v  Département françaisv Radio Chine Internationale

 
Culture

 
Tourisme

 
Panorama

 
Economie

JO de Beijing
Accueil | Actualité | Dossiers spéciaux | Apprenons le chinois | Radio en ligne | Services | Chine ABC
Concours de connaissance Chine-Algérie(1)
2008-11-14 16:43:05 cri
Cette année au 20 décembre, cela va faire un demi siècle que la Chine et l'Algérie ont établi des relations diplomatiques. Pour marquer cet anniversaire, Radio Chine internationale lance, en coopération avec l'ambassade de Chine en Algérie et Radio Algérie, un concours de connaissance sur les relations sino-algériennes.
Voici deux questions pour vous : 1ère question : En quelle le président chinois Hu Jintao s'est-il rendu en visite en Algérie, et en quelle année le président Bouteflika a-t-il visité la Chine ?
2ème question : A l'issue de quelle édition de l'Assemblée générale des Nations Unies et par l'adoption de quelle résolution la Chine a-t-elle pu recouvrer son statut de membre des Nations Unies ?
Zhou Enlai, l'ancien Premier ministre chinois a qualifié les relations sino-algériennes d' amitié à toute épreuve. C'est vrai que pendant plus d'un demi siècle, Chinois et Algériens se sont toujours accordé aide et soutien, sans jamais s'abandonner les uns les autres, même dans les moments les plus difficiles.
1830, l'armée française a fait irruption dans les régions côtières d'Algérie. En 1905, tout le territoire algérien est réduit en une colonie française. Le peuple algérien s'est opiniâtrement battu pendant un siècle pour obtenir l'indépendance nationale. Dans les années 1950, la toute jeune République populaire de Chine n'a pas tardé de témoigner de la solidarité et de l'amitié à l'Algérie qui luttait pour son indépendance.
En effet, le gouvernement chinois a accordé à l'Algérie de l'aide militaire-des armes et munitions qu'il faisait parvenir au GPRA, Gouvernement provisoire de la République algérienne, basé au Caire. Yang Fuchang, ancien vice-ministre chinois des Affaires étrangères, qui faisait des études à l'Université du Caire, a indiqué :
« Avril 1955, à moins de 6 mois que la Guerre d'Algérie avait éclaté, le premier ministre Zhou Enlai déclarait lors de la Conférence de Bandung, en Indonésie, que le peuple chinois soutenait sans réserve la lutte du peuple algérien. Le 22 septembre 1958, 3 jours après la fondation du gouvernement provisoire algérien, la Chine l'a officiellement reconnu, en qualifié l'Algérie de pionnier dans la lutte menée par les peuples d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine pour combattre l'impérialisme et le colonialisme et pour obtenir l'indépendance nationale. La Chine a soutenu l'Algérie, non seulement sur les plans politique et moral, mais aussi sur le plan matériel, en fournissant à celle-là des armes, des munitions et autres matériels. »
Vient donc le 20 décembre 1958, date où la Chine a établi les relations diplomatiques avec la République algérienne, l'Algérie n'était pas encore un pays tout à fait indépendant. Son indépendance n'a été déclarée que le 3 juillet 1962.
Zhou Enlai, le Premier ministre chinois de l'époque, s'est rendu 2 fois en visite en Algérie, en 1963 et 1965. Suite à ces visites, une grande avenue d'Alger a été rebaptisée Avenue de Pékin. Les deux déplacements du Premier ministre chinois en Algérie étaient dans l'objectif non seulement de faire des échanges, mais aussi de témoigner de la solidarité.
Chen Yi, vice-Premier ministre chinois est allé visiter l'Algérie en 1965. De cette visite, Yang Fuchang garde encore de vifs souvenirs :
« J'ai accompagné le vice-Premier ministre Chen Yi en Algérie et lui ai servi d'interprète. Ce qui m'a permis de ressentir de près l'amitié du peuple algérien. Je me souviens encore de ce jour où l'avion spécial de M. Chen Yi quittait le Mali pour Alger : le mauvais temps qu'il faisait à Alger ne permettait pas d'atterrir, nous avons donc été obligés à atterrir dans une ville du sud d'Algérie. Là, la délégation chinoise a fait l'objet d'une réception extrêmement chaleureuse et amicale. On nous a offert un dîner avec mouton grillé, servi selon la tradition locale aux hôtes les plus distingués. »
Pendant de longues années suite à sa fondation, la Chine nouvelle s'est trouvée, pour des raisons politiques et idéologiques, isolée sur la scène internationale. Elle est restée en dehors des Nations Unies pendant 26 ans. Et ce ne fut qu'en 1971 que la République populaire de Chine a récupéré son siège aux Nations Unies.
Le 25 octobre 1971, par l'adoption de la résolution 2758, l'assemblée générale des Nations Unies a décidé d'admettre en son sein la Chine comme pays membre à part entière. Cet événement a marqué une victoire de la diplomatie chinoise, victoire remportée au bout d'une longue lutte, soutenue par nombre de pays dans le monde qui aspirent à la justice. Témoignage de Yang Fuchang :
