v  Département françaisv Radio Chine Internationale

 
Culture

 
Tourisme

 
Panorama

 
Economie

JO de Beijing
Accueil | Actualité | Dossiers spéciaux | Apprenons le chinois | Radio en ligne | Services | Chine ABC
Le tourisme du Hutong à Beijing
2008-12-22 16:04:28 cri

Bienvenue aujourd'hui, nous allons vous présenter le développement du tourisme dans les Hutong de Beijing.

Tout d'abord, nous allons vous expliquer ce qu'est une Hutong?

Comme vous le savez peut être, Hutong est un mot d'origine mongole, qui veut dire « ruelles », et comme la Chine est un immense pays, beaucoup de régions ont leur propre dialecte. Le mot ruelle est donc différent. Par exemple, les Shanghaiens appellent les ruelles Nongtang, et à Xi'an, on l' appelle Xiangzi. C'est à Pékin qu'on les appelle Hutong. Et puis, si l'on dit Hutong, on désigne généralement les ruelles construites dans l'antiquité. Elles font partie du patrimoine culturel, on peut donc les considérer comme des monuments historiques.

Dans l'histoire, Pékin a été la capitale pendant plusieurs dynasties : la dynastie des Yuan, des Ming et des Qing. Les familles impériales ont laissé chacune leur marque dans l'histoire en construisant quantité de bâtiments royaux, parmi lesquels le Palais impérial, le Palais d'été, les tombeaux des empereurs des Ming, le Temple du Ciel, etc?mais tout cela ne nous donne qu'une image grandiose et somptueuse de la vie de la famille royale. A l'inverse, les Hutong sont les ruelles des quartiers d'habitation des simples citadins, elles reflètent la vie des Pékinois moyens. Mais ces ruelles sont redevenues progressivement au goût du jour, et maintenant, outre ses habitants ordinaires, on peut remarquer que de nombreux artistes et écrivains y résident également, peut-être du fait que les lieux sont propices à leur inspiration. En règle générale, on peut dire que c'est dans les Hutong que l'on peut découvrir le véritable Pékin d'autrefois, car le mode de vie de leurs habitants est très interessant pour ceux qui aspirent à connaître la Chine. Aujourd'hui, à l'écoute de cette demande d'authenticité, une nouvelle forme de tourisme exploitant les Hutong s'est créée, dont nous vous présentons la situation.

Actuellement, il n'y a au total que 3 sociétés qui sont autorisées à faire du tourisme dans les Hutong, et la semaine dernière, le journaliste de RCI s'est entretenu avec Xu Yong, le directeur général d'une Agence qui exploite la valeur culturelle des Hutong. XuYong est la première personne à avoir proposé la mise en exploitation des Hutong. L'année dernière, son entreprise a accuelli plus de cent mille personnes, avec un chiffre d'affaire de 4 millions 400 mille yuans. Maintenant cette agence se classe au premier rang dans ce domaine.

Xu Yong est un homme d'affaires brillant. Mais ses affaires n'ont pas été au début pas été faciles, et il ce n'est que grâce à sa tenacité qu'il en est arrivé à ce résultat. Nous vous invitons à écouter son histoire :

Notre compagnie a été crée en 1993, et en 1994, nous avons lancé le projet d'exploiter les Hutong. Au début, beaucoup de gens ne nous comprennaient pas, puisque à l'époque, beaucoup d'anciens quartiers n'étaient pas bien aménagés. La route était étroite et sale, et la circulation mauvaise. On m'a demandé pourquoi je voulais montrer ce genre d'endroit aux étrangers. On m'a rétorqué qu'il vaut mieux montrer aux touristes la Place TianAnMen qui est beaucoup plus belle.

Tout ce qui est nouveau, on le sait, provoque souvent des réticances, et ce projet n'a pas fait exception à la règle. Il a été particulièrement difficile d'obtenir l'accord de tout le monde. Heureusement, Xu Yong a tenu bon, sûr sur son idée que la vie des simples Pékinois intéresserait les étrangers. D'après lui, les vieux quartiers constituent un aspect unique de la civilisation de Pékin, et Pékin est avant tout un centre culturel. Les bulding ultra-modernes n'attirent pas les étrangers, puisqu'ils ont ce genre de bâtiments dans leur pays ; au contraire, ils sont à la recherche de choses authentiques. Par exemple, manger des raviolis chinois dans une maison typiquement chinoise est un grand plaisir pour les gens qui sont curieux de cette civilisation. De plus, le palais impérial ainsi que la Grande Muraille ont perdu leur rôle. En effet, plus personne n'y habite. Par contre, beaucoup d'habitants habitent encore dans les vieux quartiers. Donc, par rapport aux monuments impériaux, les Hutong sont beaucoup plus vivants, c'est la vrai vie. Les chiffres en témoignent, maintenant, plus de 99% de leurs clients sont des touristes Européens et Nord Américains. Un autre point fort pour son projet, ce sont les moyens de transport, car les déplacements dans les Hutong sont assurés par les pousse-pousses. Aujourd'hui, les pousse-pousses se voient rarement ou jamais dans les villes modernes, à plus forte raison en Europe ou aux Etats-Unis. Les touristes occidentaux se montrent très intéressés par ce moyen de locomotion. Mais au début, Xu Yong ne disposait que de 30 pousse-pousses, et accueillait seulement quelques centaines de touristes par an. Mais en 1996, son affaire connaissant un essort considérable, le nombre des touristes a atteint des dizaines de milliers. A la pleine saison, au printemps et en automne, on compte près de 10 mille personnes par mois. Xu Yong au micro :

