v  Département françaisv Radio Chine Internationale

 
Culture

 
Tourisme

 
Panorama

 
Economie

JO de Beijing
Accueil | Actualité | Dossiers spéciaux | Apprenons le chinois | Radio en ligne | Services | Chine ABC
La Chine ne compte pas acheter deux vestiges culturels mis aux enchères par Christie's à Paris
2009-01-24 11:07:20 xinhua
L'Administration nationale du Patrimoine culturel (ANPC) de Chine a annoncé vendredi qu'elle ne comptait pas acheter deux objets historiques en bronze pillés, qui seront mis aux enchères en février par Christie's en France.

Ces deux trésors nationaux sont les têtes en bronze du rat et du lièvre provenant du Yuanmingyuan, ancien palais impérial d'été construit sous la Dynastie des Qing (1644-1911). Ils furent dérobés et emmenés à l'étranger quand le palais fut incendié par les forces de l'Alliance anglo-française durant la Seconde guerre de l'opium en 1860.

Les objets, qui seront mis aux enchères à Paris, appartiennent actuellement à la Fondation Yves Saint-Laurent et ont été mis en vente par son partenaire Pierre Bergé.

"Il est inacceptable qu'une compagnie étrangère mettrait aux enchères les objets historiques volés et nous n'essaierons pas de les racheter", a déclaré Song Xinchao, directeur du département des musées de l'ANPC.

Face à ce problème, le meilleur moyen est de l'ignorer, parce que certains hommes d'affaires pourraient profiter du patriotisme des Chinois pour faire monter les enchères, a affirmé M. Song.

Autrefois, ces têtes d'animaux en bronze décoraient une fontaine du jardin du Yuanmingyuan et représentaient les douze animaux du zodiaque chinois. Cinq de ces têtes sont déjà de retour en Chine. On ignore où sont les cinq autres.

En 2007, la maison américaine Sotheby's avait envisagé de mettre aux enchères la tête de cheval. Le milliardaire de Macao Stanley Ho paya 69,1 millions de dollars HK pour l'acheter avant la vente aux enchères et il en fit don au gouvernement chinois.

Le mois dernier, 69 avocats chinois ont intenté une action en justice contre Christie's, pour s'opposer à la vente des deux vestiges culturels.

"Le procès sera intenté devant un tribunal français en vertu du droit international", a indiqué Liu Yang, un des avocats volontaire dans cette affaire.

Il a annoncé que les avocats chinois allaient faire ordonner l'arrêt de la vente et qu'ils essaieraient ensuite de persuader le propriétaire de rendre ces objets culturels pillés à la Chine.

Les deux têtes d'animaux en bronze seront mises aux enchères à Paris les 23 et 25 février. On s'attend à ce qu'elles atteignent 8 à 10 millions d'euros (environ 10,4 à 13 millions de dollars), a indiqué le Fonds spécial chinois pour le Sauvetage des Objets culturels perdus à l'Etranger.

Un internaute chinois a indiqué sur le site Sina.com que "les objets culturels pillés doivent être restitués gratuitement à la Chine".

Commentaire

  • Interviews
  • Information
  • Contactez nous |