v  Département françaisv Radio Chine Internationale

 
Culture

 
Tourisme

 
Panorama

 
Economie

JO de Beijing
Accueil | Actualité | Dossiers spéciaux | Apprenons le chinois | Radio en ligne | Services | Chine ABC
Mausolée des empereurs des Xia de l'Ouest et dessins sur roche du mont Helan
2009-02-04 11:01:26 cri

Bonjour, nous allons nous emmener dans la Chine du début du deuxième millénaire. Il y a près de 1 000 ans, lorsque la dynastie des Xia de l'Ouest régnait sur le Nord-Est de ce qui est actuellement la Chine.

Direction donc Yinchuan, la capitale de la Région du Ningxia, au Centre-Nord de la Chine d'aujourd'hui. Cette ville, également appelée la « ville du Phénix », abrite notamment les vestiges de l'ancien royaume des Xia de l'Ouest. Nous partirons aujourd'hui à la découverte du mausolée des rois des Xia de l'Ouest et des dessins sur roche retrouvés tout près de là, dans les montagnes Helan, à quelques dizaines de kilomètres de la ville de Yinchuan.

L'occasion de découvrir l'histoire et la culture, mystérieuse, de cette dynastie, fondée par un peuple aujourd'hui disparu : les Tangoutes.

C'est au début du XIe siècle, en 1032, que les Tangoutes, une ethnie nomade, ont fondé la dynastie des Xia de l'Ouest, dans le Centre-Nord de ce qui est actuellement la Chine. Une zone qui avait pour centre ce qui est actuellement la Région du Ningxia.

A cette époque là, il y a près d'un millénaire, et durant plusieurs dizaines d'années, la Chine était divisée en trois parties. Le royaume des Liao, dans le Nord-Est de la Chine actuelle. Le royaume des Song du Sud, dans le Sud-Est de la Chine actuelle. Et, donc, le royaume des Xia de l'Ouest, qui aura vécu durant près de 200 ans, avant que la dynastie ne soit exterminée par les armées mongoles, au début du XIIIe siècle.

Une défaite à l'issue de laquelle les Tangoutes se sont alors assimilés aux populations environnantes, aux Han, qui constituent l'ethnie aujourd'hui majoritaire en Chine, ou encore à d'autres ethnies.

Il ne faut qu'une heure et demie pour aller du centre-ville de Yinchuan au mausolée des rois des Xia de l'Ouest. Un mausolée qui reste, aujourd'hui, à l'heure actuelle, l'un des tombeaux de souverains parmi les plus grands et les mieux préservés de Chine.

Le mausolée des rois des Xia de l'Ouest a été découvert par hasard, dans les années 70. En juin 1972, ce sont des militaires stationnés près de Lanzhou, la capitale de la province voisine du Gansu, qui l'ont découvert. Les soldats étaient en train de construire un petit aéroport militaire au pied du mont Helan lorsqu'ils sont tombés, par hasard, sur une dizaine de céramiques et de briques carrées parsemées d'inscriptions. Ce n'est que par la suite, à l'aide des archéologues du musée provincial, que le vieux mausolée a pu être mis à jour.

Des dessins sur roche et des céramiques ont aussi été découverts. Pour les archéologues, c'est incontestable, ce mausolée date de l'époque des Xia de l'Ouest. Les caractères retrouvés sur les briques, assurent-ils, sont ceux de l'écriture des Tangoutes. Une écriture aujourd'hui disparue et qui reste encore, à bien des égards, mystérieuse.

Durant les 30 années qui ont suivi, les archéologues ont poursuivi leurs recherches. Des recherches qui ont permis de mettre à jour le mausolée des rois, quatre tombeaux, quatres pavillons avec des stelles, ainsi que les ruines d'une salle dédiée aux sacrifices.

Dans le mausolée, les archéologues ont découvert de nombreux vestiges, particulièrement précieux d'un point de vue historique. On y trouve, pêle-mêle, des peintures qui dépeignent la vie quotidienne du peuple à l'époque des Xia de l'Ouest, des sculptures de plusieurs styles différents, ou encore des monnaies de différentes époques. Le plus étonnant étant sans doute la forme originale des sculptures en pierre et des statues en terre cuite. Ces objets qui ont été retrouvés, et plus largement le mausolée, qui a été mis à jour, ont évidemment été particulièrement utiles dans l'étude de la civilisation des Xia de l'Ouest.

De par la nature même des Tangoutes, dont la culture était très différente des autres populations qui peuplaient les autres royaumes, ce mausolée est très différent des tombeaux des autres dynasties chinoises, qu'on trouve ailleurs en Chine. De nombreux visiteurs sont attirés chaque année par son côté atypique. C'est du moins ce que pense le directeur de l'Institut de recherche sur les Xia de l'Ouest, Du Jianlu, qui étudie depuis longtemps la culture de cette dynastie :

« Le mausolée des rois des Xia de l'Ouest se trouve à l'Est du mont Helan, qui se situe lui-même dans la banlieue Ouest de Yinchuan. Large de 4,5 km et long de 10 km, le mausolée s'étend sur près de 50 kilomètres carrés. Il y a au total neuf tombeaux de souverains et plus de 100 autres tombeaux. Le mausolée des rois des Xia de l'Ouest présente à la fois des spécificités propres aux Tangoutes, mais quelques caractéristiques de l'ethnie Han. »

Un chercheur de l'Institut d'archéologie des Xia de l'Ouest, Niu Dasheng, se souviendra toujours de sa première impression, lorsqu'il a visité le mausolée pour la première fois, il y a déjà de nombreuses années :

« J'avais l'impression qu'il était extrêmement grand et mystérieux... On aurait dit qu'il était sans limites. Je n'arrivais pas à imaginer combien de trésors il pouvait cacher... Je n'arrivais pas à dire ce que je ressentais à ce moment-là... »

Ce n'est pas un tumulus, mais des centaines, en forme de cônes, qui se dressent aujourd'hui sur la terre de loess. Ils ressemblent tous à des collines. Aujourd'hui, le mausolée, qui a subi l'érosion dû du vent et de la pluie, a déjà été fortement défiguré, mais l'édifice tient bon. Jamais, en l'espace d'un millénaire, il ne se sera effondré, montrant là sa solidité.

