Une Pluie de thé
  2014-02-13 10:10:02  cri

Même si les sceptiques ne seront pas convaincus par la légende du puits, cela n'enlève rien au mystère qui entoure ce lieu. C'est ce qui l'a rendu célèbre et en a fait un site touristique couru au sommet du mont Mengding. Certes, ce petit puits ne peut pas arroser à lui seul les innombrables théiers du mont Mengding. Comment les théiers qui ont généralement plus de mille ans d'histoire sur le mont Mengding, peuvent-ils aussi bien pousser et produire autant ? Mme Guo :

« Le thé du mont Mengding est de très bonne qualité, grâce à ses conditions climatiques favorables. Comme vous le savez, les théiers sont utilisés pour leurs feuilles. Ils ont besoin d'une grande quantité d'eau pendant leur croissance. Tout au long de l'année, ils ont besoin de pluie. »

Selon Mme Guo, il pleut environ 260 jours par an en moyenne sur la ville de Ya'an, soit 70% du temps. La quantité de pluie annuelle est de 1800 mm, soit presque autant que pour les régions côtières. Mais Ya'an est une ville entourée de terre. Pourquoi le climat de Ya'an est-il aussi humide ? Pour en connaître la raison, nous avons rencontré le Docteur Peng Guikang du bureau météorologique de Ya'an. Peng Guikang :

« J'ai ici un plan de Ya'an, voyez. Le climat particulier de la ville de Ya'an résulte de sa situation géographique. Cette ville se trouve à une latitude de 30 degrés nord. Situé sur le versant Est du plateau du Qinghai-Tibet, la ville de Ya'an se trouve dans une zone cyclonique. Ce phénomène persistant transforme le courant d'air chaud et humide venant du bassin du Sichuan en pluie durable à Ya'an. »

Les conditions climatiques génèrent cette longue période pluvieuse et une grande quantité de pluie à Ya'an. Depuis l'antiquité, la ville de Ya'an est surnommé l'entonnoir du ciel ou le paravent de la pluie dans l'ouest de la Chine. Pour les paysans du pied du mont Mengding, une pluie durable signifie une bonne récolte de thé. Fin avril, c'est l'heure de la récolte. Partout les paysans sont occupés à la production du thé printanier. Mme Zhou est l'une de ces agricultrices. Elle fait sécher les feuilles de thé dans une grande marmite sous le toit de sa maison. Elle nous invite à l'imiter :

« Venez essayer. C'est pas compliqué. Utilisez les deux mains. »

Recolter les feuilles de thé et les faire sécher, ce sont les deux préoccupations de tous les paysans du pied du mont Mengding pendant la saison de la cueillette. Depuis l'antiquité, les nombreux champs de théiers, apportent au peuple sa richesse. Même les Tibétains peuvent jouir de la bonne qualité du thé de Ya'an transporté via l'ancienne route du Thé et des Chevaux. Grâce à son thé et à la route du Thé et des Chevaux, Ya'an a été pendant des siècles une ville riche et stratégiquement importante.


1 2
Commentaire