v  Département françaisv Radio Chine Internationale

 
Culture

 
Tourisme

 
Panorama

 
Economie

JO de Beijing
Accueil | Actualité | Dossiers spéciaux | Apprenons le chinois | Radio en ligne | Services | Chine ABC
Le 10ème festival d'arts asiatiques vient de se voir baisser son rideau à Zhengzhou et à Kaifeng
2008-11-20 19:14:56 cri
Le 10ème festival d'arts asiatiques vient de se voir baisser son rideau à Zhengzhou et à Kaifeng, deux importantes villes de la province centrale du Henan. Ancré sur le thème dit de « Construire une Asie harmonieuse et de se rencontrer au Henan », un programme très riche et très varié est proposé à cette occasion: représentations, expositions, projections de films et des activités culturelles, auxquelles ont pris part un grand nombre de population locale.

Le festival d'arts asiatiques 2008 est inauguré fin septembre à Zhengzhou, chef-lieu de la province du Henan. Pendant une dizaine de jour, quelque 2 000 artistes en provenance de 36 institutions de représentation originaires de 22 pays et régions asiatiques ont donné presque 80 représentations artistiques de tous genres.

Le Festival d'arts asiatiques est le premier festival international régional organisé au niveau national et approuvé par le Conseil des Affaires d'Etat de Chine. Depuis le lancement de sa première édition en 1998, 9 festivals ont eu lieu successivement, à Beijing, Capitale chinoise et à Hangzhou, chef-lieu de la province du Zhejiang. Une belle occasion pour les artistes de divers pays d'entamer des échanges et des coopérations. C'est d'ailleurs l'une des principaux caractéristiques du festival.

Lors de la tenue du festival 2008, on voulait lui donner une nouvelle dimension, c'est de démocratiser le festival. Autrement dit, les organisateurs ont tout fait pour que toute la population locale puisse assister au festival. Donc, le festival n'est plus une affaire professionnelle, tout d'un chacun y est intéressé. Tout de suite le témoignage de Yang Liping, directrice du Bureau de la culture provincial : « Pour ce qui concerne le festival 2008, l'accent est mis sur sa popularité. Des dizaines de quartiers résidentiels et de places publiques ont été appelées à faire des préparatifs pour accueillir le festival. Des artistes vont se rendre aux quartiers résidentiels et se produire au milieu des habitants locaux. »

Avant l'ouverture du festival, à Zhengzhou, sur les façades des principaux édifices sont accrochées d'immenses affiches publicitaires relatives au festival. Des programmes de représentations sont placardés. Même les taxis qui ont fait la publicité pour le festival. Sur le dos des chaises est incrusté de petit écran. Sur lequel, on fait passer des vidéos relatives au festival 2008. Une ambiance chaleureuse est ainsi créée tant pour informer la population locale que pour saluer l'arrivée des artistes de divers pays asiatiques.

Dès l'ouverture du festival, on assiste à un défilé de voitures ornées, un moment fort du festival est ainsi soulevé. Et les voitures sont toutes ornées de façon différente : des pivoines de Louyang aux JO de Beijing, de la danse indienne aux chevaux de race mongols, en passant par la pagode Shwedagon de la Birmanie aux Sakura, fleurs de cerisiers japonaises. Presque toutes les spécificités des pays asiatiques y sont exposées. Et la voiture qui représente le charme de la Thaïlande est très aimée des enfants chinois. Du fait que la tête de la voiture est ornée d'un immense éléphant, dont le nez est soulevé en air, geste très symbolique comme s'il est en train de saluer les visiteurs. De temps à autre, l'eau jaillit de son nez. Cela fait grand plaisir aux enfants, ils n'ont eu de cesse de l'acclamer.

Les voitures sont suivies par un millier d'artistes chinois, qui exécutent des pas de tambour Pan Gu et ceux de Yang Ge, genre de danse très populaire dans la région. On peut aussi assister à la représentation de Wushu, arts martiaux chinois et à la danse des dragons. Sur la place, l'ambiance est très chaleureuse, les vieux rirent de joie, et les enfants sont excités. Tout de suite le témoignage de Chen Lijia, une visiteuse que notre correspondant a croisée dans la rue : « Je viens spécialement pour assister au défilé. Je suis là très tôt le matin. Qu'est-ce qu'elles sont belles, ces voitures. Avant on ne pouvait les voir qu'à la télé. Je n'ai jamais pu être si près d'une telle représentation. C'est super. J'aime bien le Bollywood de l'Inde. J'attends avec impatience l'arrivée de leur voiture. »

Au terme du défilé, les voitures se garent sur la place qui se trouve au centre ville pour laisser les touristes de les visiter, de photographier. D'après des statistiques, en l'espace d'une dizaine de jours, le nombre de visites est dénombré à plus d'un million.