« La Chine n'aurait pas pu recouvrer son siège aux Nations Unies, sans le soutien de ses pays amis, dont l'Algérie, qui avait joué un rôle très important. Dès 1965, l'Algérie était parmi les pays signataires d'une proposition réclamant le retour de la Chine aux Nations Unies, cette proposition était à l'origine de la résolution 2758, soutenue par 29 pays dont l'Algérie et l'Albanie. La résolution a été, après de longues délibérations, adoptée en 1971 à l'issue de la 26ème Assemblée générale de l'ONU. Le représentant de l'Algérie a dit alors au représentant chinois, que la victoire appartenait à l'ensemble des pays en voie de développement, et que c'était en représentant tous ces pays que la Chine rentrait au Conseil de Sécurité. Le droit de veto de la Chine était pour tous les pays en voie de développement, a-t-il. »
Malgré la distance géographique entre la Chine et l'Algérie, les deux peuples sont unis par une amitié profonde. Une amitié qui depuis plus d'un demi siècle, a résisté aux agitations constantes de la situation régionale ou internationale. La Chine et l'Algérie restent aujourd'hui bons amis et bons partenaires, faisant preuve de fidélité et de sincérité l'une à l'autre, s'accordant aide et soutien, et cherchant, sur la base d'une étroite coopération, le développement en commun.
La coopération entre les deux pays n'a jamais cessé de se renforcer sur les plans politique, économique et culturel, et a déjà abouti à de nombreux résultats. En ce qui concerne les dossiers majeurs tels que Taiwan, les droits de l'homme et le Tibet, la Chine sait qu'elle peut toujours compter sur la solidarité de l'Algérie.
Selon Yang Fuchang, « Depuis 50 ans, les relations sino-algériennes sont extrêmement amicales et étroites, et se sont développées de manière saine, sans encombre, sans avoir été perturbées par aucun incident. Les principes d'égalité et d'avantage réciproque ont été totalement observés. Aujourd'hui, ces relations en sont arrivées à un niveau de partenariat stratégique, cela correspond à la volonté commune des deux côtés, qui se sont toujours accordé confiance, soutien et respect. Aucun des deux pays n'a jamais tenté d'imposer sa propre volonté à l'autre. »
Lors d'une interview exclusive accordée à RCI, Zhai Jun, ministre assistant des Affaires étrangères a indiqué que le parcours des relations sino-algériennes durant le demi siècle avait prouvé que les deux peuples étaient liés par une amitié à toute épreuve.
Les échanges de visite des deux chefs d'Etat ces dernières années ont permis de hisser les relations bilatérales au niveau stratégique, et de porter de nouveaux éléments à l'amitié traditionnelle. Les relations sino-algériennes entrent désormais dans une nouvelle phase de développement rapide, affirme Zhai Jun.
« Les deux chefs d'Etat ont décidé d'établir des relations de coopération stratégique. En 2004, M. Hu Jintao, lors de sa visite en Algérie, a déclaré conjointement avec M. Bouteflika l'établissement des ces relations. Novembre 2006, durant la visite du président Bouteflika en Chine, les deux pays ont publié la Déclaration sur le développement des relations de coopération stratégique. Ceci résulte du développement des relations de coopération amicale traditionnelle entre les deux pays, et correspond aux intérêts fondamentaux des deux peuples. »
Le ministre assistant a donné des explications sur la portée de ces relations de coopération stratégique :
« Il est essentiellement question de renforcer les échanges et la coopération sino-algériens dans de divers domaines, tels que politique, économique, énergétique, culturel, éducatif, touristique, scientifique et technique, et en matière de lutte contre les calamités naturelles. Il est également question d'améliorer les consultations et la coordinations entre les deux dans la gestion des dossiers majeurs internationaux ou régionaux, de promouvoir la dialogue et la coopération mutuellement avantageuse dans le cadre du Forum de coopération sino-algérien. Les deux pays doivent travailler ensemble pour la démocratisation des relations internationales multilatérales, pour la sauvegarde de la paix et de la sécurité dans le monde, et des intérêts communs des pays en voie de développement. Le développement des relations de coopération stratégique sino-algériennes favorisera non seulement le développement socio-économique de chacun des deux pays, mais aussi la consolidation de leur amitié traditionnelle, et enfin la paix et le développement de notre monde. »
C'était un premier reportage consacré au 50ème anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et l'Algérie. N'oubliez pas de répondre à nos questions. Première : En quelle le président chinois Hu Jintao s'est-il rendu en visite en Algérie, et en quelle année le président Bouteflika a-t-il visité la Chine ? 2ème question : A l'issue de quelle édition de l'Assemblée générale des Nations Unies et par l'adoption de quelle résolution la Chine a-t-elle pu recouvrer son statut de membre des Nations Unies ?
Vous êtes tous les bienvenus à participer à notre concours de connaissance, organisée en coopération avec l'ambassade de Chine à Alger et Radio Algérie. RCI en français va consacrer 4 reportages à ce concours, des questions vous seront posées après chaque reportage.
Envoyez-nous vos réponses par mail, à crifra@cri.com.cn, ou par fax à 00 86 10 68 89 19 59, ou encore par la poste à l'adresse suivante : CRI-22, service arabe, Radio Chine Internationale, No.16A, Shijingshanlu, Beijing, 100040. Bonne chance à tous !
Commentaire

  • Interviews
  • Information
  • Contactez nous |