v  Département françaisv Radio Chine Internationale

 
Culture

 
Tourisme

 
Panorama

 
Economie

JO de Beijing
Accueil | Actualité | Dossiers spéciaux | Apprenons le chinois | Radio en ligne | Services | Chine ABC
Chine: le secteur de la publication en pleine prospérité
2008-11-11 09:27:42 cri

La 15ème Foire internationale du livre de Beijing (BIBF), vient de voir baisser son rideau à Tianjin, ville portuaire chinoise. La foire a été créée en 1986. Elle a donc une histoire d'une vingtaine d'année. Une histoire pas très longue, mais, cela ne l'empêche pas d'être aujourd'hui l'une des quatre expositions du genre les plus réputées de par le monde. Le succès remporté par le salon du livre est du en quelque sorte au grand développement de l'industrie du livre du pays, d'une industrie purement chinoise, elle entreprend aujourd'hui de coopérations avec les grands du monde en matière de la publication.

En raison des Jeux olympiques et Paralympiques qui ont lieu à Beijing entre août et septembre, la Foire du livre 2008 est donc déplacée à Tianjin, ville portuaire, qui se trouve à une centaine de km à l'est de la Capitale chinoise. quelque 1 300 éditeurs émanant d'une cinquantaine de pays et régions du monde ont pris part à la foire. Tant pour exposer leurs produits que pour commercialiser des droits d'auteurs ou encore entreprendre des coopérations.

Li Pengyi, vice-président du Groupe de publication de Chine (CPG) a pris part à la foire à la tête de sa propre délégation. Le Groupe de publication de Chine est l'une des institutions de publication d'envergure du pays. Il a sous son pavillon, 29 maisons d'édition sur le territoire chinois et 23 librairies ou bureaux de représentation en dehors des frontières. Chaque année, il doit publier un peu plus de 10 000 titres d'ouvrages de tous genres. Le réseau qu'il tisse pour la commercialisation des droits d'auteurs couvre une centaine de pays et régions du monde.

En 2006, la Maison d'édition, Zhong Hua Shu Ju, l'une de ses filiales a publié le livre intitulé : « Ce que Yu Dan comprend de Lun Yu », ou ce que Yu Dan comprend des Entretiens de Confucius. Le livre est écrit par la femme professeur Yu Dan. En utilisant un langage très populaire, elle interprète l'un des plus grands classiques chinois, Lun Yu, ou Les entretiens de Confucius. Le livre porte sur la manière qu'on doit se comporter dans la société.

L'ouvrage de Yu Dan est vendu à 5 millions d'exemplaires ! Un vrai miracle dans l'histoire de la publication chinoise. Les droits d'auteur de ce livre sont achetés aujourd'hui par plusieurs pays étrangers. Tout de suite le témoignage de Li Pengyi, vice-président du groupe de publication de Chine :  « La société à responsabilité limitée britannique Macmillan Publishers a déjà payé les premiers 100 000 livres sterling pour acheter les droits d'auteurs du livre de Yu Dan pour sa distribution en anglais à l'échelle planétaire. La publication de ce livre en allemand, en français, en flamand, en italien et en espagnol ainsi qu'en une dizaine d'autres langues étrangères est en vue. En 2009, la version anglaise verra le jour en Europe, en Amérique du Nord et en Australie. L'auteur de ce livre, Mme Yu Dan est invitée à se rendre au Japon, en Corée du Sud et dans des pays européens et américains, pour propager la culture chinoise. »

Li Pengyi nous explique que depuis l'application en Chine de la politique de réforme et d'ouverture il y a une trentaine d'année, le secteur de la publication du pays ne cesse de se développer. De ce fait, des éditeurs chinois sont avides d'exporter leurs produits. Quant aux leurs collègues étrangers, ils manifestent aussi leur volonté de s'implanter en Chine. Et le Salon du livre de Beijing (BIBF) a construit une plate forme permettant aux éditeurs chinois et étrangers d'entreprendre des échanges et de la coopération.

Li Pengyi nous évoque qu'en 1980, l'année où il débute dans le métier de publication, la Chine vient de démarrer sa coopération internationale en matière des droits d'auteurs. En août de cette année, la Chine et les Etats-Unis ont signé un accord concernant la traduction et la publication en commun de «Concise Encyclopedie Britannica ». C'est le premier accord de coopération de dimension internationale en la matière que la Chine a signé depuis l'avènement de la Chine nouvelle en 1949. Mais ce que la Chine a payé aux Etats-Unis, ne sont pas les impôts sur les droits d'auteurs, ce sont les frais de consultations.

