v  Département françaisv Radio Chine Internationale

 
Culture

 
Tourisme

 
Panorama

 
Economie

JO de Beijing
Accueil | Actualité | Dossiers spéciaux | Apprenons le chinois | Radio en ligne | Services | Chine ABC
Yu Kuizhi, illustre acteur de l'opéra de Beijing
2009-03-06 09:44:50 cri
Yu Kuizhi est à présent l'un des acteurs de l'opéra de Beijing les plus actifs et les plus performants à l'affiche. Il a fait des tournées en Asie, en Europe et en Amérique, et il est aimé par d'innombrables Chinois, qui sont en Chine ou à l'étranger.

L'opéra de Beijing a plus de 200 ans d'histoire. C'est le fleuron des opéras chinois. La représentation de l'opéra de Beijing a quelque chose de spécifique : dès leur apprentissage, les futurs acteurs de l'opéra de Beijing se spécialisent dans l'interprétation d'un personnage. Ils apprennent à jouer un seul rôle : celui d'une jeune fille, d'un jeune garçon, d'une personne âgée, d'un lettré ou d'un militaire. Et on ne tient pas compte de l'âge ou du sexe de l'acteur ou de l'actrice.

Notre protagoniste, Yu Kuizhi, est un excellent interprète d'hommes âgés, en chinois « Lao Sheng ». Il arrive à jouer le rôle d'un vieux militaire aussi bien que celui d'un vieux lettré, deux personnages tout à fait différents du point de vue artistique et technique dans l'opéra de Beijing.

Yu Kuizhi est né en 1961 à Shengyang, dans le Liaoning au nord-est du pays. Il avait une dizaine d'années quand il s'est mis à l'opéra de Beijing. Trois ans plus tard, il tenait déjà le premier rôle dans un opéra de Beijing. Et la pièce, à l'époque, a été jouée à une centaine de reprises ! C'était son premier succès. A 16 ans, il était déjà le pilier de sa troupe.

Mais, il n'avait pas pour autant le vent en poupe. Pendant un certain temps, bien qu'il fut toujours en vogue, il n'était pas sur les planches. Car à l'époque où il apprenait à interpréter l'opéra de Beijing, les thèmes modernes étaient très en vogue. Autrement dit, il n'était capable de ne jouer que des personnages modernes.

Et autre temps autre moeurs. A un moment, les pièces classiques sont redevenues à la mode. Les acteurs étaient en costumes traditionnels et Yu Kuizhi ne pouvait plus rien faire, car qu'il n'avait jamais appris à jouer en costumes. D'autant plus que ce n'était évidemment pas un simple problème d'habillement, mais c'était toute une technique à maîtriser.

Oui, et Yu Kuizhi se sentait un peu perdu. Il nous a parlé des difficultés qu'il avait rencontrées à l'époque : « Sur le plan artistique, j'avais déjà un certain succès. J'étais connu du public. Mais la reprise des pièces classiques m'a rendu perplexe. Je n'y connaissais rien. Mais, je savais que je devais m'accrocher. Je devais continuer à avancer. L'opéra de Beijing est né à Beijing, et il est enraciné à Beijing. Je devais venir à Beijing pour chercher mes racines, me perfectionner. J'ai décidé de tout reprendre dès le début. »

Sans hésitation, Yu Kuizhi a quitté Shengyang, sa ville natale. Il est venu à Beijing et il a préparé le concours de l'Institut des opéras de Beijing. Comme il n'avait ni parents ni amis à Beijing, il passait tout son temps à s'entraîner. Le soir, il dormait dans la salle d'attente de la gare. Il s'entraînait à tel point que ses lèvres étaient couvertes de boutons. Mais ses efforts ont été récompensés. Son jeu était très apprécié des professeurs. Il a donc été l'un des deux « Lao Sheng » qu'on recrutait cette année-là.

Brillant étudiant, au terme de son cursus, il est embauché par la Compagnie chinoise d'opéra de Beijing, l'établissement le plus prestigieux en la matière, que convoitent tous les acteurs de l'opéra de Beijing.

