v  Département françaisv Radio Chine Internationale

 
Culture

 
Tourisme

 
Panorama

 
Economie

JO de Beijing
Accueil | Actualité | Dossiers spéciaux | Apprenons le chinois | Radio en ligne | Services | Chine ABC
Le Tulou au Fujian
2008-12-11 23:26:50 cri

Au IVe siècle, les Chinois d'ethnie han qui vivaient dans la région des Plaines centrales ont commencé à se déplacer vers le sud. Après avoir connu plusieurs migrations, ils ont finalement abouti au Fujian, en Chine du sud-est, et ont formé les communautés hakka.

Pour se protéger des bandits et résister à l'intimidation des indigènes, les Hakka ont choisi de vivre en communautés soudées, et à cette fin, les tulou, autrement dit, les maisons en terre, étaient les meilleures habitations qui soient. À une certaine époque, dans la province du Fujian, il y avait des dizaines de milliers de ces maisons en terre.

La plupart des tulou sont situées dans des vallées encaissées et certaines sont nichées dans les montagnes. La plupart de ces maisons ont de trois à quatre étages et ressemblent à des forteresses. Les pièces du rez-de-chaussée sont utilisées comme cuisine et le premier étage sert d'entrepôt pour les céréales. Ce sont les pièces des deuxième et troisième étages qui servent de chambres à coucher et de salles de séjour. À des fins de défense, les pièces du rez-de-chaussée n'ont aucune fenêtre.

Les matériaux utilisés pour construire les tulou étaient obtenus localement. La terre était formée d'un mélange de trois matières : argile, sable et chaux (à laquelle on ajoutait de l'eau). On damait ce mélange pour former un mur, et des blancs d'oeuf et de la cassonade étaient ajoutés pour servir d'adhésif. Parfois, on ajoutait également du jus de riz glutineux. Une fois ces éléments séchés, les murs étaient si durs qu'il était difficile d'y enfoncer un clou. Un dicton local indique : « Un bol de mélange de terre équivaut à la valeur d'un bol de porc. » Ceci montre la valeur de ces matières premières. En damant le mélange en terre pour construire les murs, on y intégrait des branches de sapin pour servir de tiges de renforcement. Les vieilles branches de sapin sont dures et ne brisent pas facilement. Après des siècles, quand elles sont retirées, elles sont toujours aussi dures.

Le fait que les Hakka étaient préoccupés par leur protection leur a permis de porter une attention spéciale à l'épaisseur des murs qui ont habituellement de 1 à 2 m d'épaisseur. Certains considèrent les tulou comme de véritables ouvrages de défense militaire.

Parmi les tulou du Fujian, le bâtiment Yuchang (district de Nanjing), constitue l'architecture la plus particulière. Cette tulou a été bâtie il y a 700 ans, et pas un seul de ses piliers n'est vertical. Toutes ses structures en bois penchent vers la gauche ou vers la droite, la plus forte inclinaison atteignant 15 degrés. On a l'impression qu'elles vont s'effondrer au premier gros coup de vent. Les visiteurs y marchent habituellement avec la plus grande précaution, mais les gens de l'endroit sont accoutumés à cette situation et s'y sentent entièrement à leur aise.

Pourquoi n'y a-t-il pas un seul pilier qui soit droit du deuxième au quatrième étage? Selon le propriétaire de cette maison, M. Liu Chunwei, 55 ans, l'inclinaison de la maison est due à la déviation entre la base du mur et les structures en bois. Le mur a 18 m de hauteur. Il s'amenuise de la base au sommet, mais les structures en bois ne le font pas, de sorte que tous les piliers sont inclinés. Néanmoins, les piliers au sommet et ceux au premier étage sont sur la même ligne, sans aucun déplacement du centre de gravité. Ce phénomène est semblable au numéro d'acrobatie dans lequel on empile des chaises. Bien que ces dernières soient empilées les unes sur les autres dans différentes directions, le centre de gravité reste toujours sur une seule ligne.

La tulou Yuchang a été construite il y a plus de 700 ans, mais elle est toujours solide à cause de son mur épais de terre damée. Le poids principal est supporté par le mur, alors que les piliers n'en supportent qu'une petite partie : le poids du plancher.

Les Hakka vivent dans des communautés soudées. Dans une maison circulaire en terre, toutes les pièces sont pour l'essentiel identiques, puisqu'il n'y a pas quatre coins comme dans une maison rectangulaire. De plus, puisque tous les habitants d'une tulou sont parents, il est courant que tous appartiennent au même clan. Si une famille fait sécher des céréales au soleil, quand survient un orage, tous les gens de la maison donneront un coup de main pour que les pertes soient minimisées.

Pendant la fête du Printemps, l'un des résidants fait du porte-à-porte et collecte des fonds pour acheter des sentences parallèles; chaque famille doit alors donner de 3 à 5 yuans. Selon la tradition hakka, la veille de la fête du Printemps, tous les résidants qui travaillent désormais dans un autre endroit doivent revenir à la maison pour participer à la réunion familiale. Comme on les considère comme plus expérimentés et mieux informés, ces travailleurs doivent organiser un festin pour tout le clan dans le temple ancestral. Chaque famille apporte alors un pichet d'alcool et un plat, et tous les membres du clan se réunissent pour partager leurs expériences.

Commentaire

  • Interviews
  • Information
  • Contactez nous |