Nous sommes maintenant la plus grosse agence du tourisme dans les Hutong, avec un effectif de près de 130 personnes (employés), dont 23% sont des cadres et des guides interprètes. Entre 1994 et 2001, nous avons accuelli au total quelques 500 mille touristes. Et notre entreprise s'est transformée en une société anonyme par actions pour s'adapter aux nouvelles conditions. Les trois principaux actionnaires sont respectivemnt le Groupe de voyages de la Capitale, le gouvernement de l'arrondissement de Xicheng et Xu Yong avec Huang Jun. M. Huang Jun est le partenaire de Xu Yong, l'autre fondateur de cette société.

Dans une période relativement courte, l'agence de Xu Yong a connu un développement remarquable, comment expliquer son succès dans ce cas?

D'abord Xu Yong a une passion pour les Hutong. Quand il était ingénieur à l'usine, après le travail, il arpentait souvent les ruelles avec sa caméra. Et puis il a toujours eu un esprit très « commercial ». Quand les autres se félicitaient de la modernisation de Pékin, il avait déjà pensé à rentabiliser les anciens monuments en y développant une nouvelle forme de tourisme.

Il s'est rendu compe que les Hutong pouvait rapporter de l'argent, car, du fait de sa passion pour ces vieux quartiers, il connait bien les ressources des Hutong. A Pékin, on dénombre près de 1500 anciennes ruelles mais toutes ne sont pas exploitables. Les circuits organisés par Xu Yong sont les meilleurs. Ces circuits se font autour du lac Shichahai, appelé également le lac des Dix monastères. C'est un lac de 34 hectares. En été, d'innombrables lotus poussent dans le lac. Au bord, à l'ombre des saules pleureurs, beaucoup d'habitants jouent au mah-jong, aux échecs, bavardent, ou bien se promènent avec des animaux domestiques. C'est intéressant d'y faire un tour pour voir comment vivent les Chinois. Et puis, là-bas, se trouve l'ancienne résidence du Prince Gong, le chef de la diplomatie à l'époque de l'impériatrice Cixi, l'ancien résidence de Madame Soong Qingling, la femme de docteur Sun Yatsun, qui a renversé Pu Yi, le dernier empereur des Qing. Enfin, deux bâtiments magnifiques se dressent ici, c'est la Tour du Tambour et Tour de la Cloche. La fonction de ces deux bâtiments était d'annoncer l'heure dans l'antiquité. Ils ont été construits il y a près de 700 ans, et leur vue donne sur le lac et des habitions.

Evidemment, on peut penser que ce genre de tourisme exaspère les habitants de ces quartiers, et se demander quelles sont leurs réactions quand aux touristes, nombreux, qui peuvent pertuber leur vie.

Nous donnons maintenant la parole à Mademoiselle Song Fei, un guide francophone qui accompagne souvent les touristes mais qui reste en contact avec les habitants locaux.

D'une manière générale, les habitants se montrent accueillant envers les touristes étrangers. Si l'on organise les repas des touristes chez les habitants, ces derniers peuvent en retirer des profits. De plus, nous essayons d'éviter de leur rendre visite à l'heure où les gens ou leurs voisins se reposent. Nous faisons notre possible pour ne pas perturber leur vie.

Et puis, avec le développement, cette société a diversifié ses activités. Elle organise aussi des circuits en bateau. Écoutons mademoiselle Song Fei :

Vous savez, en été, il fait tellement chaud à Pékin. Mais aux alentours de ShiShahai, avec le lac et les végétations, il fait frais. Le soir, beaucoup de gens se promènent au bord de lac pour prendre l'air. Au nord du lac, de nombreux restaurants de quartier confectionnent des petits en-cas, ils vendent des rôtis,des brochettes, du thé etc?Alors Xu Yong a organisé des visites en jonque. Sur le bateau, un homme godille à l'arrière tandis qu' une femme joue de la musique traditionnelle.

Ce programme est très bien accueilli par les Chinois et les étrangers travaillant à Pékin, et certains d'entre eux font plusieurs fois ce tour en été.

(BI Xiaosheng)

Commentaire

  • Interviews
  • Information
  • Contactez nous |