La parole des guides animateurs chinois en Afrique
  2015-05-27 10:58:25  cri

Dans le cadre de l'intensification de la coopération entre la Chine et l'Afrique dans le domaine du commerce, du tourisme et de la culture, de plus en plus de Chinois se rendent vers le continent africain pour lancer leur carrière. Parmi eux, on compte plusieurs guides animateurs chinois. Ils amènent non seulement des touristes à découvrir le monde magique des animaux, mais établissent eux-même aussi un profond lien avec des animaux. Certains parmi eux deviennent des initiateurs et diffuseurs du concept de la protection des animaux sauvages. Suivez notre journaliste Lycoris pour connaître plus sur leur vie.

Tong Tong vient de passer son trentième anniversaire. Après avoir été diplômé de l'université, il lance sa carrière en tant que guide au Kenya. Ça fait déjà neuf ans. Il nous parle aujourd'hui de son union indissoluble avec la grande savane dans l'est de l'afrique. Tong Tong,

« J'adore les animaux sauvages. L'émission de CCTV « Le monde des animaux » m'a accompagné pendant toute mon enfance. Je rêvais depuis longtemps de venir dans cette savane. Donc quand j'ai mis pour la première fois mes pieds ici, j'y suis resté et cela fait huit ans maintenant. Je suis profondément en amour avec elle. Je suis un guide et je suis à la fois passionné de photographie. Avec les appareils photos, je peux bien immortaliser les moments merveilleux. Cela me rend beaucoup heureux. »

En tant qu'un guide et un photographe amateur, Tong Tong a déjà visité une dizaine de tribus au Kenya. Pendant ces voyages, il a établi une vive amitié avec des habitants locaux. Mais en 2014, le roi des éléphants appelé « Satao » a été sauvagement abattu par des braconniers au parc national kenyan de Tsavo, ce qui a suscité en lui une profonde pression. Il en garde un souvenir très frais,

« Après avoir eu ce braconnage, les locaux étaient dédaigneux à mes yeux Car selon des reportages, pas mal des produits en ivoire sont exportés au marché de l'Extrême-Orient. J'ai subit une profonde pression à ce moment-là. Heureusement, comme j'aime bien photographier des animaux sauvages. J'ai communiqué avec des locaux à travers ces photos en leur rappelant l'amour et la prise de consciences pour la protection des animaux sauvages.»

Contrairement à Tong Tong, Wang Yun était elle professeur dans une université de la province de Xinjiang. Elle s'est attachée à l'Afrique en 2004 à travers un enseignement du chinois à l'université d'Egerton pour cinq ans. Elle nous a confié que lorsqu'elle a vu un troupeau d'éléphants pour la première fois au parc national d'Amboseli, ses yeux étaient remplis de larmes. Il semble que les rêves deviennent souvent réalité. Elle trouvait qu'elle ne pouvait pas regagner le Kenya et l'Afrique. Toutefois, elle avait fini par démissionner de son emploi en Chine et travaille désormais dans une agence de voyage au Kenya. Elle a d'ailleurs aquérit le certificat d'aptitude à la profession de guide sur les animaux sauvages. En tant que la seule chinoise ayant reçu cette qualification, elle est devenue une experte du tourisme approfondi autour des animaux sauvages. Wang Yun,

« En Chine, il y a un nombre d'experts qui connaissent bien l'Afrique, comme des photographes professionnels, des experts en flore et faune, ou bien des professeurs des académies des sciences. Ils étudient des animaux et des oiseaux. Sans oublier de mentionner des voyageurs expérimentés. Ils ont lu pleins des livres sur l'Afrique. Je peux bavarder avec aisance et confiance avec eux. Je me sens bien quand je pense que je peux leur transmettre mes sentiments et mes connaissances sur l'Afrique. Cela me satisfait.»

En tant que guide, que ce soit Tong Tong ou Wang Yun, ils sont tous dégoutés des actes barbares de certains touristes contre des animaux sauvages . Wang Yun,

« Certains touristes pensent que parce qu'ils dépensent beaucoup d'argents ils peuvent faire tout ce qu'ils veulent. Ils persistent dans leur manière d'agir et n'écoutent pas les guides. Quelques fois, ils dérogent gravement aux règlements. Quand je les canalisent, ils ne m'écoutent pas du tout. Ils se restreignent à leur manière qu'avec l'intervention des agents de sécurité. Cela me gêne vraiment. Il y avait une fois, où j'avais amené un groupe à voir des lions. Un touriste a jeté une bouteille d'eau aux lions pour tenter de les réveiller. Il a expliqué qu'il ne pouvait pas prendre les photos si les lions dormaient. C'est imprévisible ce genre d'actes, je suis toujours étonnée. »

Selon Tong Tong, les endroits riches en ressources animalières dans le monde sont de plus en plus rares, comparé à autrefois. L'Afrique de l'Est est l'une parmi eux. Il rappelle de bon cœur à tous les touristes que tout en expérimentant le monde des animaux sauvages en Afrique, il ne faut pas oublier de bien les protéger.

« L'Afrique subsaharienne est loin de l'imagination de beaucoup de personnes. Ici, c'est le paradis des animaux sauvages. L'environnement naturel est agréable, le climat est idéal. Donc je veux bien donner une proposition à tous les futurs visiteurs : Pas d'achat, plus de massacre. Protéger bien les animaux sauvages pour apporter le bonheur et la plus belle Terre à nos générations futures. »

Commentaire