A la rencontre des Tujia
  2014-01-23 09:37:48  cri

A 2 heures de route de la ville de Zhangjiajie, s'étend le lac Baofeng. Il y a quelques années seulement, ce n'était encore qu'un ravin sauvage et c'est grâce à un barrage construit pour aider à l'irrigation des terres que ce site pittoresque est né. La cascade qui jaillit d'une fissure au sommet de la montagne, à 200 mètres de haut donne un cachet supplémentaire à cet endroit.

La première impression qui se dégage du lac Baofeng est celle d'une immobilité apaisante qui émane des montagnes environnantes. Seul le bruit du bateau qui glisse sur la surface lisse de l'eau du lac est perceptible.

Clamer ainsi son amour et adresser son chant à l'être aimé peut paraître assez téméraire aux personnes les plus réservées.

Dans la tradition tujia, il faut maintenant que la jeune fille réponde en chantant.

Les chansons étaient utilisées pour briser la glace lors de rencontres entre célibataires. Si quelqu'un en particulier attire votre regard, vous pourrez exprimer alors votre sentiment sous la forme d'une chanson et une conversation sous forme de dialogue musical naîtra ainsi. Lorsqu'il apparaît que esprit et talent musical sont compatibles et les sentiments réciproques, le meneur de chant encourage alors les protagonistes à lier leur destinée.

Comme il n'existe aucun support écrit pour préserver leur culture, l'histoire des Tujia est principalement conservée par le folklore, les chansons et les créations artisanales et artistiques. Le Xiuhua Shanguan est un musée familial qui se trouve dans une maison avec cour carrée. De nombreux artefacts historiques et des chefs-d'oeuvre de l'artisanat traditionnel y sont exposés. Le vice-directeur de l'Association pour les brocarts des Tujia présente ces étoffes de soie comme suit :

« Les brocarts des Tujia sont un des quatre plus renommés des ethnies minoritaires en Chine. Ils sont certes folkloriques et traditionnels, mais d'une exquise esthétique et élégance. Dans la plupart de ces oeuvres, se traduisent les aspirations à la belle vie des Tujia, celles des femmes Tujias en particulier. »

Les brocarts confectionnés par les femmes tujia ont acquis une réputation à l'échelle nationale sous la dynastie Song déjà, il y a quelque mille ans. L'habileté technique qui permet d'obtenir ces chefs-d'œuvre est, dans la tradition tujia, à symboliser les vertus de la jeune fille.

« Les brocarts sont faits généralement pour orner la face de la housse de couette. Les jeunes filles tujia les conservent comme dot pour leur mariage. »

A part leurs talents musicaux et artisanaux, les jeunes filles tujia sont aussi fortes en pleur. Avant la cérémonie du mariage, une autre cérémonie insolite doit avoir lieu. On l'appelle la cérémonie des pleurs. Avant de quitter leurs parents, en signe de piété filiale, les jeunes filles devaient pleurer pendant des jours et des nuits entières, une cérémonie qui parfois pouvait durer pendant 14 jours, signe alors d'une très grande dévotion. Le lit de mariage des Tujia, sorte de palanquin des larmes puisque si c'est là qu'officiellement commençait la lune de miel, il fallait auparavant verser toutes les larmes de son corps.

Aujourd'hui, si ces cérémonies perdurent, elles n'expriment plus tant une vraie douleur mais sont une manière de montrer aux autres son chagrin.

1 2
Commentaire