Le tombeau numéro 3, qui occupe une superficie de 15 000 mètres carrés, est le plus grand et le mieux préservé des neuf tombes de souverains. Les archéologues pensent que c'est le tombeau qui abrite la sépulture de Li Yuanhao, l'empereur fondateur de la dynastie des Xia de l'Ouest. Pour Du Jianlu, le directeur de l'Institut de recherche sur les Xia de l'Ouest, la découverte de ce tombeau est très importante pour l'étude du mausolée.

« A l'exception des mausolées des empereurs Qing, le mausolée des rois des Xia de l'Ouest est le seul, parmi les mausolées des rois ou empereurs d'ethnies minoritaires, à avoir été bien préservé. C'est pourquoi ce mausolée est vraiment important pour l'étude des mausolées chinois. Ensuite, en second lieu, à travers le grand nombre de matériaux qu'on a retrouvé, comme les vernis, on a des éléments nouveaux pour étudier l'histoire de l'architecture chinoise. Enfin, les techniques de fabrication des chevaux en pierre et des b?ufs en cuivre nous donnent un éclairage très instructif sur l'artisanat de la période des Xia de l'Ouest. »

Après le mausolée des rois Xia de l'Ouest, nous allons maintenant nous intéresser aux dessins sur roche du mont Helan, situé à quelques kilomètres de là.

Des dessins sur roche qu'on peut observer tout particulièrement dans le village de Jinshan, dans le district de Helan, là où les sommets sont très élevés. Ce district se situe à 50 km de la ville de Yunchuan. Près de 1 000 dessins sur roche se répartissent sur les pentes escarpées. Ils s'étendent sur plus de 600 mètres.

Ces dessins, très basiques, mais non moins réalistes, représentent pour la plupart des scènes de la nature. La moitié des peintures sont des portraits d'homme. L'autre moitié est composée de représentations d'animaux, comme des boeufs, des chevaux, des ânes, des cerfs ou encore des oiseaux, par exemple. Voire même des animaux imaginaires.

Ces dessins sur roche, selon les scientifiques, ont été réalisés à différentes périodes. Les sujets et les scènes représentés étaient réalisés avec beaucoup de précision, avaient l'ambition d'être réalistes. D'autres dessins, par contre, comme on l'a dit, sortaient tout droit de l'imagination des artistes, sans souci d'une réalité fidèle.

Des dessins sur roche, qui, aujourd'hui, constitue une espèce de galerie d'art, bien utile pour étudier l'histoire, la culture et l'économie des ethnies nomades. Détails avec Li Xiangsheng, de l'Université des minorités du Nord. Il est chercheur au Centre de recherche sur les dessins sur roche :

« Les dessins sur roche dans le Nord du pays sont souvent gravés, mais il y a aussi des peintures, comme celles de la vallée de Baijigou. Dans le Sud, c'est surtout des peintures, comme celles du mont Huashan, dans la province du Guangxi, qui étaient dessinées sur la pierre avec des colorants à base de sang de b?uf et d'oxyde ferrique. C'est pourquoi le style qu'on retrouve au Nord est différent de celui qu'on retrouve au Sud. »

En 1997, les dessins sur roche du mont Helan ont été inscrits sur la liste indicative du Patrimoine mondial de l'Unesco. En 2004, une première demande a été déposée pour qu'ils soient inscrits à part entière sur la liste du Patrimoine mondial de l'Unesco. En attendant, il y a quelques mois, en septembre dernier, le Musée des dessins sur roche du mont Helan a ouvert ses portes au public.

Dans le Nord de la ville de Yinchuan se trouvent également les vestiges de deux forteresses. Ces forteresses datent des dynasties Ming et Qing, les deux dernières dynasties chinoises. Depuis, elles ont été transformées en lieu de tournage et font partie désormais de studios de cinéma. Les studios Zhenbeibao.

Dans les années 80, le film « Le Sorgho rouge », du célèbre réalisateur chinois Zhang Yimou a ainsi été tourné là-bas. Il a obtenu l'Ours d'or au Festival du film de Berlin. Cela a permis de faire connaître l'endroit. Ce n'est qu'après que le célèbre écrivain chinois Zhang Xianliang a fait reconstruire les deux fortifications et a créé le studio de cinéma. Depuis, plus de 60 films et séries télévisées y ont été tournés. Zhang Xianliang :

« La différence entre le Zhenbeibao et les autres studio de tournage est que dans les autres lieux de tournage, les architectes construisent des pavillons, des palais et des cours en imitant l'architecture ancienne. Voilà pourquoi le style est toujours identique et rigide. Tandis qu'au studio Zhenbeibao, il y a plus de marge de manoeuvre. Les décors sont interchangeables. C'est l'affaire de décorateurs. Ça permet de multiplier les atmosphères, les styles culturels. Ça permet au film d'être plus réaliste. »

Commentaire

  • Interviews
  • Information
  • Contactez nous |