Des centaines d'alpinistes se retrouvent au Tibet
  2017-04-14 09:58:48  peopledaily

L'alpiniste népalais Min Bahadur Sherchan ambitionne de retrouver son titre du plus ancien grimpeur du Qomolangma. (Photo/China Daily)

Plus de 300 ascensionnistes du monde entier se lanceront dans plusieurs tentatives pour conquérir certains des plus hauts sommets de la planète, dans la région autonome du Tibet, à l'approche de la saison d'escalade printanière.

Les aventuriers de 30 pays ont déposé des plans de grimpe à l'Association d'alpinisme du Tibet avant la saison, ayant débuté lundi et qui durera 60 jours.

«Le meilleur moment pour grimper est la dernière semaine de mai, car des facteurs météorologiques propices sont prévus au cours de cette période», a indiqué Sonam, secrétaire de l'association, qui a prédit 100 personnes réussies à atteindre des sommets pendant cette saison.

Le Tibet abrite la plus haute montagne du monde, le Qomolangma, connu sous le nom du Mont Everest à l'Ouest, qui culmine à 8 848 mètres. Des pics semblables comprennent également Cho Oyu (8 201 mètres) et Shishapangma (8 012 mètres).

Selon l'association, les activités d'escalade saisonnière impliqueront également plus de 100 guides, des traducteurs et formateurs. Parmi les plans de dépôt, plus d'un tiers, soit 135 projets, proviennent du Népal.

«Jusqu'à présent, 22 alpinistes de plusieurs régions de la Chine se sont inscrits pour participer à des ascensions assistées par une centaine d'entraîneurs, de guides et d'équipes de soutien, provenant des associations et entreprises nationales de l'industrie», a souligné Sonam.

Précisant que les conditions du camp de base de Qomolangma s'étaient nettement améliorées, le fait que ce lieu soit connecté au réseau électrique régional depuis 2014.

Auparavant, le site était alimenté par des générateurs. «Mais, l'offre n'était pas stable», a-t-il expliqué. «Le repos des équipes était perturbé par le grand bruit des générateurs, et l'utilisation du diesel était un risque potentiel pour l'environnement.»

La saison du printemps est également la bienvenue pour les éleveurs tibétains, avec des revenus qui seront augmentés en travaillant comme porteurs ou par la location de yaks pour transporter les provisions pour les différentes escalades.

Les participants népalais sont arrivés via le port de Gyirong au Tibet, et les alpinistes des autres pays se sont retrouvés à Lhassa, la capitale régionale.

Les ascensionnistes mettront en place des tentes dans les camps de base et recevront une formation adaptée, avant de partir vers des sites plus élevés, assistés par des guides.

En 2016, 696 grimpeurs de 34 pays et régions, dont 424 au printemps, ont visité le Tibet, selon le Tibet Commercial News.

Entourée de montagnes et de glaciers enneigés, la région tibétaine présente de nombreux avantages naturels dans le domaine de l'alpinisme. Cinq montagnes de plus de 8 000 m, 70 montagnes au-delà de 7 000 m et au moins 1 000 au-dessus de 6 000 m.