Les fleurs et le prénom des filles ouïgoures
  2012-09-19 15:40:07  cri
De tout temps, que ce soit en Chine ou à l'étranger, on a l'habitude d'appeler les femmes par des noms de fleurs. Ainsi, les Chinoises de l'ethnie Han ont souvent pour prénoms « fleur de prunier », « orchidée », « chrysanthème » ou «fleur de lotus ». Les femmes russes s'appellent « lis » et les femmes françaises et anglaises, « rose ». Les femmes de l'ethnie ouïgoure qui ont le mot « fleur » dans leur prénom ou qui portent le nom de fleurs sont encore plus nombreuses. A part les prénoms comme « fleur de lotus » (Nilopar en ouïgour), « bouton de fleur » (Hunqem), « jasmin » (Qialuk), ou « pérille pourpre » (Reyhangül), on trouve encore plus de prénoms qui finissent par le mot « fleur » comme « fleur d'or » (Altungül) ou « fleur de lune »(Aygül).

Les Ouïgours ont une passion extraordinaire pour les fleurs. Depuis l'antiquité, les fleurs sont omniprésentes dans les poèmes. « le Grand dictionnaire de la langue turque» avait justement décrit une scène d'épanouissement de belles fleurs : « les fleurs rouge et jaunes se regroupent par bouquets, les fleurs violettes et vertes rivalisent de beauté ». Dans les chants folkloriques comtemporains, les fleurs sont vénérées. Comme le décrivent ces paroles : « les rose rouges se sont épanouies. Au milieu des branches et des feuilles d'un vert tendre, les filles qui ont grandi, dansent grâcieusement devant nous. »

Les Ouïgours sont amoureux des fleurs depuis leur naissance. Les jeunes femmes portent souvent une fleur fraîche derrière l'oreille. Alors que certains jeunes hommes ont pris l'habitude de mettre des fleurs à leur boutonnière. Ils utilisent également souvent des fleurs d'abricotiers, de pommiers, de pêchers, de chalefs à feuilles étroites ou des roses pour décorer leur chambre. Partout, que ce soit devant ou derrière la maison, à côté du canal ou des saules, on plante toujours de belles fleurs tant que les conditions climatiques le permettent. Zhang Baozhai, un poète de la Dynastie des Qing, avait décrit les paysages d'une région peuplée de Ouïgours : «Les parfums de fleurs embaument les ruisseaux, les haies se trouvent à l'ombre des saules ».

On aime les fleurs pour leur forme, leur couleur vive et leur parfum entêtant. Les Ouïgours admirent les fleurs pour l'image qu'elles leur renvoient et pour les qualités humaines qu'elles symbolisent. La fleur manifeste leur amour pour la vie et leur réflexion sur la valeur de la vie. Les fleurs représentent la vigueur des Ouïgours. Les fleurs reflètent la vie, les sentiments et la conscience des Ouïgours. Ce végétal est donc personnifié.

Par rapport aux Han et aux autres minorités ethniques, le pourcentage de Ouïgours qui portent un nom de fleurs est assez élevé. Il représente en effet 30% de la population. Cette tendance commence également à influencer la gente masculine. Ainsi, le père de Kelim, un célèbre chanteur ouïgour, s'appelle « Abudugül», qui désigne le nom d'une fleur. Les Ouïgours ont l'habitude d'appeler leurs enfants par des noms de fleurs ou des prénoms porteurs d'espoir, comme « fleur douce » (Xiringül), « fleur de soie » (Tawagül), « fleur du bonheur » (Behitgül), « fleur d'espoir » (Azigül), « fleur de la vie » (Hayatgül), « fleur d'excellence » (Elagül) ou « fleur de bon augure » (Heyrigül). Les fleurs, d'un point de vue purement esthétique, symbolisent la compréhension des Ouïgours sur la société, l'univers et la vie. (Par Victor)

Commentaire