Retrouvez-nous sur
  • Version mobile
  • RCI
  • Service français
  • Contact
  • Offre d'emploi
  • Web  french.cri.cn   
    Des liens plus forts entre Hong Kong et la partie continentale de Chine
      2017-06-08 10:16:35  China.org

    20 janvier : un bateau est amarré sur le site de construction d'un pont reliant Hong Kong, Macao et Zhuhai dans la province méridionale chinoise du Guangdong.

    La partie continentale de la Chine et Hong Kong sont de plus en plus interdépendants économiquement et ces liens économiques continuent de se renforcer.

    « Indubitablement, les économies de Hong Kong et de la partie continentale de la Chine sont sur la même voie et cette caractéristique est de plus en plus évidente », indiquait mardi Cheng Shi, un économiste senior chez ICBC International Research, basée à Hong Kong.

    Selon lui, « la plus grande influence que l'économie de la partie continentale a exercée sur Hong Kong est l'introduction de l'économie numérique, tandis que la plus grande influence exercée par Hong Kong sur la partie continentale est une éducation subtile sur la façon d'être un investisseur mature ».

    Synergie des marchés

    Cette année marque le 20e anniversaire de la rétrocession de Hong Kong à la Chine. Le rapprochement des systèmes financiers de Hong Kong et de la partie continentale de la Chine, notamment avec le lancement au cours des dernières années de plusieurs mécanismes de connectivité des échanges financiers, reflète l'intensification des relations économiques de la partie continentale avec Hong Kong.

    Le Hong Kong-Shanghai Stock Connect, une plateforme de connexion financière entre Hong Kong et Shanghai, fut mis en place en novembre 2014 et un mécanisme de connexion boursière similaire entre Hong Kong et Shenzhen a été lancé en décembre 2016.

    « Le lancement de ces mécanismes de connexion boursière ne répond pas seulement aux exigences des mesures d'ouverture économique de la Chine, mais ceux-ci sont également un résultat inéluctable du fait que les cycles de Hong Kong et de la partie continentale deviennent de plus en plus synchrones », explique Cheng Shi.

    Selon lui, les mécanismes de connexion boursière ont permis aux investisseurs de Hong Kong de partager les bonus financiers, tout en aidant le marché boursier de la partie continentale à devenir plus stable grâce à la participation d'investisseurs matures de Hong Kong.

    Shao Yu, un analyste chez Orient Securities basée à Shanghai, estime que les connexions boursières aident les investisseurs de la partie continentale à apprendre les stratégies boursières complexes de Hong Kong.

    Selon lui, les mécanismes de connexion boursière ont par ailleurs augmenté les similarités entre les marchés boursiers de Hong Kong et ceux de la partie continentale : « Par exemple, les investisseurs de la partie continentale préfèrent aujourd'hui investir dans des actions de premier ordre, ce qui est une stratégie d'investissement traditionnelle à la bourse de Hong Kong. »

    Pour Cheng Shi, la bourse de Hong Kong est actuellement plus performante que la bourse de la partie continentale, car elle est soutenue à la fois par les capitaux de la partie continentale et par les capitaux étrangers : « Sur le long terme, les marchés boursiers de Hong Kong et de la partie continentale vont générer une grande synergie », indique-t-il cependant.

    Hausse des investissements et baisse du commerce

    Les investissements de la partie continentale à Hong Kong ont également augmenté au cours des dernières années.

    Près de 4000 entreprises de la partie continentale ont investi à Hong Kong en 2016, avec un montant des investissements non-financiers atteignant les 86,2 milliards de dollars US (76,5 milliards d'euros), indiquait en mai le site Chinanews.com.

    Le conglomérat chinois HNA Holding Group a dépensé plus de 27 milliards de dollars hongkongais (3,08 milliards d'euros) dans l'achat de terrains à Hong Kong au cours des cinq mois précédents, indiquait le 16 mars le site Thepaper.cn.

