v  Département françaisv Radio Chine Internationale

 
Culture

 
Tourisme

 
Panorama

 
Economie

JO de Beijing
Accueil | Actualité | Dossiers spéciaux | Apprenons le chinois | Radio en ligne | Services | Chine ABC
30 ans de développement du secteur logistique à Shenzhen
2009-02-16 10:20:46 cri
Il y a 30 ans, on disait, en Chine « si on veut devenir riche, il faut d'abord construire des routes ». 30 ans après, on dit « si on veut développer l'économie de marché, il faut d'abord mettre en place un bon système logistique». Découvrons 30 ans de développement du secteur logistique à Shenzhen, la grande métropole du Sud de la Chine, juste à côté de Hong Kong. Shenzhen, ou l'une des premières villes chinoises à avoir profité du lancement de la politique de réforme et d'ouverture il y a trois décennies.

Il y a presque 30 ans, en juillet 1979, le Conseil des Affaires d'Etat décidait officiellement de la création d'une « zone spéciale d'exportation » à Shenzhen. Shenzhen était alors la seule ville du pays ayant une frontière terrestre commune avec Hong Kong. Shenzhen est ainsi tout naturellement devenue une zone privilégiée d'échanges et de communication entre la Chine et le monde extérieur.

Le secteur logistique est aujourd'hui devenu le deuxième secteur le plus important dans la ville, après les hautes technologies. Difficile donc d'imaginer qu'à la fin des années 70, les habitants de Shenzhen ne connaissaient même pas le sens du mot « logistique ». Wang Jiang travaille à l'Université de Shenzhen nous a dit« De 1978 à 1994, ça a été la première étape du développement de la logistique à Shenzhen. A ce moment-là, on n'utilisait même pas le mot « logistique », on disait tout simplement « gestion du transport ». Et c'était mal organisé. On ne s'occupait que du transport de marchandises. Il n'y avait pas de vision globale. Ce n'était pas les mêmes personnes qui s'occupaient de l'entreposage. C'est le Bureau du Commerce extérieur qui était chargé de déclarer les marchandises à la douane, et puis c'était à l'agence maritime de s'occuper de trouver des bateaux et de réserver les emplacements dans les navires. »

A l'époque, le secteur de la logistique était donc, c'est le moins qu'on puisse dire, mal organisé. He Jiewen, le directeur de Cosco, une agence maritime qui se trouve à Shenzhen nous a dit« Si un client voulait exporter ses marchandises, il fallait d'abord qu'il donne ses bulletins de commande à notre société, qui est chargée de faire la déclaration à la douane. Après avoir chargé les cargos, c'est une autre filière de Cosco qui s'occupait du transport. Une fois que les cargos arrivaient dans un pays, l'équipage devait se soumettre à un examen médical et les cargos subissaient une opération de contrôle aux frontières. Tout cela, c'était une agence locale qui s'en occupait. »

Cet ancien mode opératoire était source de nombreux problèmes pour les producteurs et leurs clients. Exportations et importations de marchandises étaient des opérations compliquées, faisant appel à beaucoup de secteurs et de sociétés. Des démarches qui constituaient, au final, des freins dans la circulation des marchandises.

Une situation qui a commencé à changer au début des années 90, grâce à l'arrivée d'investisseurs étrangers et privés à Shenzhen, qui ont investi dans le secteur de la logistique. De nombreuses entreprises de transport ont alors été restructurées, et un nouveau service est apparu dans le secteur de la logistique. Ce service, c'était celui dit du « porte-à-porte ». Les agents de la société allaient alors chercher les marchandises directement chez le client.

L'entreprise Flysman est spécialisée dans la logistique et propose désormais des prestations de transport aérien. Pour Lü Jianyi, le vice-directeur général de Flysman, le développement rapide de l'entreprise est dû à la réduction de la division du travail social, « Avant, il n'y avait pas d'entreprise de logistique. Les compagnies aériennes, elles installaient un stand à l'aéroport pour recevoir les clients, mais les services qu'elles proposaient n'étaient pas du tout suffisants. Donc, d'un point de vue économique, aussi, c'était synonyme de pertes financières. Pour le personnel de l'aéroport et les compagnies aériennes, le travail le plus important, c'est d'assurer la sécurité des vols. Alors si on leur demande, en même temps, de s'occuper de vendre des marchandises, de proposer des services au sol, ça va leur prendre beaucoup d'énergie. Et surtout qu'à l'époque, à 6h du soir, les compagnies aériennes fermaient. On ne pouvait plus rien faire, alors que nous, on prenait les bulletins de commande la journée, mais c'est le soir qu'on mettait en dépôt les marchandises. Je pense que plus réduite sera la division du travail social, plus le travail sera efficace. »

Alors que l'économie de marché s'imposait progressivement dans la vie chinoise, la municipalité de Shenzhen s'est rendu compte, très vite, de l'importance du secteur logistique. Elle a donc décidé d'augmenter son soutien au secteur. Zheng Yuying est la présidente de la Fédération d'achat et de logistique de Shenzhen. Elle rappelle que dès 1999, le gouvernement avait déjà l'intention de faire de la logistique un secteur clé à Shenzhen.Elle nous a révélé« Après avoir effectué des enquêtes et des recherches, le gouvernement a pris, en 2002, la décision de faire de la logistique un secteur clé de la ville. A partir de ce moment-là, de grands changements ont eu lieu dans le secteur de la logistique à Shenzhen. »

Shenzhen était alors la première ville du pays à avoir fait de la logistique un secteur prioritaire. Et une fois les politiques lancées, elles ont servi d'exemples aux autres villes chinoises.

