v  Département françaisv Radio Chine Internationale

 
Culture

 
Tourisme

 
Panorama

 
Economie

JO de Beijing
Accueil | Actualité | Dossiers spéciaux | Apprenons le chinois | Radio en ligne | Services | Chine ABC
Wan Jiyuan, un amoureux de l'art africain
2008-12-16 19:37:04 cri
La grande manifestation d'échanges culturels entre la Chine et l'Afrique «Zoom sur la culture africaine 2008 », vient de se clore à Shenzhen, en Chine. Et Wan Jiyuan est commissaire d'une exposition d'art sino-africaine qui a eu lieu dans le cadre de la manifestation.

Les oeuvres qu'il a réalisées lors de son séjour dans le continent africain y ont été exposées. Et les visiteurs ont été convaincus par la sensibilité dont il fait preuve, notamment dans sa capacité à saisir l'essentiel de la vie et de la culture des Africains. Notre peintre a déjà noué un lien indéfectible avec ce continent.

Wan Jiyuan est aujourd'hui âgé de 55 ans. Lorsqu'il était enfant, il avait un faible pour la peinture. En tant qu'artiste peintre professionnel, il a travaillé pendant des années au Jiangxi, sa province natale, qui se trouve au centre sud du pays. Il a visité des dizaines de pays étrangers et, tout seul, il s'est rendu en Israël pour peindre la nature. Depuis qu'il est nommé au poste de directeur adjoint du Centre d'exposition d'art pour les pays étrangers de Chine, il a organisé plusieurs expositions d'envergure.

L'exposition d'arts sino-africaine, qui a lieu dans le cadre de la grande manifestation « Zoom sur la culture africaine 2008 », est l'une des réalisations de Wan Jiyuan. Elle permet aux visiteurs chinois d'apprécier les spécificités des pays africains, les us et coutumes gabonais, les collections d'oeuvres d'art en provenance des musées sénégalais et des reproductions de vestiges de l'Egypte antique. Et ce n'est pas tout : on peut aussi voir les oeuvres réalisées par 9 peintres chinois au sujet du continent noir et les publications africaines éditées en Chine...

Ecoutons maintenant, au micro de RCI, un septuagénaire de Shenzhen du nom de Li :  « Avant, j'avais entendu parler de la sculpture sur bois ou sur pierre africaine. Mais on ne pouvait les voir que dans des journaux, sur le petit écran ou en photo. Eh bien, cette fois-ci je les ai vues sous mes yeux. C'est formidable. La pyramide, le Sphinx. Ce sont des sites que l'on connaît depuis longtemps. Bien que ce soient des reproductions, elles ne sont pas mal du tout. »

En tant que peintre et commissaire, tout ce que veut Wan Jiyuan est d'apporter des nouveautés au public en termes d'art et de culture. Wan Jiyuan:  « Pour nous les Chinois, le continent africain est, à la fois mystérieux et familier. Sur le plan artistique, l'art africain joue un rôle très important pour le développement de la peinture, surtout pour le développement de la représentation du monde contemporain. En ce qui concerne la présente exposition, on s'efforce de faire découvrir aux Chinois tous les aspects de l'art africain, d'avoir un aperçu général sur ce continent, de sentir la puissance de son art et de saisir les nuances. »

Wan Jiyuan a fait plusieurs visites en Afrique. En 1995, lors de son deuxième voyage en Afrique, il est allé au Nigeria pour présenter une exposition d'objets d'art artisanal chinois. Artiste peintre de formation, il a l'habitude de partir avec ses pinceaux et ses peintures. Cette fois-ci, profitant de son séjour au Nigeria, il a peint les zones naturelles de certains villages, autour de la thématique de l'eau. L'art africain, original et rustique, l'a profondément impressionné. Continuons à écouter Wan Jiyuan:  « Je garde une très bonne impression de l'Afrique. C'est un continent à l'esprit large. Il fait penser à une fusion entre le ciel et la terre. Je suis fortement impressionné par cette ambiance, par l'art rustique, voire primitif. Je suis aussi attiré par ses objets anciens, qui s'avèrent parfois mystérieux.»

