v  Département françaisv Radio Chine Internationale

 
Culture

 
Tourisme

 
Panorama

 
Economie

JO de Beijing
Accueil | Actualité | Dossiers spéciaux | Apprenons le chinois | Radio en ligne | Services | Chine ABC
La grande manifestation d'échanges culturels « Zoom sur la culture africaine 2008» a eu lieu à Shenzhen
2008-12-16 19:44:51 cri
La grande manifestation d'échanges culturels « Zoom sur la culture africaine 2008» a eu lieu du 23 octobre au 2 novembre à Shenzhen, ville située dans le sud du pays. Notre correspondant a interviewé des participants, des artistes et des fonctionnaires. Ils ont tous dit leur volonté de voir se renforcer l'amitié traditionnelle et les échanges culturels entre la Chine et l'Afrique. Ils ont aussi appelé à inventer de nouveaux domaines de coopération et de compréhension entre la Chine et l'Afrique. 

 « Zoom sur la culture africaine » est la plus grande manifestation de ce genre qui ait eu lieu en Chine depuis la tenue, en 2006, du sommet de Beijing dans le cadre du forum de coopération Chine-Afrique. Plus de 140 artistes, experts en musées ou en patrimoine et fonctionnaires, originaires de 25 pays africains, ont pris part à la manifestation. Outre les spectacles et les expositions, ils se sont rendus dans plusieurs autres régions du pays pour y faire des recherches plus approfondies.

Cet événement était composé de plusieurs expositions : l'exposition d'oeuvres d'art, conservées par le Musée du Sénégal, l'exposition d'oeuvres d'arts folkloriques du Gabon, et l'exposition de reproductions d'oeuvres d'arts égyptiennes. Les peintures réalisées par des peintres chinois lors de leur séjour en Afrique et les publications africaines éditées en Chine ont aussi été présentées. Toutes ces expositions forment un ensemble permettant aux visiteurs chinois d'avoir une vue plus générale et plus complète de l'art africain. Tout de suite, le témoignage de Wan Jiyuan, commissaire et directeur adjoint du Centre d'exposition des oeuvres d'art chinoises à l'étranger : « En ce qui concerne la manifestation 2008, en effet, on voulait faire découvrir aux visiteurs chinois tous les arts africains, leur proposer un panorama général de l'art africain, leur faire saisir les nuances, voire les effets de choc de cet art. L'art africain est très marqué par son style primitif et sa vitalité. Beaucoup d'artistes chinois sont émus par les objets d'art africains. »

A partir de l'année 2006, le gouvernement chinois a élaboré le programme de visite en Chine des artistes africains. L'envergure de l'événement 2008 a bien été agrandie. Un grand nombre de peintres, d'experts en protection du patrimoine, et de fonctionnaires spécialisés dans les affaires culturelles de plusieurs pays africains ont été invités à participer au projet. Et des peintres en provenance de 5 pays africains, dont l'Afrique du Sud, le Bénin et la Côte d'Ivoire, ont travaillé pendant deux mois à l'Institut des Beaux-Arts de Shenzhen. Cela a permis au peintre kenyan Edward Ndekere d'entamer des échanges avec ses homologues chinois. Dès qu'il a vu les oeuvres réalisées par les peintres chinois au sujet de l'Afrique, il a été surpris par la justesse de ses collègues chinois. Selon lui, les Chinois ont su saisir l'essence de la culture africaine. Tout de suite, le témoignage de Edward Ndekere : « Je suis très touché. Les peintres chinois connaissent mieux l'Afrique que les Occidentaux. Les Chinois ont une vue plus juste de l'Afrique. Lorsque je vois leurs oeuvres, je pense que ce sont des oeuvres faites par des Africains. »

Liu Junjie est directrice exécutive de l'Institut des Beaux-Arts de Shenzhen. Son établissement a mis au point un programme très riche pour la visite en Chine des peintres africains. Nous l'écoutons : « Des artistes africains sont invités à peindre chez nous, et leurs oeuvres ainsi réalisées seront exposées. Des séminaires sont organisés. On les invite aussi à faire des voyages dans les autres régions du pays, pour peindre bien sûr. Tout cela fait partie du programme d'échanges. Et une partie des oeuvres qu'ils ont créées vont être conservées chez nous. »

