France : un rapport pointe la dangerosité de Diane 35, médicament à usage contraceptif
  2013-01-30 10:52:12  xinhua

L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) française a récemment soulevé, dans un rapport, la dangerosité d'un traitement contre l'acné, souvent administré pour ses effets contraceptifs, Diane 35, ayant dénombré quatre décès en 25 ans "imputables à une thrombose veineuse liée "à la prise de ce médicament.

Le directeur général de l'ANSM, Dominique Maraninchi, a estimé lundi matin, sur la radio française RTL, qu'il fallait "trancher pour arrêter cet usage ambigu" de cette pilule utilisée par plus de 300.000 femmes françaises.

"Il faut arrêter de l'utiliser comme contraceptif. Cette situation a assez duré. Ca fait 25 ans que ça dure en France alors que (Diane 35) n'est pas autorisé comme contraceptif", a-t-il ajouté.

"C'est la responsabilité de l'agence (ANSM) que de faire respecter les indications des médicaments", a souligné M. Maraninchi, précisant que le laboratoire pharmaceutique allemand Bayer, fabricant de la pilule Diane 35, n'avait "pas demandé à l' enregistrer comme contraceptif".

"Nos experts et les gynécologues considèrent que ce n'est pas un bon contraceptif", a, en outre, indiqué le dirigeant de l'ANSM, ajoutant que des décisions seraient prises "dans la semaine" à l' égard de la vente du médicament en France.

L'agence française du médicament a, selon M. Maraninchi, travaillé pendant un an sur le dossier du Diane 35, en procédant notamment à une évaluation du bénéfice/risque du produit.

Les conclusions du rapport de l'ANSL ont été révélées samedi dernier par le quotidien français Le Figaro sur son site internet.

Le fabricant de Diane 35, Bayer, a indiqué dimanche avoir " toujours étroitement collaboré avec les autorités de santé ( françaises) et échangé les informations concernant l'utilisation et la sécurité d'emploi" du médicament en cause. Le risque de formation de caillot que cette pilule peut présenter est d' ailleurs "connu et clairement indiqué dans la notice d'information patient", a-t-il rappelé.

" Diane 35 fait l'objet comme pour tout autre médicament, d'un suivi régulier dont les résultats sont communiqués aux autorités de Santé", a poursuivi le laboratoire, signalant qu'il n'y avait au "aucun retrait d'autorisation de mise sur le marché dans les 116 pays" où il est commercialisé.Diane 35 a été mis sur le marché hexagonal en 1987, en tant que médicament anti-acné prescrit aux femmes et compte dans sa composition des hormones de synthèse, comme l'oestrogène.

Alors que les risques liés à l'administration des pilules de 3e et 4e génération ont fait récemment couler beaucoup d'encre et que l'usage contraceptif controversé de Diane 35 est pointé du doigt, l'ANSM doit organiser lundi après-midi une réunion consacrée aux contraceptifs oraux.

Commentaire