Depuis, l'Afrique est gravée à jamais dans ses mémoires. En 2002, le centre d'exposition où il travaille a organisé, en Afrique du sud, une exposition sur le développement durable de la Chine. Wan Jiyuan a alors eu l'occasion d'assister à un spectacle produit par des artistes Zulu. Wan Jiyuan nous a redit qu'il était bouleversé par la puissance et la vitalité de leur jeu et qu'il s'y sentait bien. De son retour au pays, il s'était juré de peindre une oeuvre reflétant cet esprit. C'est d'ailleurs celle qu'il a exposée lors de la manifestation « Zoom sur la culture africaine ». L'oeuvre est intitulée : « La fête africaine ». Des femmes, des enfants et des hommes africains sont représentés en costumes traditionnels. Ils se réunissent et dansent dans la joie. C'est une oeuvre de grand format, elle est longue de 7,2 mètres et large de 1,8 mètre, et notre peintre l'a exécutée avec grand soin. Continuons à écouter Wan Jiyuan: « Je veux mettre en relief l'esprit africain. Quelque chose de fort, de frappant. Même l'encadrement, je l'ai fait moi-même. Je suis allé dans les banlieues de Beijing pour acheter du bois. Ensuite, je les ai fait brûler lentement jusqu'à ce qu'ils se noircissent. Et j'ai fait exprès de rouiller des rivets à tête ronde. En fait, c'est devenu une sorte d'art décoratif. Ce genre d'installation est combiné à un type de peinture qualifiée « peindre la nature », le meilleur moyen pour refléter l'extension de l'art africain. »

Avant la tenue de la manifestation, l'oeuvre de Wan Jiyuan avait déjà été exposée dans le Palais des Beaux-arts de la Chine et dans celui des Philippines. Lors de son exposition à Shenzhen, notre correspondant a croisé Martin Tindi, un expert en musées, qui vient du Kenya. On l'écoute s'exprimer au micro de RCI : « C'est cette oeuvre de grand format qui m'a le plus impressionné. Les Africains sont amateurs de danse. Dans un village, dès qu'on a un peu de temps libre, on danse. Cette peinture est très bien faite. Elle retrace très bien notre mode de vie. Cet instant de joie nous permet d'oublier la souffrance et de nous détendre. »

L'art africain, que ce soient la peinture ou la sculpture, est l'objet des recherches de Wan Jiyuan. Il se souvient des masques qu'il a vus lors de son séjour en Afrique, masques que l'on porte lors d'une cérémonie rituelle. Pour les membres d'une tribu, ce n'est que lorsque la nuit est tombée qu'on se met à sculpter son masque, sans bruit. Le masque ainsi confectionné n'est montré que lorsque le rituel a commencé. Selon Wan Jiyuan, tout le monde peut être bouleversé par cet art représentant la foi et la volonté du peuple africain. Wan Jiyuan: « Réfléchissez, ils se consacrent corps et âme à la sculpture de ce masque, et ce sans aucune arrière-pensée. Ils ne disent jamais qu'ils vont vendre leur oeuvre à tel prix. Ils ne sont pas encore corrompus par l'argent. L'oeuvre qu'ils créent est sortie du fond du coeur. C'est quelque chose qu'on sent et qu'on a du mal à l'exprimer. Voilà pourquoi je suis très intéressé par l'art africain. »

Selon Wan Jiyuan, la vie qu'il a vécue en Afrique l'a enrichi, elle lui permet de profiter de sa passion pour l'art et de réfléchir. Il nous promet de faire découvrir à davantage de gens ce beau continent grâce à ses créations.

(Yannine) 

Commentaire

  • Interviews
  • Information
  • Contactez nous |