Le gouvernement de Shenzhen a apporté un important soutien politique et financier à la rénovation des infrastructures nécessaires au développement du secteur logistique. Lü Jianyi, le vice-directeur général de Flysman a évoqué la situation à l'époque

« A l'époque, les routes de Shenzhen étaient mauvaises. Je peux vous donner un exemple. On transportait les marchandises du port à l'aéroport de Shenzhen, puis les marchandises partaient ailleurs, en avion. Mais alors que les marchandises avaient le temps d'être acheminées par les airs, dans d'autres villes du pays, notre camion, vide, qui avait amené les marchandises à l'aéroport, était, lui, encore sur la route du retour, vers l'entreprise, tellement les routes étaient mauvaises. Et puis, les ports étaient trop étroits et rudimentaires. Si on arrivait tard, on ne pouvait plus avoir de place pour garer nos camions en attendant de les charger le lendemain. Donc on était obligés d'envoyer nos camions au port la veille du chargement pour occuper la place. Et des fois, même, ça arrivait qu'on se batte pour obtenir une place au port. Mais aujourd'hui, tout a changé. On a de très bonnes routes à Shenzhen, et de l'aéroport à chez nous, ça ne prend plus que 20 minutes à présent.»

En 2007, quelques 210 millions de conteneurs ont été chargés ou déchargés à Shenzhen, ce qui fait de Shenzhen le 4e port au monde. L'aéroport de la ville, lui, a traité pas moins de 610 000 tonnes de marchandises, ce qui le classe parmi les 50 premiers au niveau mondial.

Shenzhen est également devenu, au fil des ans, un véritable noeud ferroviaire, qui en fait une ville incontournable au niveau du transport. Shenzhen possède également plus d'une dizaine de ports, reliés directement aux routes terrestres.

Le port de Yantian, ouvert en 1994, est actuellement le plus grand port de la ville. Bian Changqing travaille pour la société logistique du port de Yantian. C'est le directeur du service clients. Il nous dévoile les ambitions du port pour l'avenir : « Cette année, on va construire un grand centre de logistique moderne, grâce à un investissement d'un montant de plus de deux milliards de yuans. Environ 23 millions d'euros. Ce centre couvrira une superficie de 500 000 mètres carrés, et sera le plus grand du pays. »

Aujourd'hui, Shenzhen dispose d'un centre logistique parmi les plus modernes du monde. Il propose ainsi une chaîne de services complète, qui va de l'achat à l'emballage, en passant par le stockage.

Discturnkey est une entreprise de logistique spécialement destinée aux maisons d'édition. Pour le directeur marketing, Lin Ting, les ambitions de l'entreprise, c'est de fournir le plus de services à valeur ajoutée possible pour les clients et améliorer sans cesse la qualité du service :

« Si notre client veut acheminer ses marchandises vers un grand nombre de destinations, on va lui fournir un service de tri. Par exemple, il y avait un client qui avait 50 types de marchandises différentes. Et il comptait les livrer vers 20 destinations différentes. Je vais d'abord faire le tri pour lui, selon ses demandes, et puis ensuite livrer chaque type d'article vers chaque destination demandée. Aujourd'hui, les exigences des clients sont de plus en plus nombreuses. Il faut aussi, pour certains, qu'on leur trouve des fournisseurs fiables ou qu'on leur achète des matériaux de qualité, tout en comparant les prix, et cela, avant de passer à la dernière étape : la livraison »

Selon les statistiques, en 2007, les bénéfices réalisés par le secteur logistique ont atteint les plus de 102 milliards de yuans, 11,6 milliards d'euros. Ça fait un peu plus de 15% du PIB de la ville de Shenzhen.

La logistique représente désormais une large part de l'économie de la ville, mais il y a encore des progrès à faire, pour Wang Jiang, le directeur de l'Institut de recherche sur la logistique de Shenzhen rappelle que le secteur de la logistique, en Chine, est encore bien loin d'égaler le niveau de pays développés comme le Japon ou Singapour : « Dans les deux ans qui viennent, le gouvernement de Shenzhen compte construire un centre d'information moderne, bourré de hautes technologies. L'investissement sera de 2,1 milliards de yuans. 240 millions d'euros. Grâce à ce nouveau centre d'information, toutes les entreprises du secteur pourront partager des informations en toute sécurité. Ce nouveau centre permettra aussi de garantir efficacement la confidentialité de ces informations. »

Depuis le lancement il y a 30 ans de la politique de réforme et d'ouverture, Shenzhen est devenue un important maillon de la chaîne logistique au niveau mondial.

Ça fait plus de dix ans désormais que la société allemande Transcombi coopère avec les ports de Shenzhen. Et son directeur marketing, Gerd Sander, affiche sa confiance dans le secteur logistique à Shenzhen et dans les relations entre son entreprise et les ports de la ville. « Shenzhen occupe une place importante dans la logistique mondiale. Et elle sera amenée à prendre de l'importance. Je suis convaincu que notre coopération se renforcera de jour en jour »

Commentaire

  • Interviews
  • Information
  • Contactez nous |