v  Département françaisv Radio Chine Internationale

 
Culture

 
Tourisme

 
Panorama

 
Economie

JO de Beijing
Accueil | Actualité | Dossiers spéciaux | Apprenons le chinois | Radio en ligne | Services | Chine ABC
Les résidences des maîtres de l'Opéra de Beijing
2007-08-09 11:15:07 La Chine au présent

Capitale historique et culturelle, Beijing a été habitée par de nombreuses personnalités chinoises dont les résidences ont été bien conservées malgré l'accélération de la modernisation urbaine et la destruction des hutongs (vieilles ruelles étroites). Parmi ces demeures, deux bénéficient de la protection de l'Etat et onze autres, celle de la municipalité de Beijing. Certaines résidences ont appartenu à des personnalités de la révolution contemporaine chinoise, des célèbres lettrés contemporains ou des personnages historiques.

Bureau d'études de Mei Lanfang. Le domicile de Shang Xiaoyun a servi pendant un temps de station de police mais a été démoli depuis. L'ancienne résidence de Xun Huisheng.

Selon la tradition, seuls les hommes interprétaient autrefois les rôles de l'Opéra de Beijing y compris les rôles féminins qui occupent une place très importante dans les pièces et sont toujours très populaires auprès du public. En 1931, le magazine Opera Monthly avait demandé à ses lecteurs de nommer les quatre meilleurs acteurs de rôles féminins, mettant ainsi en avant les quatre grands acteurs que sont Mei Lanfang, Cheng Yanqiu, Xun Huisheng et Shang Xiaoyun dont la célébrité dure depuis.

Mei Lanfang, natif de Taizhou, dans la province du Jiangsu, a fondé l'école Mei d'Opéra de Beijing. Né le 22 octobre 1894 dans une famille d'acteurs, il a fait ses débuts sur les planches à l'âge de 15 ans tandis que cinq ans plus tard, il avait déjà réussi à se faire un nom dans le milieu du spectacle. Il est devenu rapidement célèbre à l'étranger et nombreux étaient les visiteurs étrangers qui lui rendaient visite. C'est ainsi qu'il a fait la connaissance de nombreux artistes et écrivains reconnus comme Maxim Gorky, Charles Chaplin, George Bernard Shaw ou encore Rabindranath Tagore.

Mei Lanfang était le premier à avoir introduit l'Opéra de Beijing hors de Chine. Il s'est ainsi rendu trois fois au Japon, en 1919, 1924 et 1956 pour des représentations. A la fin de l'année 1929, il a été invité aux Etats-Unis où, pendant six mois, le public américain et les cercles académiques américains lui ont voué un véritable engouement. En 1935, il s'est également rendu en Union soviétique, répandant toujours plus loin l'influence de l'Opéra de Beijing.

Au fond de la rue Huiguosi, au numéro 9 de la rue Guosi, se trouve la maison à cour carrée typique de Beijing, où Mei a vécu de 1950 jusqu'à sa mort. Les trois pièces principales au nord de la cour centrale ont gardé encore aujourd'hui leur apparence d'antan. La pièce au centre, qui servait autrefois de salon, abrite encore les marbres et les vieux meubles en bois de l'acteur. A l'est et à l'ouest de celle?ci se trouvent la chambre à coucher et un bureau d'études. Les meubles et la décoration, les peintures et les photos sont restés en l'état depuis la mort de Mei Lanfang, décédé d'une crise cardiaque le 8 août 1961. C'est le 27 octobre 1986, que le musée de Mei Lanfang, fondé dans son ancienne résidence, a été ouvert au public.

Pékinois d'origine, né en 1904 dans une famille démunie, Cheng Yanqiu a commencé à apprendre l'Opéra de Beijing dès l'âge de six ans. Il a été engagé à ses débuts pour des rôles de guerriers puis de jeunes femmes vertueuses. A 11 ans, il était déjà sur les planches mais ce n'est qu'en 1922 qu'il joua pour la première fois à Shanghai. Le véritable succès qu'il remporta lui a valu sa célébrité. Grâce à son style unique et sa grâce, Cheng Yanqiu a joué dans de nombreuses tragédies des rôles féminins, à la fois tendres et faibles. Apprenant beaucoup des autres, il combinait son propre style avec les techniques du soprano colorature. Ce fut un éminent acteur d'Opéra et, outre le souvenir de ses excellentes performances, on lui doit la création de l'école d'opéra de Beijing qui porte son nom.

Bien qu'il ait été le plus jeune des quatre grands acteurs de rôles féminins, Cheng a disparu avant les autres, le 9 mars 1958 à l'âge de 54 ans. Il a habité à Beijing, au 39 rue Santiao à Xisi, dans l'arrondissement de Xicheng, de 1937 jusqu'à sa mort. La demeure a été conservée en l'état et les visiteurs peuvent, depuis 1984, y admirer les costumes, les scénarios, les livres, les miroirs et les objets auxquels Cheng Yanqiu tenait. Son ouvrage intitulé, Recueil de Cheng Yanqiu, dévoile ses réflexions sur l'Opéra de Beijing.

L'ancienne résidence de Xun Huisheng

Né en 1900, à Luoyang, dans la province du Henan, Xun Huisheng, fondateur de l'école Xun d'Opéra de Beijing, est un artiste reconnu pour son originalité.

Il a d'abord appris le bangzi, un opéra local de la province du Hebei, dont il s'est inspiré pour interpréter les chants et les techniques de mouvement de l'Opéra de Beijing auquel il s'est consacré dès l'âge de 15 ans. Créant ainsi son propre style, il était particulièrement doué pour les rôles de femmes, jeunes, tendres et charmantes.

Le siheyuan où il habitait, 13 A, rue de Shanxi à Xuanwumenwai, possède un petit jardin ombragé qui abrite des arbres fruitiers tels que des poiriers, des kakis, des jujubiers, des cenelles et des pommiers sauvages. A l'automne, des kakis apparaissent dans les arbres telles de petites lanternes orangées qui attendent l'hiver pour être cueillies. A l'époque, le maître des lieux offrait des fruits aux invités, en guise de bienvenue. Xun Huisheng distribuaient les jujubes tendres et sucrés de son jardinet à ses amis Mei Lanfang, Tian Han et Lao She.

Xun est décédé en 1968.

Shang Xiaoyun

Né en 1900 dans la province du Hebei, Shang Xiaoyun a créé sa propre école d'opéra de Beijing. Il était particulièrement doué pour les rôles d'amazone. Issu d'une famille pauvre, il était entré dans une troupe locale pour faire l'apprentissage des techniques de l'Opéra de Beijing. «Petit Yun» tel que l'avait surnommé son professeur, avait ainsi d'abord appris les rôles de guerriers, puis de vieillards avant d'interpréter ceux de personnages au visage peint (hualian) et de jeunes femmes. Les chants de Shang étaient puissants et vigoureux et sa gestuelle savait faire passer l'intensité de l'émotion de ses personnages.

Survivant à ses amis d'opéra, Shang est décédé en 1976.

Son ancien domicile -une maison à cour carrée située au numéro 1, Chunshu Xiasantiao, dans l'arrondissement Xuanzu de Beijing - a été détruit à la suite d'un projet de modernisation.

(Texte et photographies deYang Baomin)

Sur le même sujet Commentaire

  • Interviews
  • Information
  • Contactez nous |