Retrouvez-nous sur
  • Version mobile
  • RCI
  • Service français
  • Contact
  • Offre d'emploi
  • Web  french.cri.cn   
    Tunisie/remaniement: le Premier ministre démissionne mais sa reconduction reste évocable
      2013-02-20 05:14:30  xinhua
    Le Premier ministre tunisien Hamadi Jebali vient de présenter mardi au début de soirée sa démission au président de la République Moncef Marzouki à l'issue d'une réunion au Palais présidentiel à Carthage (banlieue nord de la capitale Tunis).

    Partant de sa promesse adressée le 6 février dernier à son peuple de tenir à sa décision d'opter pour un nouveau cabinet apolitique, le chef du gouvernement tunisien démissionnaire a précisé que sa décision de quitter son poste va de pair avec l'un des revendications incessantes des Tunisiens la crédibilité des responsables en l'occurrence.

    Après deux réunions avec les différents partis politiques, "j' ai réalisé que mon initiative de former un gouvernement de technocrates n'a pas bénéficié d'un appui politique de la part de la majorité au sein de l'Assemblée constituante". M. Jebali a ajouté qu'"aucun gouvernement ne pourra travailler en l'absence d' un majorité".

    Rappelant l'échec de son initiative, M. Jebali a précisé que son objectif était d'éviter de basculer la Tunisie dans une spirale de violence après l'assassinat (le 6 février dernier) de l' un des principaux opposants Chokri Belaïd. D'un autre côté, " mon objectif de former un nouveau gouvernement neutre loin des conflits et tiraillements politiques pour s'engager uniquement dans un programme réaliste au service du peuple.

    "Le peuple tunisien se veut déçu de l'élite politique du pays et la confiance doit être récupérée" d'autant plus que "ma démission se veut un pas sur la voie de reprendre cette confiance dans la capacité des acteurs politiques et un test pour tous les partis politiques".

    Malgré sa démission, annoncée officiellement aux médias tunisiens et étrangers, M. Jebali a laissé la porte ouverte pour sa reconduction à la tête du nouveau gouvernement. "Toutefois, a-t- il poursuivi, l'échec de mon initiative ne veut pas dire l'échec de la Tunisie ni sa révolution (..) les institutions de l'Etat devront préserver leur rythme à la normale pour servir les citoyens".

    Evoquant son éventuelle reconduction à la tête du nouveau gouvernement, M. Jebali reste "encore convaincu de l'initiative d' un cabinet de compétences nationales, mais je tiens à servir mon peuple et faire réussir l'expérience tunisienne".

    M. Jebali a ainsi conditionné sa reconduction à une série de garanties qu'il a jugé indispensables. Selon lui, le nouveau gouvernement doit servir directement son peuple et éviter tous tiraillements politiques, s'approfondir dans l'exécution d'un programme clair fondé sur une base politique regroupant tous les Tunisiens autour d'un dialogue national sans exception.

    M. Jebali a également annoncé que les membres du prochain gouvernement ne se porteront pas candidat aux prochaines élections présidentielles et législatives.

    Le Premier ministre démissionnaire a exclu toute intention de réintégrer un nouveau gouvernement sous n'importe quelle forme ( technocrates, de coalition nationale ou de sauvetage) s'il n'aura pas des dates "fixes et préalables" pour les prochaines élections et juste avant pour la finalisation de la nouvelle Constitution.

    D'après la loi portant sur l'organisation provisoire des pouvoirs publics en Tunisie, le président de la République Moncef Marzouki chargera le candidat du parti majoritaire à la Constituante (le Mouvement islamiste Ennahdha) de former un nouveau gouvernement dans un délai ne dépassant pas les 15 jours ( à parti de la date de convocation du nouveau Premier ministre). Dans ce cas, la crise politique du pays se compliquera davantage puisque le conflit fera le déplacement sous la coupole de la Constituante qui (d'un côté) devra voter la confiance au nouveau cabinet gouvernemental et (de l'autre côté) finaliser la Constitution et préparer les élections présidentielles et législatives.

    Commentaire
    Annonce
    Le sommet de B20 et celui de G20 auront lieu à Hangzhou du 3 au 5 septembre. Nous allons couvrir quatre grandes séances lors des deux sommets importants sur nos deux sites et notre Facebook: l'ouverture du sommet de B20 prévu dans l'après-midi du 3 septembre, le sommet non-officiel des chefs d'Etat des BRICS, l'ouverture du sommet de G20, prévu le 4 septembre et enfin, la conférence de presse après la clôture du sommet de G20, prévu dans l'après-midi du 5 septembre. Soyez nombreux à surfer nos sites pour suivre des événements importants en nous laissant vos réactions.
    C'est parti ! Le 21 décembre 2015, Radio Chine Internationale a lancé 2 heures d'émissions francophones en DIRECT à travers le monde. Journaux, insolites, musique chinoise et mondiale et chaque jour un nouveau sujet à partager avec vous.

    Horaires des émissions en direct de RCI:
    18h à Dakar, Saint-Louis  (FM 102.9) Ziguinchor, Kaolack (FM 106.6)
    10h à Niamey, Maradi, Zinder (FM 106), Agadez (FM 103)
    12h à Brazzaville (FM 90.1)
    18h à Bangui (FM 97.6)
    21h à Bujumbura (FM 89.2)
    13h à Moroni (FM 94.9)
    12h à Djibouti (FM 99.8)
    8h à Nouakchott (FM 95.7)

    Téléchargez notre application gratuite @RCI sur votre mobile. Cherchez @RCI sur App Store et Google Play Store, et dialoguez avec nos animateurs et animatrices !

                              
                         Android                         iOS

    RCI vous propose

    Beijing, nouvelle place forte de l'art contemporain

    Tibet: les vestiges de l'ancienne capitale du royaume de Gugé

    Le Corso fleuri de Lichtenvoorde aux Pays-Bas

    Exposition d'un éléphant mécanique de 8,8 mètres de haut à Beijing
    plus>>
    © Radio Chine Internationale.Tous droits réservés.
    16A, rue Shijingshan, district Shijingshan, Beijing, Chine