Retrouvez-nous sur
  • Version mobile
  • RCI
  • Service français
  • Contact
  • Offre d'emploi
  • Web  french.cri.cn   
    L'insécurité foncière entrave les investissements dans l'agiculture au Bénin
      2012-09-07 05:06:13  xinhua

    L'insécurité foncière constitue un handicap de taille à la promotion des investissements dans l'agriculture du Bénin, a déploré Mesmin Dossou, chercheur et consultant en agronomie.

    "Pour une superficie totale de terres agricoles disponibles estimée à plus de sept millions d'hectares, à peine 20 % sont exploités à cause de cette insécurité foncière", a-t-il regretté, soulignant la disponibilité des terres cultivables pour accroître la production agricole.

    "Le Bénin dispose d'assez de terres cultivables pour accroître la production agricole. Au plan physique, seulement 17%, soit environ 1.375 mille hectares de la superficie agricole utile sont annuellement cultivés avec 60% consacrés aux principales cultures vivrières. De même sur 60.000 hectares de bas-fonds disponibles, 7. 000 hectares seulement, soit 11%, sont exploités. Il existe 1.500 hectares de périmètres aménagés en exploitation partielle, tandis que 117.000 hectares de plaines inondables et vallées peuvent être mis en valeur", a-t-il révélé.

    Selon le Notaire, Me Ganiou Adéchy, le système foncier rural du Bénin est marqué par un dualisme où coexistent le régime foncier de droit moderne et le régime de droit coutumier (plus prépondérant).

    "Ce dualisme ne permet pas de résoudre les problèmes d'insécurité foncière qui se posent aux exploitants agricoles et constitue un handicap de taille à l'intensification agricole", a-t- il déploré.

    Pour lui, le droit moderne, qui institue l'immatriculation des terres débouchant sur le titre foncier, demeure inaccessible à la majorité de la population, en raison du coût et de la complexité de la procédure (moins de 1% des terres sont immatriculées au Bénin.

    "La quasi-totalité des terres demeure sous le statut coutumier caractérisé par des règles et pratiques séculaires ne reposant pas sur l'écrit, et source d'insécurité, notamment dans les régions à forte pression agro-foncière", a-t-il révélé.

    "Cette situation ne permet pas l'utilisation de la terre comme actif financier pour l'accès au crédit agricole. Par ailleurs, les arrangements entre détenteurs de terres et exploitants sont précaires en raison de la non utilisation des instruments de formalisation ; ce qui constitue une contrainte à une bonne gestion de la fertilité des sols et un frein à l'adoption de nouvelles technologies recommandées en la matière", a-t-il expliqué.

    L'agriculture constitue la principale source de création de la richesse économique du Bénin. Selon un récent rapport du ministère béninois de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche, la contribution du secteur agricole au PIB du Bénin était de 34,3% sur la période 1995-2005 et de 30,48% sur la période 2005-2008. Plus de 60% des actifs masculins et 35,9% des actifs féminins réellement occupés exercent une profession agricole.

    Le nombre d'exploitations existant aujourd'hui est estimé à environ 550.000, réparties sur huit zones agro-écologiques. Elles sont constituées en majorité de petites et moyennes exploitations de type familial orientées vers la polyculture associée souvent au petit élevage (volailles, petits ruminants ou porcins).

    La superficie moyenne des petites exploitations agricoles est estimée à 1,7 hectares sur laquelle vivent en moyenne sept personnes. Environ 34% des exploitations couvrent moins d'un hectare. Seulement 5% des exploitations dans le sud et 20% dans le nord du Bénin couvrent plus de 5 hectares.

    Sur les 11 millions d'hectares de surface brute que compte le Bénin, un peu moins de 60% sont aptes à l'agriculture, révèle le même rapport.

    Commentaire
    Annonce
    Si vous prenez vos vacances en Chine, où voulez-vous aller ?
    Beijing
    Shanghai et les villes alentours
    Canton
    Xi`an
    Sichuan et Chongqing
    Xinjiang
    Tibet
    Autres


      

    RCI organise un concours de connaissances - « Percevoir Beijing » du 20 août au 20 octobre. Ce concours couvre des domaines très variés : l'histoire de la ville, le patrimoine culturel, les ressources touristiques, ainsi que la politique d'exemption de visa de transit durant 72 heures à Beijing. Son objectif est de susciter la découverte du charme de Beijing à travers des questions. Le lauréat du concour aura la chance de remporter une visite gratuite à Beijing.

    http://french.cri.cn/other/14gzbj/index.htm

    RCI vous propose

    Décès du photographe arlesien Lucien Clergue

    Beijing : un Bumblebee vu à Dongzhimen !

    Norvège : une aurore boréale illumine le ciel du fjord de Tromsø

    La vieille ville de Wuzhen vue du ciel
    plus>>
    © Radio Chine Internationale.Tous droits réservés.
    16A, rue Shijingshan, district Shijingshan, Beijing, Chine