sept mesures annoncées par Pyongyang en réponse aux sanctions annoncées par Séoul à l'encontre de son voisin du nord en raison de l'attaque présumée par torpille contre un navire de guerre sud-coréen.

Dans le cadre des autres mesures annoncées par Pyongyang, les navires, les avions et d'autres véhicules sud-coréens se voient interdire de naviguer sur les eaux territoriales, de survoler l'espace aérien et d'entrer sur le territoire de la RPDC, et "le personnel des autorités sud-coréennes" n'est pas autorisé à entrer en territoire nord-coréen, selon KCNA.

Toutes "les mesures de défense militaire" pour la communication économique entre les deux parties seront supprimées, a indiqué KCNA.

Les tensions entre les deux parties de la péninsule coréenne sont récemment montées d'un cran, Séoul adoptant une série de mesures punitives contre Pyongyang, accusé d'avoir coulé par torpille la corvette Cheonan fin mars, attaque qui a tué 46 marins sud-coréens, alors que Pyongyang a rejeté toute implication dans cet incident et a menaçé de représailles pouvant aller jusqu'à une "guerre généralisée" en cas d'adoption de nouvelles sanctions à son encontre.

La Corée du Sud suspend depuis lundi ses échanges commerciaux avec la RPDC, interdit aux navires marchands de ce pays d'entrer dans les eaux sud-coréennes, tout en maintenant le projet de parc industriel de Kaesong situé au nord de la frontière entre les deux pays, ainsi que l'aide humanitaire aux enfants de la RPDC.

Le président sud-coréen Lee Myung-bak a promis que son pays aurait recours à des mesures d'auto-défense en cas de "nouvelle provocation militaire" de la part de la RPDC et a sollicité auprès de l'ONU l'adoption de sanctions à l'encontre de Pyongyang.

Commentaire