Je vous envoie une carte postale de Qingdao
  2014-08-28 10:10:08  La Chine au présent

L'ancienne demeure du gouverneur allemand, construite en 1907.

 

Cinq jours au bord de la mer dans le Shandong, Qingdao, « l'île verte ». La ville est jolie et me fait penser à la côte de granit rose à Perros-Guirec en Bretagne. Pourtant, c'est bien en Chine, sur le bord de la mer Jaune...

Connue mondialement pour sa bière : la Tsing Tao, la ville, elle, est souvent comparée à la Riviera suisse. Et c'est vrai qu'elle en a toute l'architecture, un peu germanique, hôtels du front de mer. Mais elle n' a pas les crustacés, ni le granit rose qui me font penser à Perros-Guirec en Bretagne. On s'aperçoit dès la descente du TGV qui relie maintenant Qingdao à Beijing en moins de 5 heures qu'il flotte une atmosphère européenne dans le vieux centre de la ville. En effet, la gare datant de l'époque allemande n'a pas été détruite comme celle de Jinan et les bâtiments de la place Victoria sont encore - pour la plupart - debouts, et il suffit de s'engouffrer dans une des rues face à la gare pour se rendre vite compte que l'ancien centre-ville a bien gardé son cachet. Le nouveau centre, lui, situé aux alentours de la place du 4 Mai se veut moderne et plus dynamique. Gratte-ciels et tours, nouveau port, et grandes esplanades au bord de la mer forment l'architecture générale.

Élue « Ville d'avenir » en 2011 par la Chambre de Commerce et d'Industrie de France en Chine, Qingdao est aujourd'hui un port de commerce majeur, le quatrième plus important après Shenzhen et Tianjin. La stratégie de développement de la ville promeut les centres de recherches maritimes d'où découle une forte activité dans le secteur de pêche. Qingdao est aussi la capitale commerciale du Shangdong. Les capitaux étrangers y sont très importants, notamment les capitaux coréens, japonais et allemands sans oublier ceux français. La ville est le berceau de plusieurs entreprises chinoises de renom, dont la brasserie Tsing Tao, Haier, le troisième fabricant mondial de produits électroménagers. Depuis septembre 2013, Dalian Wanda Group y a investi 48,8 milliards de yuans pour créer un parc de l'industrie du film et de la télévision dans le but de créer une sorte de nouveau « Festival de Cannes » en Chine. De nombreuses stars chinoises : Fan Bingbing, Huang Bo par exemple sont originaires de Qingdao et participent à la renommée de la ville. Il faut également rappeler que c'est là que se sont déroulées les épreuves nautiques des Jeux Olympiques d'été de 2008.

À travers les rues

Après cette introduction très factuelle, je vous emmène dans les rues de Qingdao comme je l'ai fait moi-même pendant ces cinq jours, pour visiter, goûter aux fruits de mer, et flâner dans les parcs et sur le bord de mer. Goûter un peu à cette atmosphère européenne si particulière à la ville.

J'ai décidé de commencer au hasard des souvenirs de mes visites antérieures en entrant dans la vieille ville par le côté nord, à l'angle de la rue sur laquelle se trouve l'église Saint Paul. Toute de briques rouges, celle-ci est moins connue que les deux autres : la cathédrale Saint Michel près de la gare et le temple protestant « carte postale » avec son clocher recouvert de cuivre vert et ses murs jaunes sur la colline. Sur ma route, je croise plusieurs peintres assis face à leur chevalet, dessinant les perpectives qu'on entrevoit entre les villas lorsque l'on remonte les rues. Je dois avouer que je serais incapable de vous dire exactement dans quelle rue j'étais, je sais juste que mon sens de l'orientation m'a permis de retrouver les chemins par lesquels j'étais passé deux ans plus tôt. Au hasard des montées et des descentes, on aperçoit la mer, les anciens lotissements blottis entre les collines. S'il fait beau, au loin on aperçoit même les monts de Laoshan.

J'ai donc tourné dans plusieurs petites rues, admirant au passage les anciennes villas, leurs jardins, les vieux platanes et les pavés de certaines rues qui rappellent l'Europe. La ville était le centre administratif de la concession de Kiautschou (Deutscher Schutzgebiet Kiautschou), selon la graphie allemande de l'époque qui désignait la baie de Jiaozhou. C'était une époque particulière où l'on construisait pour que cela soit différent de la Chine, pour bien montrer que les colons sont installés et que la ville n'est pas chinoise. L'ironie de l'histoire a fait que les ceux-ci ne sont pas restés à Qingdao longtemps. Ils ont du rendre les colonies après la Première Guerre mondiale. Par la suite, les Japonais, qui avaient combattu les troupes allemandes à Qingdao dès 1914 - sur le seul champ de bataille asiatique de la Première Guerre mondiale -, ont pris la ville et les colonies du Shandong, ce qui déclencha le mouvement chinois du 4 mai 1919. Mais très vite, en 1922, la ville redevint chinoise.

Les héritages architecturaux de la période de la colonisation marquent encore fortement le paysage urbain. On dit souvent que Qingdao a été construite par les Allemands. Ce n'est qu'à moitié vrai. Au départ, ceux-ci souhaitaient faire de la ville une station balnéaire et de repos. Ils ont posé les plans de la ville autour de la gare, établit le système de canalisations d'eau et d'égouts, construit le train et une partie du port. Mais leur défaite lors de la Première Guerre mondiale changea la donne et la ville connut une autre destinée. Elle devint la villégiature de Chinois et d' étrangers aisés. Russes et autres Américains en firent leur villégiature pendant les années 30. La partie proche de la gare est effectivement de l'époque allemande, dans son style et dans son organisation. Mais la partie autour du parc Sun Yat-sen et de Badaguan, dans son architecture, s'éloigne de plus en plus de l'Allemagne et tend vers l'éclectisme et l'Art déco typique des années 20-30.

1 2
Commentaire