Souvenirs de Kuling
  2014-09-12 11:00:20  La Chine au présent

Kuling au petit matin.

L'histoire remonte à plus d'un siècle : Milton Gardner, professeur de physique américain passe son enfance à Kuling, près de Fuzhou (chef-lieu de la province du Fujian). Après sa mort, sa femme réalise son rêve : celui de revenir sur les lieux de son enfance.

I y a plus d'un siècle : Milton Gardner, professeur de physique en Californie passe son enfance à Kuling, une localité à Fuzhou (chef-lieu de la province du Fujian). Plusieurs dizaines d'années après son retour aux États-Unis en 1910, il rêve de retourner à Kuling, mais son vœu d'y aller avant sa mort ne put être réalisé. Le 22 août 1992, son épouse, Elizabeth Gardner, fut invitée par Xi Jinping - alors secrétaire du Comité du PCC pour la ville de Fuzhou - à venir en voyage à Kuling. Par ce séjour, elle découvrait la Chine et accomplissait la volonté de son mari.

Cette anecdote, racontée par M. Xi Jinping lors de sa visite aux États-Unis en tant que vice-président chinois, reflète l'évolution des échanges amicaux sino-américains.

À la recherche de Kuling

Kuling se situe 12 km à l'est de la ville de Fuzhou. Entourée de chaque côté par les montagnes, Fuzhou est soumise à de très grosses chaleurs en été, tandis que Kuling, qui est proche de la bouche du fleuve Minjiang, échappe à cette canicule. Avec une altitude moyenne de 800 m, la température à Kuling est inférieure de 7-8°C par rapport à Fuzhou. Au printemps, Kuling est couverte d'un brouillard blanc, faisant penser à une image onirique ou donnant l'impression d'être entré dans un monde d'illusion.

Avant 1992, Mme Gardner était déjà venue plusieurs fois en Chine. Elle racontait que son mari marmonnait sans cesse « Kuling » aux approches de sa mort en 1986. Alors elle devina que c'était le nom de l'endroit où son époux avait vécu en Chine. Pour réaliser la dernière volonté de son mari, Elizabeth Gardner avait visité cinq fois la Chine depuis 1988, mais n'avait pas réussi à retrouver Kuling. Elle s'était rendue dans des régions ayant un nom similaire, Guling, dans le Jiangxi, et Guilin, dans le Guangxi par méprise. Mais à chaque fois, déception.

En 1990, Mme Gardner découvrit 11 timbres chinois cachés par son mari qu'il collectionnait dans des livres dans son enfance. À l'aide d'un étudiant chinois qui faisait ses études aux États-Unis, les caractères sur certains cachets de la poste furent élucidés : 福州鼓岭 (Kuling, à Fuzhou). Finalement elle découvrit quel était ce lieu qui hantait la mémoire de son mari.

Deux ans plus tard, Xi Jinping, alors secrétaire du Comité du PCC pour la ville de Fuzhou, lut cette histoire dans le journal local. Profondément touché, il décida sans attendre d'inviter Elizabeth Gardner à visiter Kuling.

« Je fus un peu surprise de l'arrivée d'Elizabeth Gardner », m'explique Chu Yanli, directrice adjointe du Bureau des affaires étrangères de la municipalité de Fuzhou. En général, elle recevait plutôt des dirigeants ou des fonctionnaires étrangers. Chu Yanli se souvient clairement du jour où Mme Gardner est descendue à la villa de Yixia (la première de Kuling). Elle est allée s'asseoir toute seule sur une chaise dans le couloir.

« Cette scène-là m'a beaucoup touchée. Je crois qu'elle se rappelait M. Gardner, qu'elle parlait silencieusement avec lui. Elle avait enfin réussi à trouver Kuling, l'endroit qui hantait la mémoire de son mari », ajoute Chu.

1 2
Commentaire