Bill Gates à l'Université de Beijing : la Chine s'appuie sur son expérience pour accompagner l'Afrique vers de meilleurs lendemains
  2017-03-31 15:23:04  cri

(Photo fournie par le Bureau de Beijing de la fondation Bill & Melinda Gates )

En effet, la fondation joue souvent un rôle de « pont » entre la Chine et le reste du monde. Avec son soutien, le producteur chinois de réfrigérateurs, Aucma, a commercialisé Arktek en 2015, un dispositif passif pour la conservation de vaccins au froid pendant un mois et qui ne nécessite aucune source d'alimentation en énergie. Ce tonneau peut conserver 4,5 litres de vaccins pour répondre aux besoins de vaccination d'une population de 6 000 personnes et a été largement utilisé dans les services de vaccination des pays africains.

Toujours grâce à l'intermédiaire du Bureau de Beijing de la Fondation Bill & Melinda Gates, des produits et équipements médicaux chinois ont été inscrits dans le catalogue Pre-PQS (Performance, Quality and Safety) de l'Organisation Mondiale de la Santé afin que toutes les parties concernées soient gagnantes: les producteurs chinois voientt ainsi leurs chiffres d'affaires augmenter tandis que les utilisateurs paient un prix abordable pour des produits efficaces.

Lors de son récent voyage à Beijing, Bill Gates a assisté au lancement du Centre de recherche et de développement pharmaceutique, une institution de type PPP, partenariat public et privé, qui réunit la fondation, la mairie de Beijing et l'Université de Tsinghua. « Avec sa riche réserve de scientifiques talentueux et sa capacité à développer de nouveaux médicaments et vaccins, la Chine a été un choix clair pour nous. » Ce centre a comme objectif d'accélérer la création de nouveaux médicaments ciblant des maladies courantes dans les pays en voie de développement.

En tant que couple le plus riche du monde, les Gates ont versé la majorité de leurs revenus à leur fondation, le montant s'élevant à plus de 24 milliards de dollars. Ce beau geste a suscité non seulement de l'admiration, mais a aussi permis de donner l'exemple, sachant que Warren Buffett a lui aussi fait un don colossal de 17,2 milliards de dollars à leur fondation.

Un vieux dicton chinois pourrait expliquer leur motivation, « un homme pauvre travaille pour assurer son seul bien-être ; haut placé, il contribue au bien de tous. » Pourtant, dans les pays bien développés et traditionnellement riches, on entend la voix grandissante du scepticisme, selon laquelle il faut assurer avant tout ses propres intérêts.

Selon Bill Gates, si les frontières existent bien entre pays riches et pays pauvres, celles-ci ne sont pas imperméable à la pauvreté ou l'insécurité. La Chine a compris très tôt qu'aider les autres pays à sortir de la pauvreté était dans l'intérêt de tous. « Bien que la Chine ne puisse pas combler les lacunes laissées par les pays riches dans l'aide au développement, elle a fait un choix judicieux en triplant son engagement envers l'Afrique», a-t-il précisé.

Face aux étudiants de Beida, Bill Gates a encouragé ces élèves talentueux à profiter du développement de leur patrie pour faire valoir leurs compétences en Chine ou ailleurs dans le monde.


1 2