Protéger l'environnement à l'aide d'un système institutionnel
  2013-12-19 15:11:19  La Chine au présent

Le 18 juin 2013, le site expérimental du commerce des émissions de carbone de Shenzhen est mis en service. Il s'agit du premier marché du carbone en Chine.

LI WUZHOU

La troisième session plénière du 18e Comité central du Parti communiste chinois (PCC), qui s'est tenu du 9 au 12 novembre 2013, a proposé l'établissement d'un système complet de civilisation écologique : protéger l'environnement sous la supervision du système, fixer des lignes rouges pour la défense de l'environnement, et réformer le système de protection et de contrôle en matière d'environnement écologique.

Avec l'aide du système et des lois

La troisième session plénière du 18e Comité central du PCC a mentionné à plusieurs reprises la construction d'un système de civilisation écologique, et a clairement proposé de fixer des lignes rouges écologiques. Cela porte une signification très importante. Le développement du pays et la vie du peuple sont actuellement confrontés à des contraintes considérables en raison du déficit de ressources, de la destruction de l'environnement et de l'aggravation de la pollution, a indiqué Pan Jiahua, directeur de l'institut de recherche sur le développement urbain et l'environnement de l'Académie des sciences sociales de Chine.

Bien que le gouvernement ait adopté beaucoup de mesures dans le domaine de la protection de l'environnement, les résultats ne sont toujours pas satisfaisants. Selon Li Zuojun, directeur adjoint de l'institut de recherche sur la politique des ressources et de l'environnement relevant du centre d'étude du développement du Conseil des affaires d'État, la raison principale est que le système actuel est encore imparfait. La Chine n'a pas encore établi un système de compensation raisonnable et un système d'utilisation payante des ressources, ainsi nous ne pouvons pas susciter un enthousiasme à l'égard de la protection de l'environnement et du reboisement.

Encore un long chemin à parcourir

Le smog, qui continue de faire des ravages dans beaucoup de villes, dévoile une situation environnementale critique en Chine. « Nous désirons des montagnes vertes et des eaux claires, mais également des richesses. Mais nous préférons ces premières aux dernières. Les montagnes vertes et les eaux claires sont aussi des richesses », a déclaré le président Xi Jinping, qui attache une haute importance au problème de l'environnement.

Au cours des dernières années, la Chine a déployé beaucoup d'efforts en matière d'économie d'énergie, de réduction des émissions, d'élimination des capacités de production obsolètes, et de développement des énergies nouvelles. Selon les chiffres donnés par la commission nationale pour le Développement et la Réforme, la Chine a réduit ses émissions de CO2 de 1,5 milliard de tonnes durant la période 2006-2010, et de 400 millions de tonnes sur la période 2011-2012. Aujourd'hui la Chine est le plus grand utilisateur d'hydroélectricité et le pays ayant la plus grande capacité nucléaire installée. De plus, elle se classe au premier rang mondial en matière d'utilisation d'énergie éolienne, d'énergie photovoltaïque et d'énergie biomasse.

En 2013, la Chine a publié dix mesures pour le traitement et la prévention de la pollution de l'air, a alloué des fonds spéciaux de 5 milliards de yuans pour le contrôle de la pollution, et a inauguré le système de marché du carbone. Le 18 juin, le marché du carbone de Shenzhen a été lancé, et d'autres régions telles que Beijing, Shanghai et le Guangdong ont l'intention de débuter bientôt leur marché du carbone.

Selon le Rapport 2013 sur les toxines environnementales publié par le Green Cross Suisse, la Chine n'est plus représentée sur la liste des dix régions les plus polluées de la planète alors qu'elle comptait 2 régions dans ce triste classement en 2012. Ce qui démontre les progrès de la Chine dans le domaine de la protection de l'environnement.

Cependant, la situation environnementale en Chine ne s'est pas améliorée de manière fondamentale. Il lui reste encore un long chemin à parcourir. Dans les cinq prochaines années, la Chine renforcera la prévention et le contrôle dans les domaines de la pollution de l'air, en ciblant particulièrement les particules PM2.5, de la pollution des eaux souterraines, en se focalisant sur la sécurité de l'eau potable, et des sols, en se concentrant sur l'amélioration de l'environnement écologique dans les régions rurales, a précisé Zhao Hualin, directeur du département de la planification et des finances du ministère de la Protection de l'Environnement.

1 2
Commentaire