v  Département françaisv Radio Chine Internationale

 
Culture

 
Tourisme

 
Panorama

 
Economie

JO de Beijing
Accueil | Actualité | Dossiers spéciaux | Apprenons le chinois | Radio en ligne | Services | Chine ABC
La saison théâtrale 2008 à Beijing
2008-11-11 16:32:44 cri
A Beijing, les mois de septembre et d'octobre sont le point d'orgue de la saison théâtrale. Parce que c'est l'automne. C'est la saison d'or, il fait beau, mais ce beau est éphémère : l'hiver arrivera très vite. Donc, il faut bien en profiter. Et il y a de quoi en profiter : en automne, des spectacles en tous genres sont organisés sur les scènes de la capitale chinoise. On a l'embarras du choix.

Avec une nouveauté cette année : le plus grand festival du jeune théâtre est lancé à Beijing. A cette occasion, des pièces particulièrement extravagantes et avant-gardistes sont mises en scène. Elles répondent à l'appel du festival : « Que la révolution théâtrale arrive à vos côtés, comme l'amour !» C'est ainsi que des pièces expérimentales sont proposées dans de petits théâtres, ou dans des théâtres d'essai à Beijing.

Vous venez d'entendre un extrait de la pièce « Le pèlerinage vers l'ouest », la pièce qui inaugure le festival. Cette pièce est dite « subversive », parce qu'elle est marquée par un style avant-gardiste sans précédent.

Le titre, « Le pèlerinage vers l'ouest », ne vous est peut-être pas inconnu. Et pour cause : c'est le nom d'un grand roman classique chinois. Mais ne nous y trompons pas ! La pièce en elle-même n'a rien à voir avec le roman. Ils ont juste un autre point commun, en plus du titre : dans les deux cas, le héros s'appelle Sun Wukong, le Roi des Singes.

Dans la pièce de théâtre, l'histoire se passe dans la Chine actuelle. Des gens d'une trentaine d'années se souviennent, les uns après les autres, des anecdotes de leur enfance: des jeux qu'ils ont joués, des friandises qu'ils ont mangées, des bons mots qu'ils ont prononcés, et des conseils qu'ils ont reçus de leurs parents ou de leurs enseignants. Sur scène, la représentation peut être qualifiée d' « extravagante », de « chaotique », ou « sans contrainte ». C'est-à-dire qu'aucune des règles du théâtre classique n'est respectée. Ce qui n'empêche pas les spectateurs de beaucoup apprécier la pièce, bien au contraire. Ils s'amusent beaucoup, et rient jusqu'aux larmes. En plus, la pièce est comme un miroir qui reflète la réalité de la vie quotidienne.

Ce festival 2008 est une fête des jeunes, un grand champ d'expérimentation qui permet à tout un chacun de prendre des initiatives. Le festival est aussi très marqué par la présence de grands professionnels du milieu. Tout de suite, quelques explications de Yang Qianwu, le secrétaire général de l'Association des dramaturges de Beijing :  « Rien n'a été imposé pour le festival de cette année. Tout ce qu'on demande est quelque chose de neuf, quelque chose qui vient du fond du coeur. Qu'on prête attention à la réalité, à la vie. Le festival est très ouvert et toutes les formes d'expression sont adoptées. Aucune restriction n'a été imposée. Le directeur du festival n'a posé aucune condition préalable. C'est aux artistes de décider, de donner libre cours à leur imagination et de se révéler. »

La dizaine de metteurs en scène qui prennent part au festival 2008 sont tous âgés d'une trentaine d'années. Et la moitié d'entre eux n'ont pas suivi de formation théâtrale. Mais ce ne sont pas des débutants, certains d'entre eux travaillent depuis une dizaine d'années dans le milieu théâtral.

Sun Xiaohang est un réalisateur de Beijing. Il a monté une pièce de théâtre qui raconte la vie de 12 personnes de tous les niveaux sociaux, du modeste man?uvre, mingong, au col blanc. La pièce, elle, est interprétée par des amateurs. L'objectif de Sun Xiaohang est de toucher ses spectateurs en reproduisant sur scène la réalité de la vie quotidienne. On l'écoute tout de suite :  « Cette pièce est composée de 12 personnages. Ce sont des personnages que j'ai trouvés sur Internet. Ils sont étudiant, employé, chômeur, etc. L'important est que chacun de ces 12 personnages puisse exprimer ses sentiments et son attitude à l'égard de la vie. Dans cette pièce, il n'y a pas d'histoire, et d'ailleurs il ne s'agit pas de raconter une histoire. C'est plutôt une succession d'une douzaine de séquences. J'ai voulu en faire une poésie. »

Sans thématique, sans contrainte, le festival du jeune théâtre ouvre une scène aux jeunes dramaturges pour qu'ils puissent concrétiser leur rêve. Meng Jinghui est une figure de proue du théâtre d'essai et d'avant-garde chinois. Il s'est porté volontaire pour devenir le directeur artistique du festival 2008. Nous l'écoutons : « Ce festival de théâtre est la fête des jeunes. Les pièces jouées à cette occasion ne sont pas les meilleures, c'est évident, mais elles ont de caractère. Et ce sont des oeuvres très prometteuses. On y a trouvé des choses très intéressantes, très originales. Les metteurs en scène ont montré le meilleur d'eux-mêmes. »

Le festival du jeune théâtre est suivi de la « Semaine du théâtre pour enfants ». Une dizaine de troupes de théâtre venant de diverses régions du pays se produisent à Beijing. Au programme : 19 pièces jouées une cinquantaine de fois au total - du théâtre moderne, des contes de fée, du théâtre de marionnettes, du théâtre d'ombres, etc. On écoute tout de suite Zhou Yuyuan, président de la Compagnie d'art pour enfants de Chine : « La Chine compte 380 millions d'enfants. En tant que troupe de théâtre d'enfants de dimension nationale, nous nous sommes fixé comme objectif de faire le maximum à l'attention des enfants. Comme toutes les troupes de théâtre d'enfants du pays. Dans le théâtre pour enfants, il faut prêter autant d'attention à l'éducation qu'au divertissement. »

Le conte de fée « Il me semble que tu es bon à manger », mis en scène par la troupe de théâtre d'enfants de Beijing, est une adaptation d'une bande dessinée japonaise. Ce conte se passe dans le crétacé ; c'est l'histoire de deux dinosaures, le père et le fils. Ils ont beaucoup d'affection l'un l'autre. Sur la scène, des dinosaures apparaissent sous forme de poupées de chiffon, pour le plus grand plaisir des enfants. Par ailleurs, en collaboration avec la Suède, la troupe de théâtre d'enfants de Chine a mis en scène une comédie musicale intitulée : « Pipi Longstocking », adaptée d'une oeuvre du grand conteur suédois Lindgren. D'ailleurs, depuis toujours, le personnage de Pipi est très aimé des enfants chinois.

Durant une dizaine de jours, ces pièces sont produites dans huit lieux de la capitale. En parallèle, les artistes se rendent dans les écoles et organisent des activités interactives avec les élèves. De plus, la Semaine du théâtre pour enfants 2008 a fait venir des professionnels du Canada, du Japon, d'Australie, de Nouvelle-Zélande, d'Autriche, de Corée du Sud et du Vietnam. Ils sont invités à assister aux spectacles pour pouvoir étudier les différents théâtres pour enfants.

(Yannine) 

Commentaire

  • Interviews
  • Information
  • Contactez nous |