Alors que le jeune Yu Kuizhi pense qu'il pourra enfin faire preuve de son talent, il remarque que la compagnie dans laquelle il travaille est remplie de talents comme lui. Il n'a même pas l'occasion de tenir un second rôle. Il ne peut être que figurant et ce, pendant 3 ans. A cette époque, une vague de départ à l'étranger se soulevait en Chine. Bon nombre de camarades de classe de Yu Kuizhi ont abandonné leur vocation première - être acteur de l'opéra de Beijing - et se sont lancés dans d'autres métiers. Tout le monde cherchait à faire quelque chose de mieux payé. Mais Yu Kuizhi hésitait. Nous continuons à l'écouter, au micro de RCI :  « C'étaient les trois années les plus difficiles de ma vie. J'ai beaucoup hésité. Tout de même, cet art, je l'avais appris à l'âge de 10 ans. J'avais beaucoup travaillé. Je ne voulais pas que ce soit pour rien. Alors j'ai décidé de rester dans l'opéra de Beijing, et de continuer à travailler. »

La tradition veut que tous les élèves de l'opéra de Beijing doivent prendre comme maître un professeur qui représente un style. Mais Yu Kuizhi refuse d'agir de la même manière. Il rend visite à tous les grands interprètes de Lao Sheng de l'opéra de Beijing. Continuons à écouter Yu Kuizhi : « Tous les grands ont leur chef d'oeuvre. J'apprends auprès de celui qui est le meilleur interprète d'un rôle. Je m'entends très bien avec mes professeurs, on se considère comme père et fils. Ils me font confiance parce qu'ils me connaissent bien. Pour apprendre à bien jouer, je suis prêt à tout abandonner. »

C'est ainsi que Yu Kuizhi est parvenu à jouer toutes sortes de pièces classiques. Il se distingue des autres jeunes acteurs. En 1985, Yuan Shihai, un grand de l'opéra de Beijing, s'oppose à la tradition de l'opéra de Beijing, qui consiste à respecter l'ancienneté des acteurs. Il invite le jeune Yu Kuizhi à jouer avec lui. A partir de là, le jeune Yu Kuizhi a eu davantage de propositions.

En 1987, Yu Kuizhi a 26 ans. Il décroche le prix de la meilleure interprétation à l'issue d'un concours national organisé par la télévision chinoise pour les jeunes acteurs de l'opéra de Beijing. L'année suivante, à la tête d'une délégation chinoise, Yu Kuizhi se rend pour la première fois à Hongkong, comme un jeune premier. Depuis, il ne cesse de décrocher des prix en tous genres.

En 1993, les deux rives du détroit de Taiwan ont commencé des échanges artistiques. Yu Kuizhi s'est alors rendu à Taiwan avec les autres artistes de la Compagnie nationale d'opéra de Beijing. Le spectacle était joué à guichet fermé. Il y avait du monde partout, même dans les couloirs. Selon Yu Kuizhi, « les échanges dans le domaine des opéras traditionnels permettent de renforcer l'affinité entre les compatriotes des deux rives ». Depuis, plus d'une dizaine d'années sont passées. Yu Kuizhi est l'acteur de l'opéra de Beijing qui a donné le plus de représentations dans l'île.

Après des années de recherches, Yu Kuizhi est parvenu à créer son propre style. Sur la base de la technique d'interprétation traditionnelle, il a assimilé les principes des techniques d'interprétation occidentales, et il est parvenu à l'intégrer à son art. On dit qu'il est capable de gérer sa respiration facilement.

Yu Kuizhi a participé à la représentation d'un grand nombre de pièces classiques, et il en a créé de nouvelles. Il a ses propres réflexions en ce qui concerne le développement de l'opéra de Beijing dans la société moderne. Yu Kuizhi : « Si l'on veut s'imposer au beau milieu de la vague de l'économie de marché, face à une concurrence acharnée, et sans être battu, il faut s'accrocher. Il faut chercher à déployer tous les moyens pour propager et généraliser l'opéra de Beijing. »

En tant qu'acteur, Yu Kuizhi prête une grande attention aux spectateurs. Tout de suite, son témoignage : « Je crois que pour développer un art, et le propager, il faut prendre en considération les spectateurs. Les relations entre acteur et spectateur sont celles des poissons dans l'eau. Si vous travaillez bien, vous donnerez une très bonne impression aux spectateurs. Ces derniers aimeront cet art et le trouveront beau. C'est ainsi que, de part et d'autre, on entame une sorte de communication au niveau d'esprit et des sentiments. Tout cela aura un effet profond dans l'avenir ».

(Yannine)

Commentaire

  • Interviews
  • Information
  • Contactez nous |