Pour le rêve des Mishmi
  2014-08-27 10:22:24  La Chine au présent

Le nouveau village des Mishmi au bourg de Zayü (Tibet). (LI GUOWEN)

Chef de village pour les Mishmi

Chaque fois qu'il donne une interview, Xia Dianxia revêt tout spécialement le costume national des Mishmi : un court vêtement d'archer, un turban blanc, un couperet en bandoulière sur l'épaule gauche et un sac en toile sur l'épaule droite.

Dans le village, la famille de Xia Dianxia jouit d'une réputation des plus fameuses. Son grand-père, Mu Jue, a été membre du premier comité de libération du Tibet ; son père, Da Bengxia, a été vice-président de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC) au district de Zayü. « Les Mishmi tenaient mon père en haute estime. Tous approuvaient ses idées », se rappelle Xia Dianxia.

Bénéficiant de l'influence de son père, Xia Dianxia, à l'âge de 22 ans, a été élu pour la première fois chef de village en 1987. Il a dit en souriant : « On votait alors avec des graines de maïs. Devant le nom de chaque candidat était posé un bol qui faisait office d'urne. »

Son excellent travail lui a valu d'être à maintes reprises réélu. « De nos jours, a-t-il expliqué, l'élection se déroule selon une procédure législative bien définie, allant de l'enregistrement des électeurs à la proposition des cadres supérieurs et l'écoute de l'opinion publique, en passant par une vérification par l'organisme de surveillance. Le vote, le décompte des voix et l'annonce finale des résultats sur place, tout le processus est marqué par la transparence. »

En qualité de chef du village, Xia Dianxia compte pas mal de réalisations concrètes à son actif, dont deux ont particulièrement été saluées par les villageois. La première concerne la construction de routes et de ponts. Auparavant dans le village, il n'y avait que des chemins cahoteux et des vieux ponts en bois qui menaçaient de s'effondrer au passage des agriculteurs. Xia Dianxia a fait part de la situation en tous lieux pour obtenir des financements. Finalement, grâce à lui, les routes ont été améliorées, et les ponts de bois, remplacés par des ponts de pierre, ce qui a nettement favorisé et sécurisé le travail des villageois. Le second succès réside dans la transformation des terres à faible rendement et l'installation de diguettes entre chaque champ. Auparavant, les parcelles de chaque foyer n'étaient pas délimitées clairement, une situation occasionnant des conflits de voisinage. En outre, la complexité géologique locale et l'abondance de petits cailloux dans les champs perturbaient le rendement. Xia Dianxia a ainsi pensé à une solution « deux en un » : constituer des petites digues au moyen de la pierraille. De cette façon, les querelles ont cessé, et la production céréalière a crû.

De plus, Xia Dianxia a inculqué aux habitants le principe de solidarité nationale et les a encouragés à s'entraider, pour que s'installe, tant dans le village qu'aux alentours, une atmosphère harmonieuse.

Aujourd'hui, ce qui saute aux yeux lorsque l'on pénètre dans le nouveau village des Mishmi, c'est la splendide arche dressée dans le style typique des Mishmi. Puis, le regard se tourne vers les larges routes bétonnées, bordées de fleurs, qui relient chacun des foyers. Les villageois, qui mènent désormais une vie agréable avec leur revenu annuel moyen approchant les 10 000 yuans, affichent des sourires radieux. Une scène révélatrice de la nouvelle prospérité des Mishmi !


1 2
Commentaire