Trois années plus tard, Li Pengyi a vécu la signature de la première véritable coopération entre les éditeurs chinois et étranger en matière des droits d'auteurs. Cette fois- ci, de part et d'autre, on adopte la méthode d'usage international qui est de payer les droits d'auteurs. On continue à entendre Li Pengyi: « En 1983, On a signé avec l'Université d'Oxford de la Grande-Bretagne le contrat d'introduction de l'ouvrage de référence « Pratical English Usage». C'est le premier contrat du genre que la Chine a signé avec un pays étranger, autrement dit, on paye les droits d'auteurs. »

Une vingtaine d'année est ainsi passée. Au cours de laquelle le pays s'est beaucoup évolué en matière du commerce international des droits d'auteurs. En 1992, la Chine a officiellement adhéré à « La Convention de Berne » et « La Convention universelle des droits d'auteurs ». Et des livres portant sur la politique, l'économie ou encore la vie sociale qui sont publiés dans des pays occidentaux sont introduits de manière massive dans le pays. Durant les 5 premières années de son adhésion, la Chine a acheté quelque 7 000 espèces de droits d'auteurs. L'année 2003 est la plus marquante pour la Chine, en matière d'introduction des droits d'auteur. En l'espace d'un an, elle a importé plus de 12 000 d'espèces de droits d'auteurs et elle n'en a exporté que 900. Alors ce déséquilibre commercial est loin de satisfaire la demande croissante du monde de connaître la Chine.

En 2004, à l'occasion des années croisées Chine-France, en tant que pays hôte, la Chine a pris part au 24ème Salon du livre français. Financé par le gouvernement chinois, des éditeurs français ont publié quelques 70 espèces de livres chinois traduits en français. Et ces livres sont exposés lors du salon. Rien qu'en 6 jours, un tiers des exemplaires de ces livres est vendu. Pour la première fois, des éditeurs français ont fait traduire et publier des livres chinois d'une telle ampleur.

Ensuite, le gouvernement chinois a mis en oeuvre le « Projet de propagation des livres chinois à l'étranger ». Selon ce projet, la Chine accordera des aides financières aux éditeurs étrangers qui traduisent publient des livres chinois et la Chine fera don des livres aux bibliothèques étrangères. Tout cela a pour but d'aider les lecteurs étrangers de connaître la Chine et ce, de manière plus complète, plus objective. Li Bing est directeur adjoint du Bureau d'informations du Conseil des Affaires étrangères de Chine. Il est aussi responsable pour l'application de ce projet. On l'écoute tout de suite : « Une fois signée le contrat d'achat des droits d'auteurs d'un livre chinois, l'éditeur concerné peut déposer sa demande d'aide financière pour la traduction par l'intermédiaire de l'ambassade de Chine à l'étranger, de l'office de représentation et d'un partenaire de coopération chinois. Il peut aussi s'adresser directement au Bureau d'informations du Conseil des Affaires d'Etat de Chine ou encore à l'Administration d'Etat de la presse et de la publication. A présent, la Chine a déjà signé ce genre de contrat avec 108 éditeurs de 27 pays du monde. Dont le montant total des frais accordés s'élève à 30 millions de Yuan, en monnaie chinoise. »

Les éditeurs chinois prennent une attitude très active en matière d'exportation. Ils apprennent auprès de leurs collègues étrangers, et s'efforcent de frayer de nouveaux marchés et de vendre leurs produits à l'étranger. De 2005 à 2007, le nombre de livres exportés est passé de 1 400 à 2 500 genres. Et la coopération internationale ne cesse d'être approfondie. Lors du salon 2008, la Maison d'édition de l'université d'Oxford et la Maison d'édition des sciences et techniques de Chine ont signé un accord de coopération. L'Oxford a établi des relations de coopérations avec plusieurs autres éditeurs chinois. On écoute Stephen Bourne, chef exécutif planétaire de la maison d'Oxford : « Nous, on cherche à trouver en Chine des collaborateurs qui peuvent nous apporter de nouvelles choses, de nouvelles conceptions. Les uns sont peut-être forts en matière de distribution, les autres, en publication des ouvrages académiques ou en éducation. De notre côté, on peut peut-être leur fournir des choses qu'ils n'en ont pas, c'est ainsi qu'on entame de coopération. »

Dans le cadre du Salon, a lieu un forum portant sur le thème « Les nouvelles tendances de coopération internationale dans le domaine de la publication ». Y ont pris part plus de 300 professionnels chinois et étrangers. Les participants estiment que la nouvelle technologie, la numérisation élargira dans la plus large mesure les domaines de coopération internationale et de ce fait, il nous est possible de renouveler le mode de coopération entre la Chine et le reste des pays étrangers. Le vice-président de l'Administration d'Etat de la presse et de la publication Yan Xiaohong a annoncé que comme par le passé, le gouvernement chinois continue à soutenir la coopération entreprise entre les entreprises chinoises et étrangères et s'efforce de protéger et parfaire le commerce des droits d'auteurs. Yan Xiaohong :  « Le gouvernement chinois envisage d'intensifier son soutien en politique et d'encourager les entreprises chinoises et étrangères d'élargir les domaines de coopération et de multiplier les formes d'échanges et enfin de sortir des produits culturels de qualité. En même temps, le gouvernement va intensifier la lutte contre la violation des droits d'auteurs et établir le système de service permettant de commercialiser les droits d'auteurs à un prix de revient bon marché et à un rythme accéléré. »

Yan Xiaohong a indiqué en outre que le gouvernement chinois est en train de mettre au point une politique visant à ouvrir davantage les domaines de coopération en matière de publication.

(Yannine) 

Commentaire

  • Interviews
  • Information
  • Contactez nous |