La Chine : premier exportateur mondial, mais pas encore puissance commerciale
  2010-01-12 17:18:35  cri





src="mms://media.chinabroadcast.cn/french/wai100112.wma"


type="video/x-ms-wmv"
width="250" height="45">

D'après les derniers chiffres publiés par la Douane générale de Chine, en 2009, les exportations chinoises ont atteint 1 200 milliards de dollars. Aussi la Chine a-t-elle dépassé l'Allemagne et est-elle devenue le plus grand exportateur mondial. Or, des spécialistes ont fait remarquer qu'en dépit de son volume gigantesque d'exportations, la Chine est loin d'être une « puissance commerciale », si on examine ses exportations sous les angles de la structure des produits, de la capacité d'innovation et en particulier de la compétitivité essentielle.

Vers le milieu de l'année dernière, l'OMC (Organisation mondiale du Commerce) avait déjà prévu que, sur l'année, les exportations chinoises dépasseraient celles de l'Allemagne. Cette tendance s'est affirmée de plus en plus nettement à la fin de l'année, où les statistiques convergentes de diverses sources ont été rendues publiques. M. Song Hong est le directeur du Bureau de recherche sur le commerce international, rattaché à l'Institut de recherche sur la politique et l'économie mondiales de l'Académie chinoise des Sciences sociales. Selon lui, durant la dizaine d'années passées, les exportations chinoises enregistraient une croissance annuelle supérieure à 20%. Il s'agit donc d'un aboutissement tout à fait prévisible, et la crise financière internationale a tout simplement accéléré ce processus. Song Hong :

« Ce revirement s'explique par deux raisons. La première, c'est que, pendant une dizaine d'années, et particulièrement ces dernières années, les exportations chinoises ont rapidement augmenté, à un rythme bien supérieur à celui de l'Allemagne. Deuxièmement, dans le contexte de la crise financière internationale, qui a sérieusement affecté le commerce mondial, l'Allemagne en a subi les conséquences plus durement que la Chine ».

Aux dires de Song Hong, les exportations allemandes sont essentiellement composées de produits de luxe et de technologies de pointe. Sous l'impact de la crise financière, de nombreux pays ont tout d'abord réduit la consommation de ces produits. De son côté, la Chine exporte plutôt des produits de consommation de base, qui sont peu coûteux. En période de récession, les retombées de la crise sur ces produits sont évidemment faibles d'une manière générale.

Selon la presse étrangère, l'Allemagne ne s'inquiète pas du fait que la Chine soit devenue le premier exportateur mondial, car les deux pays n'exportent pas les mêmes produits. Des personnalités du milieu économique allemand estiment que l'accroissement des moyens financiers de la Chine donnera davantage d'opportunités aux entreprises allemandes, ce qui stimulera la demande chinoise pour les produits allemands des secteurs du sport, de l'automobile et de l'ingénierie. Par conséquent, cela favorisera la reprise économique en Allemagne.

Bien que la Chine soit le premier exportateur mondial, elle est loin d'être une « puissance commerciale ». Voici l'analyse de Song Hong :

« Quantitativement, les exportations chinoises ont effectivement connu une croissance très rapide. Mais nos exportations se basent plutôt sur des éléments de production à prix dérisoire et particulièrement sur le coût de revient peu élevé de la main-d'oeuvre. Si l'on compare avec les pays développés, on constatera que leurs produits sont, de manière générale, des produits haut de gamme, d'excellente qualité et dont le prix garantit une très bonne rentabilité. Par exemple : les avions, les puces informatiques, les écrans à cristaux liquides, etc. Nos produits d'exportation sont des produits qui nécessitent beaucoup de main-d'oeuvre, comme les vêtements et les chaussures. Quant à nos produits électromécaniques, les activités des entreprises chinoises se bornent généralement à la transformation et à l'assemblage ».

Les statistiques du ministère chinois du Commerce montrent que 60% des produits chinois d'exportation sont issus de holding étrangères. De plus, les exportations de services ne sont pas comptabilisés dans ces chiffres. Or, la Chine se trouve dans une situation défavorable au niveau du commerce des services, qui est le domaine réservé des pays développés. Encore aujourd'hui, les Etats-Unis continuent d'occuper la première place mondiale en la matière.

M.Song Hong a indiqué que les pays développés comme l'Allemagne, les Etats-Unis et le Japon sont toujours dans le peloton de tête dans ce domaine, devançant la Chine. Si la Chine veut effectivement devenir une « puissance commerciale », il lui est impératif de restructurer et d'optimiser ses secteurs d'exportation. Song Hong :

« Nous devons prioritairement monter en gamme nos produits, en les faisant passer à un niveau plus élevé. En second lieu, c'est encore plus important, il faut agir de sorte que nos entreprises se dotent de leurs propres technologies et de leurs propres marques à travers l'innovation autonome et l'application des principes politiques, scientifiques et techniques appropriés ».

Commentaire