v  Département françaisv Radio Chine Internationale

 
Culture

 
Tourisme

 
Panorama

 
Economie

JO de Beijing
Accueil | Actualité | Dossiers spéciaux | Apprenons le chinois | Radio en ligne | Services | Chine ABC
Guide du voyage dans la ville du sel sur le Toit du monde
2007-08-16 16:41:56 La Chine au présent
Yanjing se situe dans une vallée du district de Markam, à la frontière des provinces du Sichuan et du Yunnan. Les fleuves Jinsha, Nujiang et Lancang coulent dans la région, et la chaîne des monts Hengduan la traverse du sud au nord. Yanjing était la première halte sur la route antique du thé et des chevaux allant du sud-ouest du Yunnan jusqu'au Tibet.

La population de Yanjing est à grande majorité tibétaine, mais elle inclut également des Han et des Naxi. Les Naxi de Yanjing parlent et écrivent le tibétain et vivent à la manière tibétaine, mais ils respectent toujours leurs anciens rituels de culte des ancêtres et suivent d'autres traditions culturelles.

L'exploitation des mines de sel a toujours constitué l'industrie principale de Yanjing. Il n'y a aucun document écrit rapportant à quel moment l'exploitation des mines de sel et le commerce du sel y ont commencé, mais la célèbre épopée tibétaine Roi Gesar fait mention de guerres dans le secteur résultant de différends sur les ressources en sel. Ce sont les longues heures d'ensoleillement et les riches ressources éoliennes qui ont donné naissance à la méthode naturelle de séchage du sel par le vent. Les paysans vont d'abord tirer l'eau des puits de sel près du fleuve Lancang et la transportent vers leur maison dans des barils en bois. Ils la versent alors dans des étangs d'eau salée qui se trouvent dans leur cour. Après avoir laissé la saumure se concentrer, ils la déversent alors dans un champ où l'eau s'évapore sous le chaud soleil en laissant le résidu du sel.

Yanjing est également le site de la seule église catholique du Tibet. Elle a été construite par un missionnaire français vers la fin du XIXe siècle; au moment de ma visite, elle était en rénovation. Le prêtre de cette église m'a révélé qu'il y a environ 800 catholiques dans le secteur, et que le bouddhisme et le catholicisme coexistent harmonieusement.

Notre groupe de travail a séjourné dans le village de Quzeka, en bordure du fleuve Lancang, à environ 10 km de Yanjing. Dans ce village, les sources chaudes abondent; d'après les informations reçues, il y aurait 108 sources dont la température va de 20 à 80 °C. On croit que leurs eaux sont thérapeutiques et elles attirent beaucoup de visiteurs. Un centre de villégiature offrant des services touristiques complets y a été établi.

Grâce à ses riches ressources naturelles et à sa longue tradition culturelle, le district de Markam est considéré comme un coffre aux trésors dans le Tibet du Sud-Est.

Conseils de voyage :

Localisation :

Markam se trouve à quelque 1 280 km de Lhasa, capitale de la région autonome du Tibet; à 950 km de Chengdu, capitale de la province du Sichuan; à 450 km de la préfecture de Qamdo; à 260 km de l'aéroport de Bangda, l'aéroport à l'altitude la plus élevée du monde; et à environ 400 km de Shangrila, une destination touristique bien connue de la province du Yunnan.

Transport :

La route nationale 318 Sichuan-Tibet et la route nationale 214 Yunnan-Tibet convergent dans le district de Markam, et il y a beaucoup d'arrêts sur les itinéraires des autocars tant à Markam qu'à Yanjing. Dans la région, les transports sont commodes, mais le trajet est long et la route, cahoteuse. Prendre quelqu'un en stop est chose courante au Tibet, mais ce n'est pas gratuit; on doit négocier le prix. Il est possible, mais rare, de louer une voiture pour quelque 2,5 à 5 yuans par kilomètre. À partir de Chengdu et de Lhasa, il y a habituellement deux vols hebdomadaires vers Bangda, selon les conditions météorologiques

Nourriture et logement :

Dans le district de Markam et à Yanjing, on compte un grand nombre de restaurants sichuanais et tibétains et aussi beaucoup d'épiceries. Il est donc facile de se faire servir à manger et de faire des emplettes. La plupart des restaurants et des hôtels sont petits, tout de même assez propres et peu coûteux.

Climat :

Mai à octobre est la meilleure période pour voyager au Tibet. Un T-shirt et une veste sont des vêtements appropriés durant le jour, mais un chandail ou un manteau sont nécessaires en soirée. Les souliers de sport sont les chaussures les plus utiles.

Autres :

La préfecture de Qamdo est une région de vallée de haute montagne. Les districts et les villes sont situés à une altitude allant de 3 000 à 3 600 m au-dessus du niveau de la mer. Les forêts denses de Qamdo rendent l'air environnant très riche en oxygène. Les voyageurs s'habituent peu à peu à l'environnement de plateau durant leur voyage dans la région et ne souffrent généralement pas d'insuffisance grave en oxygène, sauf de légers maux de tête ou des nausées. Les personnes qui souffrent d'une insuffisance grave en oxygène peuvent utiliser l'équipement respiratoire dans les hôpitaux locaux, et les voyageurs qui prennent des médicaments doivent être sûrs d'en apporter en abondance. Plus d'informations sur les coutumes culturelles et folkloriques du Tibet sur le site Web http://www.tibetinfor.com.cn/english/ La Chine au présent

Sur le même sujet Commentaire

  • Interviews
  • Information
  • Contactez nous |