Le phare de Tuandao
  2015-07-28 10:34:50  cri

Situé dans la baie de Jiaozhou, une zone littorale connue pour son important trafic maritime, le phare de Tuandao à Qingdao joue un rôle capital pour la navigation des navires. Tous les jours sans exception, à la nuit tombée, il s'allume en guise de signal, offrant son aide aux bateaux entrants ou sortants pour percer l'obscurité. Allons à la découverte du charme du phare de Tuandao avec notre journaliste de Radio Qingdao, Wang Zhen.

Sur la côte ouest de l'îlot de Tuandao, le phare fut construit par les Allemands en 1900. De forme octogonale et en pierre de taille, la tour mesure 15,2 m de haut, et dispose de bâtiments accessoires qui abritent la machinerie et des bureaux. A 24m au-dessus du niveau de la mer, se trouve le système de signalisation proprement dit. Il a une portée de 15 milles marins et est doté d'une corne de brume électrique, instrument émettant des signaux sonores par temps de brume. En raison de son style architectural particulier et de sa valeur historico-culturelle, le phare de Tuandao a été classé en 2006 au patrimoine culturel national à sauvegarder en priorité.

A ce propos, on ne peut pas parler du phare sans évoquer les gardiens du phare, qui se sacrifient, silencieusement. Le gardien en chef actuel s'appelle Wang Bingjiao. Il est devenu gardien de phare au milieu des années 70, quand il était militaire.

"A l'époque j'étais soldat. La vocation des militaires est de servir la patrie. Comme notre groupe 9 travaillait bien, nous avons été affectés à des postes sur la ville de Qingdao. On a formé une escadre de balisage, les mieux diplômés étaient prioritaires, c'est comme ça que j'ai été envoyé à l'îlot de Tuandao. 40 ans ont passé, vous voyez ? J'avais 18 ans, et maintenant j'en ai 58."

Au début des années 80, l'administration du phare de Tuandao a été déléguée au ministère des Transports. Wang Bingjiao a quitté l'uniforme, mais a continué son travail d'entretien et de gestion de balisage. Selon lui, les habitants de la ville accordent peu d'attention au phare, sans parler du gardien de phare. Pour bien gérer le phare, il faut d'abord surmonter la solitude.

"Je me suis retiré de l'armée. Le travail reste le même. Il n'y a que le corps de métier qui a changé, du militaire au civil. A l'époque, la vie était plus dure que maintenant, on n'avait même pas de télé. Une torche et un poste de radio étaient les objets les plus high-tech qu'on avait. A vrai dire, la vie était monotone. Mais nous pouvions au moins écouter la radio. Nous étions déjà plus heureux que les générations précédentes."

La première impression qu'un visiteur peut avoir au phare, c'est qu'il parait neuf, et ce, grâce à l'entretien assidu des techniciens. Selon Wang Bingjiao, tous les jours sans exception depuis 40 ans, les parquets, les escaliers et les équipements dans la tour sont nettoyés. Même en cas d'intempéries extrêmes, le gardien doit monter examiner.

"La lanterne, c'est-à-dire le système d'optique, est la partie la plus importante. Quand le soleil se lève, on l'éteint, quand le soleil se couche, on l'allume, ça s'use beaucoup. Il faut donc la nettoyer et l'entretenir tous les jours, voire plusieurs fois par jour. Avec les visiteurs, qui sont de plus en plus nombreux, le travail d'entretien est d'autant plus important. Quand la lanterne est sale, elle éclaire moins bien et ça influe sur la navigation. C'est pour ça que nous faisons cette démarche depuis des années, c'est plus rassurant."

Dans la navigation maritime, le phare constitue un système de signalisation très important. Parmi les phares à Qingdao, celui à la charge de Wang Bingjiao a une importance centrale. Comme il y a de nombreux récifs à proximité de la côte, les bateaux entrants ou sortants de la baie Jiaozhou ont tous besoin des signaux du phare pour déterminer leur itinéraire sur l'eau en sécurité.

"La portée du phare de Tuandao est de 15 milles marins, équivalents à 27 km terrestres. Quand le signal optique est allumé pendant 4 secondes, puis éteint pendant 1 seconde, cela signifie qu'ici, c'est le phare de Tuandao du port de Qingdao de la République populaire de Chine, 120°16' de longitude est, 36°02' de latitude nord. Dès qu'un navire, de n'importe quel pays que ce soit, perçoit ce signal, il sait qu'il s'approche du port de Qingdao. Notre phare peut émettre des signaux de 3 couleurs, rouge, vert et blanc. La lumière rouge signifie qu'il y a un danger sur l'île d'accostage, la lumière verte signifie qu'il y a des récifs et la blanche signifie que la zone de navigation est saine. Pendant ces 40 ans, je n'ai eu aucun accident, et heureusement."

A propos des équipements du phare de Tuandao, le plus insolite est un « bœuf marin ». Selon Wang Bingjiao, comme auparavant par temps de brouillard, des personnes âgées entendaient des bruits en provenance de la mer, semblables aux « meuglements », il courait une légende d'un bœuf marin qui meuglait en cas de brouillard. En réalité, le cri de ce soi-disant bœuf marin mystérieux provient du phare de Tuandao.

Wang Bingjiao nous fait découvrir une petite porte, derrière laquelle un escalier mène au sommet de la tour. A côté de cette petite porte, un grand appareil rectangulaire blanc attire notre attention. Sur sa partie supérieure, il y a trois cavités allongées en forme de corne de bœuf. Wang Bingjiao nous explique que le soi-disant bœuf marin qui meugle dans le brouillard est en fait cet instrument. Ce « bœuf marin » a pour nom formel la corne de brume. Quand le gardien de phare l'actionne par temps de brume, elle émet des signaux sonores sur des fréquences préalablement fixées. Avec une couverture d'une dizaine de milles marins, ces signaux sonores sont indispensables pour la navigation.

"On ne l'emploie pas toujours. Seulement en mars, quand il y a souvent du brouillard. Le cas échéant, la corne de brume et le phare fonctionnent de pair."

Le travail de gardien de phare n'est pas une sinécure. En plus des mauvaises conditions météorologiques, il faut savoir surmonter une vie fastidieuse. Wang Bingjiao profite de son temps libre pour fabriquer de petites inventions. Celle qui lui donne le plus de fierté est un ventilateur. La motivation de cette invention vient du fait que l'ampoule de la lanterne surchauffe quand elle est allumée trop longtemps. Il a donc fabriqué un ventilateur adapté à l'ampoule du phare.

"Avant, quand on faisait la permanence, on devait aller de temps en temps voir si l'ampoule avait pété. Si c'était le cas, on devait la changer tout de suite. Depuis qu'on a cette petite invention, un grand problème est résolu : le travail de la permanence est allégé, la sureté est garantie et on a économisé pas mal d'argent, une ampoule coûtant plus de 300 yuans. Avant, en un mois, on en usait 3 ou 4, et maintenant en un an, 8 tout au plus. Vous voyez la différence ?"

Ce phare centenaire n'a pas raté le train de la modernisation. Il dispose d'appareils de navigation à signal sonore, optique et radio et il correspond tout à fait aux normes exigées pour les phares modernes.

Quant à son gardien, face aux flots de la mer, sous le ronronnement des machines dans la nuit, Wang Bingjiao est habitué depuis bien longtemps à cette vie monotone de gardien de phare. Il en a même récolté de l'enthousiasme et de la fierté. Le phare de Tuandao fait partie de son univers.

Commentaire