v  Département françaisv Radio Chine Internationale

 
Culture

 
Tourisme

 
Panorama

 
Economie

JO de Beijing
Accueil | Actualité | Dossiers spéciaux | Apprenons le chinois | Radio en ligne | Services | Chine ABC
Expert du ministère du Commerce: La coopération sino-européenne dans le contexte de la crise financière
2009-02-25 21:04:22 China.org
A la fin de janvier et au début de février 2009, le premier ministre chinois Wen Jiabao a effectué un voyage de confiance en Europe. La Chine et l'Europe sont parvenues à un consensus important sur des questions internationales concernant entre autres la crise financière. Ayant signé 38 accords avec les quatre pays européens visités et l'Union européenne, la Chine enverra une délégation d'achat en Europe pour acheter des marchandises et des technologies européennes. Li Huiying, expert des affaires européennes de l'académie d'économie et de commerce extérieur du ministère chinois du Commerce, analyse la visite européenne du premier ministre Wen Jiabao et le voyage prochain en Europe de la délégation d'achat :

Renforcer la coopération sino-européenne

La récente visite du premier ministre Wen entend émettre un signal, à savoir, l'apaisement des tensions des relations bilatérales et la promotion de la coopération mutuelle pour contenir le protectionnisme et pour surmonter ensemble les difficultés, tout en présentant l'image de la Chine comme une grande nation responsable. Elle montre également une dépendance de la Chine vis-à-vis du marché occidental. Les dirigeants des deux parties annoncent qu'un forum de haut niveau sur les questions commerciales aura lieu à Bruxelles en avril, et qu'il est possible que le sommet Chine-Europe ait lieu à Prague en mai.

Contenir le protectionnisme

Avant que ne survienne la crise financière, le protectionnisme de l'Union européenne se manifestait déjà sous la forme de mesures antidumping ; étant donné la morosité du contexte économique actuel, des actions similaires pourraient bien se multiplier. Le fait que le protectionnisme sévisse à travers toute l'Europe est lié au niveau de développement économique et à la structure industrielle de chacun des pays membres de l'Union européenne.

L'objectif de la délégation d'achat chinoise est de contenir le protectionnisme européen contre les produits chinois. Car la pire crise économique après la Deuxième Guerre mondiale que nous subissons actuellement a provoqué une recrudescence du protectionnisme à l'échelle mondiale et a porté et continuera de porter atteinte à la Chine qui est le deuxième exportateur au monde. L'Union européenne constitue le premier partenaire commercial de la Chine, la croissance commerciale bilatérale est de 10 points plus élevée qu'entre la Chine et les États unis. Cela met en relief l'importance du commerce sino-européen. Cette démarche diplomatique à un tel moment favorise la réduction des déséquilibres commerciaux bilatéraux et permet également de détourner les regards de certains sur le taux de change du RMB. Par ailleurs, par rapport aux États-Unis et au Japon, les contraintes de l'Union européenne sur le transfert de technologies vers la Chine sont plus souples. Depuis longtemps, les technologies en provenance de l'Union européenne introduite en Chine représentent à peu près 50 % de l'ensemble des transferts. Les technologies européennes, avancées et possédant un service après-vente de qualité, sont favorablement accueillies par les entreprises chinoises.

Il incombe au gouvernement de promouvoir la coopération entre les PME.

Lors de sa visite en Europe, le premier ministre Wen a abordé à plusieurs reprises le sujet de la coopération entre les PME des deux parties, mais il existe de nombreuses difficultés. Premièrement, la Chine n'attache pas une grande importance au développement des PME, dont l'exploitation a progressivement décliné au cours des dernières années ; deuxièmement, les associations chinoises de différents métiers sont peu formelles, et n'arrivent pas à jouer correctement leur rôle de passerelle entre les PME des deux parties ; troisièmement, les PME européennes nourrissent des inquiétudes sur la protection des droits de propriété intellectuelle. Il existe, entre autres, de nombreux obstacles dans les domaines des ressources humaines, financières, matérielles, des canaux d'information ainsi que des plates-formes de coopération. Il reste donc beaucoup à faire au gouvernement pour mener à bien son travail de promotion de la coopération entre les PME.

Cette fois, parmi les pays visités, à savoir, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, l'Espagne et la Suisse, seuls les trois premiers sont politiquement importants dans l'Union européenne, mais le fait que la France ait été écartée de cette visite laisse voir une touche punitive.

La délégation d'achat chinoise visitera la Suisse, l'Allemagne, l'Espagne et la Grande-Bretagne pendant la dernière quinzaine de février. Figurent sur la liste d'achat certains équipements et technologies, ainsi que les marchandises et services clés chers à ces pays européens.

Commentaire

  • Interviews
  • Information
  • Contactez nous |