    D'après un article du South China Morning Post paru en septembre 2016, la chute du yuan a alimenté l'appétit des investisseurs de la partie continentale pour les espaces commerciaux à Hong Kong, ce qui a poussé les propriétaires de certaines propriétés de bureaux à Hong Kong à se séparer de leurs actifs.

    Certaines entreprises réputées de la partie continentale tentent également d'explorer le marché de Hong Kong. Le géant chinois du e-commerce Alibaba a par exemple lancé en mai la version hongkongaise de son célèbre outil de paiement en ligne Alipay.

    Selon Mme Zhao, une Chinoise originaire du Sichuan qui travaille désormais à Hong Kong, Alipay est nouveau à Hong Kong et n'est disponible que dans les grands centres commerciaux : « Avec la structure sociale spécifique de Hong Kong, comme le nombre important de banques et la petite taille de la ville, tous les nouveaux concepts commerciaux de la partie continentale ne peuvent pas recevoir sur le court terme un accueil positif de la part des résidents de Hong Kong », explique-t-elle.

    Mme Lin, qui est originaire de Hong Kong, explique que la plupart des investissements de la partie continentale à Hong Kong se concentrent sur le secteur de l'immobilier, mais les résidents et les entreprises de Hong Kong ne sont pas autant intéressés dans l'exploitation du marché de la partie continentale. Pour elle, « l'apogée [des entreprises de Hong Kong investissant dans la partie continentale] est passée ».

    Malgré des liens de plus en plus étroits entre la partie continentale et Hong Kong dans la finance et les investissements, le commerce a récemment enregistré une baisse. Les chiffres des douanes montrent que le commerce de la partie continentale avec Hong Kong a chuté de 6,5 % en glissement annuel pour atteindre les 80,78 milliards de dollars US au cours des quatre premiers mois de cette année.

    Pour Shao Yu, la mise en place de zones de libre-échange a fait diminuer le rôle de Hong Kong comme un intermédiaire du commerce extérieur.

    Annonce
    Le sommet de B20 et celui de G20 auront lieu à Hangzhou du 3 au 5 septembre. Nous allons couvrir quatre grandes séances lors des deux sommets importants sur nos deux sites et notre Facebook: l'ouverture du sommet de B20 prévu dans l'après-midi du 3 septembre, le sommet non-officiel des chefs d'Etat des BRICS, l'ouverture du sommet de G20, prévu le 4 septembre et enfin, la conférence de presse après la clôture du sommet de G20, prévu dans l'après-midi du 5 septembre. Soyez nombreux à surfer nos sites pour suivre des événements importants en nous laissant vos réactions.
    C'est parti ! Le 21 décembre 2015, Radio Chine Internationale a lancé 2 heures d'émissions francophones en DIRECT à travers le monde. Journaux, insolites, musique chinoise et mondiale et chaque jour un nouveau sujet à partager avec vous.

    Horaires des émissions en direct de RCI:
    18h à Dakar, Saint-Louis  (FM 102.9) Ziguinchor, Kaolack (FM 106.6)
    10h à Niamey, Maradi, Zinder (FM 106), Agadez (FM 103)
    12h à Brazzaville (FM 90.1)
    18h à Bangui (FM 97.6)
    21h à Bujumbura (FM 89.2)
    13h à Moroni (FM 94.9)
    12h à Djibouti (FM 99.8)
    8h à Nouakchott (FM 95.7)

    Téléchargez notre application gratuite @RCI sur votre mobile. Cherchez @RCI sur App Store et Google Play Store, et dialoguez avec nos animateurs et animatrices !

                              
                         Android                         iOS

    RCI vous propose

    Beijing, nouvelle place forte de l'art contemporain

    Tibet: les vestiges de l'ancienne capitale du royaume de Gugé

    Le Corso fleuri de Lichtenvoorde aux Pays-Bas

    Exposition d'un éléphant mécanique de 8,8 mètres de haut à Beijing
    plus>>
    © Radio Chine Internationale.Tous droits réservés.
    16A, rue Shijingshan, district Shijingshan, Beijing, Chine