Succès posthume des œuvres de Huang Binhong
  2014-09-28 10:47:19  La Chine au présent

Voyage en admiration devant les paysages.

Lors de la séance printanière de la vente aux enchères organisée par la maison China Guardian, une peinture traditionnelle chinoise réalisée en 1955 par Huang Binhong (1865-1955), Paysages du Mont du Sud a été adjugée pour 62,675 millions de yuans, un nouveau record pour les œuvres du peintre. En 2001, cette œuvre avait été adjugée à 561 000 yuans. Au cours de cette même séance de vente printanière, une calligraphie de Huang Binhong, un petit rouleau sur lequel le peintre a reproduit les inscriptions étant gravées sur le tripode chinois Dayuding, un bronze fabriqué à l'époque du roi Kang de la dynastie des Zhou de l'Ouest, (XIe siècle-771 av. J.-C.), a été vendu pour 17,25 millions de yuans, un record pour ses œuvres calligraphiques.

D'un format de 177 cm × 73 cm, Paysages du Mont du Sud est une œuvre minutieusement réalisée par Hong Binhong durant ses dernières années. Cette peinture traditionnelle chinoise représente les paysages du Mont du Sud, situé près du Lac de l'Ouest à Hangzhou. Sur cette peinture, l'encre est fluide et la composition est bien structurée ; les nuages, les montagnes, les vieux arbres et les maisons isolées sont bien vivants. Huang Binhong a mis sur papier le processus de création de cette œuvre : le peintre a fait une balade en bateau sur le Lac de l'Ouest. Depuis ce bateau, il a cru voir une authentique peinture traditionnelle chinoise réalisée par un peintre de l'époque des Yuan. De retour de ce voyage, il a créé cette œuvre.

Le rouleau réalisé par le peintre est une imitation calligraphique des inscriptions gravées sur le trépied Dayuding. Les inscriptions gravées sur la paroi intérieure du tripode comptent 291 caractères et signifient : le roi Zhou avertit son mandarin Yu que la dynastie des Yin a chuté en raison de l'alcoolisme, alors que si les Zhou prospèrent c'est en raison de la prohibition de l'alcool. Le roi Zhou demande à Yu de l'assister autant que possible et de continuer d'appliquer les mesures politiques bienfaisantes du roi Wen et du roi Wu. Le style calligraphique de ces inscriptions est rigoureux ; c'est un chef-d'œuvre d'inscriptions sur bronzes, mais aussi un modèle imité par un grand nombre de calligraphes des dynasties successives.

Ce rouleau est dédié à Chen Zhu et comporte une lettre écrite par Huang Binhong à son intention. Il comporte aussi des épilogues écrits par Qian Zhonglian, Yang Tiefu, Feng Zhen et Qigong. Malgré quelques erreurs de reproduction, les inscriptions sont bien lisibles. Les traits de la calligraphie de Huang Binhong ont l'air léger mais en fait ils sont bien ordonnés. Le rouleau est long, mais tous les caractères gardent un style homogène, comme les traits de ses peintures de paysages, de fleurs et d'oiseaux. Cela démontre ses techniques rares et très mûres après des années de pratique.

Dans l'histoire de la peinture du XXe siècle, Huang Binhong est un grand maître qui a hérité de l'art de ses prédécesseurs et a inspiré ses successeurs. Il laisse aux générations suivantes des peintures de paysages originales et majestueuses. Cependant la peinture n'a jamais été son métier ; il travaillait pour un journal, une maison d'édition et enseignait comme professeur dans une école d'art. En 1937, il déménagea de Shanghai à Beijing et fut recruté comme membre du jury d'expertise des œuvres artistiques du musée du Palais impérial.

Influencé par son père et son professeur, il aime peindre dès son enfance. Il a imité les œuvres calligraphiques des Ming, des Song du Nord et des Yuan. Ce faisant, il put acquérir une solide base technique. Sa période de création la plus mûre est divisée en deux phases : l'une, entre ses 50 et 70 ans où il utilise des techniques de peintres anciens ; la deuxième période commence à ses 80 ans et se termine à sa mort. Ses œuvres se densifient, les coups de pinceau sont épais, et les couleurs sont plus foncées. Ses techniques de l'utilisation de l'encre sont alors parfaites.

Les œuvres de Huang Binhong n'étaient pas très populaires de son vivant et ses revenus n'ont jamais vraiment décollé. Pourtant, Fu Lei, critique des beaux-arts, le tient en haute estime. Selon lui, « les œuvres de Binhong sont marquées par le noir, mais l'essentiel réside dans cette couleur foncée. Ce n'est pas seulement des taches d'encre noire ; dans cette couleur noire, on peut trouver un certain contraste, il y a des nuances dans ce « noir ». Cela montre qu'il maîtrise parfaitement la technique de l'utilisation du blanc et du noir. »

Ces dernières années, les œuvres de Huang Binhong sont devenues très populaires. En 2011, lors de la séance de vente automnale organisée par la maison China Guardian, Voyage en admiration devant les paysages, réalisée par Huang Binhong en 1952, a été adjugée pour 52,9 millions de yuans, alors que cette même œuvre avait été vendue 12,88 millions de yuans lors d'une vente aux enchères organisée par la maison Duoyunxuan à Shanghai en 2008.

Une augmentation de prix énorme en seulement trois ans. Cette année marque le 150e anniversaire de la naissance de Huang Binhong. Des expositions de ses œuvres ont été organisées dans différentes villes et ces dernières deviennent très prisées dans les ventes aux enchères. Comme l'avait prédit le peintre lui-même, « mes œuvres seront populaires 50 ans après mon décès. »

Commentaire