Le festival d'arts asiatiques 2008 tombe la Fête nationale, alors les Chinois ont une semaine de congés payés. Et Pour cause : A Zhengzhou comme à Kaifen, des spectacles de tous genres sont organisés sur les scènes. On a l'embarras du choix. On peut assister aux spectacles de chants et de danses, indiens, japonais voire israéliens, ces derniers sont peu connus du public chinois.

Lors des représentations, des acteurs sont souvent rappelés, à plusieurs reprises. On écoute s'exprimer au micro de RCI, Kelly Amanda de l'Ensemble de chants et de danses de la musique cinématographique de Bollywood : « Dès qu'on voit que les spectateurs chinois nous acclament du fond du coeur, nous voulons partager cet instant de bonheur avec eux, tout en faisant de nos mieux pour les satisfaire. Je crois que les échanges que nous, on entame avec les spectateurs chinois sont très réussis. »

En outre, l'Exposition des films asiatiques constitue un important volet du festival 2008. Une centaine de longs métrages de qualité sont prévus au programme. On peut donc assister au visionnage de ces films, dans des salles de cinéma des deux villes ou aux auditoriums de certains établissements d'enseignement supérieur. On peut même les voir, à ciel ouvert, sur une place publique, qui se trouve dans un coin de la rue ou dans un quartier d'habitation. Les programmes sont très variés, des vieux films aux grands classiques, un vrai régal. En plus le tarif est très bon marché, ce qui fait grand plaisir aux petits peuples.

Wang Bin est originaire d'une zone rurale de Zhengzhou. Il est aujourd'hui étudiant d'un institut professionnel basé à Zhengzhou. Devant la porte d'entrée de l'auditorium de son établissement, il nous confie, on l'écoute tout de suite :  « Je suis très content de pouvoir voir tous ces beaux films asiatiques. Comme le long métrage japonais « Manhunt ». Je sais depuis longtemps ce film, mais je n'ai pu voir que des extraits à la télé. Et je n'ai jamais eu l'occasion de voir l'intégral du film. Pour la première fois, je vois le film dans une vraie salle de cinéma. C'est formidable. Je compte de voir tous les films prévus au programme. »

Outre des spectacles et des films à voir dans des théâtres ou dans des salles de cinéma, les habitants de Zhengzhou et de Kaifen peuvent aussi prendre part aux activités culturelles organisées dans de grands parcs publics. On a alors, des spectacles de feu d'artifices et des danses de tambours, de dragons et de lions etc. Dont les scènes sont très spectaculaires.

Alors notre correspondant a assisté à une démonstration faite par une centaine d'écoliers amateurs de peinture et de calligraphie chinoise. Profitant de la tenue du festival, des habitants locaux organisent des représentations des opéras locaux, des expositions des oeuvres picturales et photographiques.

Certains artistes d'art artisanal montrent leur tour de main, fabrication de figurine en argile, de papier découpé et de sculpture sur une coque. Liu Jinqing , artisan des figurines en argile : « Ces derniers jours, des artistes étrangers nous offrent de très beaux spectacles. Nous devons, nous aussi leurs montrer nos talents. De sorte qu'ils se souviennent du Henan, de Chine. Si jamais l'occasion leur est présente, qu'ils reviennent nous voir. »

Le 10ème festival d'arts asiatiques baisse déjà son rideau. En évoquant la dizaine de jours passés au Henan, notre correspondant se souvient d'une phrase prononcée par le ministre chinois de la culture Cai Wu lors de la cérémonie d'ouverture du festival : je cite : « Si les pays établissent des relations entre eux, c'est parce que leurs peuples s'entendent bien ». Je crois que c'est la raison pour laquelle que la Chine tient à organiser depuis des années le festival d'arts asiatiques. La phrase représente aussi la volonté des artistes tous les pays qui ont pris part au festival.

(Yannine)

Commentaire

  • Interviews
  • Information
  • Contactez nous |