La peintre sud-africaine Angela Banks est à l'origine d'une série de 5 oeuvres, qui décrivent ce qu'elle a vu et entendu en Chine et qui reflètent ses opinions sur la politique de réforme et d'ouverture, sur l'urbanisation et sur les relations sino-africaines. Son séjour en Chine lui a permis d'avoir une vue générale sur les peintres chinois et sur la peinture traditionnelle chinoise. Ecoutons Angela Banks , au micro de RCI: « Nous pouvons visiter les ateliers des peintres chinois. C'est une sorte d'échanges très personnalisés. Tout le monde est très amical et prend plaisir à nous montrer leurs oeuvres. Les gens sont aussi très intéressés par nos créations. Ce sont de très bons échanges et ils auront des effets positifs. Dès mon retour en Afrique, j'envisage de faire quelques oeuvres en noir et blanc. Et je n'utiliserai que très peu de couleurs. Je crois que je suis influencée par la peinture à l'encre chinoise. »

Yu Peng est assistant du directeur du Bureau chargé des relations avec l'extérieur du Ministère chinois de la culture. Il nous a confié qu'après le sommet de Beijing 2006, qui s'est tenu dans le cadre du forum de coopération sino-africain, le gouvernement chinois a manifesté son désir d'entreprendre davantage d'activités en matière d'échanges culturels entre la Chine et l'Afrique.

C'est ainsi qu'a été organisée, en 2008, la visite en Chine d'experts africains en patrimoine culturel. On écoute Yu Peng s'exprimer au micro de RCI : « A-t-on besoin d'entreprendre des échanges entre les responsables des institutions culturelles chinoises et africaines? Si la réponse est positive, sous quelle forme ces échanges doivent-ils se faire? Supposons que vous êtes directeur du département chargé des expositions d'un musée africain : nous cherchons maintenant à savoir s'il est possible de vous faire venir en Chine, pour occuper le même poste pendant un certain temps. C'est de cette manière que nous allons approfondir nos échanges professionnels. »

C'est ainsi que des représentants des musées de 8 pays africains se sont rendus en Chine. Ils ont visité Beijing, Shanghai et Changchun. Ce qui leur a permis de bien connaître l'état des musées régionaux et de concrétiser les projets d'échanges qu'ils ont signés avec ces musées. Tout de suite, le témoignage de Terry Nyambe, de Zambie : « Je crois que les Chinois attachent une grande importance à leur culture. Citons le cas de la Cité Interdite, vous pouvez remarquer que beaucoup de Chinois viennent visiter leur patrimoine culturel. Ils ont une vision précise de leur culture. Ça, c'est super. Et c'est aussi le cas dans d'autres musées de moindre importance. Vous pouvez aussi remarquer que les Chinois visitent non seulement les musées de leur province, mais aussi les musées des autres provinces. Ils sont conscients de la protection de la culture traditionnelle, ça c'est très important. »

Terry Nyambe rappelle que la Zambie n'est pas aussi peuplée que la Chine. Mais son pays peut remporter autant de succès en matière de sensibilisation à la population à la protection des vestiges. Et il envisage de faire quelque chose dans ce domaine de son retour dans le pays. Ecoutons maintenant Martin Tindi, scientifique du musée national du Kenya : « Une fois en Chine, des experts africains se rendent dans les bourgs, dans les villages, dans les musées et dans les sites à protéger. Il est à noter que des experts chinois peuvent aussi se rendre en Afrique pour voir nos collections et ce que nous faisons chez nous. On peut donc s'asseoir autour d'une table et discuter pour voir ce qu'on peut faire ensemble. On peut entamer des visites de personnels, en vue de renforcer les échanges entre les deux pays. Nous pouvons apprendre dans beaucoup de domaines. »

(Yannine)

Commentaire

  • Interviews
  • Information
  • Contactez nous |