v  Département françaisv Radio Chine Internationale

 
Culture

 
Tourisme

 
Panorama

 
Economie

JO de Beijing
Accueil | Actualité | Dossiers spéciaux | Apprenons le chinois | Radio en ligne | Services | Chine ABC
La démolition d'un ancien hutong de Beijing suspendue
2007-05-31 10:51:46 peopledaily

La démolition controversée des maisons de Dongsi Batiao, une ancienne ruelle truffée de siheyuans (cours traditionnelles carrées à quatre côtés) du centre-ville de Pékin, a été suspendue indéfiniment, a confirmé un fonctionnaire du gouvernement du district de Dongcheng.

La suspension de la démolition ne signifie pas cependant que le projet de rénovation soit annulé, a précisé le fonctionnaire.

Il a ajouté que le bureau de démolition continuera à négocier avec les résidents au sujet du montant de la compensation reçue.

D'ici samedi 1er juillet, seule la cour intérieure du hutong N'9 ou la ruelle sera passée au bulldozer, et par conséquence moins de 10 familles sur les 80 ont été déplacées.

Dongsi Batiao, qui signifie littéralement le 8ième hutong de l'aire Dongsi, a été construit il y a 700 ans lors de la Dynastie Ming (1271-1368). Il a été classé parmi les 25 sites historiques protégés de la capitale.

Le projet de rénovation a subi les critiques des historiens, experts et des éditoriaux qui soulignent que la zone est un des 25 sites historiques protégés de la ville et qu'il devrait donc être préservé.

D'autres propriétaires comme Zia Jie, un amoureux du folklore qui a grandi à Dongsi Batiao et détient 500 mètres carrés de siheyuan, souhaite l'arrêt définitif du projet de rénovation.

"Les hutongs sont l'âme de Pékin. Ils doivent être préservés," a déclaré dans le Beijing Times Xia qui a présenté une pétition auprès du gouvernement et qui attend une réponse.

Cependant, les journaux locaux ont indiqué que beaucoup de résidents locaux sans aucun droit de propriété sont impatients de bouger mais restent contrariés de par le montant de la compensation, avec la plus basse à 8 090 yuans par mètre carré.

"Nous ne pouvons attendre plus longtemps. Qui a dit que c'était des vestiges culturels, venez chez moi s'il vous plait et voyez par vous-même", a suggéré un autre résident qui a vécu dans une bicoque défraîchie d'une pièce.

Certains résidents font valoir que ces maisons traditionnelles manquent de sanitaires comme les toilettes à chasse d'eau et salles de bains, et qu'elles sont dangereuses. Ils estiment que la rénovation urbaine est une bonne opportunité pour améliorer leurs conditions de vie mais les compensations ne sont pas suffisantes pour pouvoir acheter un appartement en centre-ville où le prix au mètre carré peut être deux fois plus élevé que la compensation reçue.

La propriétaire du siheyuan numéro 9 a souligné qu'elle était satisfaite de l'indemnité. Le promoteur immobilier l'a payée plus de 20 000 yuans par mètre carré car le siheyuan lui appartient.

Bai Hua, vice-directeur de Zhong Bao Jia Ye Property Development, ne confirme pas la suspension de la démolition étant donné qu'il n'a pas reçu de préavis formel de la part du gouvernement

La Direction du logement du District de Dongcheng a publié une annonce en février déclarant que deux hutongs, le numéro huit et neuf, seront démolis.

Les autorités ont posé d'autres préavis le 15 avril, ordonnant à l'ensemble des résidents de partir avant le 26 mai.

Recouvrant une zone de 80 000 mètres carrés, le projet de rénovation de la zone a été approuvé par le bureau municipal du planning urbain en 2001 sous le nom de "rénovation des zones historiques en danger".

Liu Qifei, un archéologue et membre du Comité Municipal de Beijing de la Conférence Consultative Politique du Peuple Chinois (CCPPC), l'organisme consultatif politique national, a demandé au gouvernement municipal en avril dernier d'arrêter le projet.

Liu a également précisé que les départements en charge du projet devraient être blâmés pour avoir endommagé l'image de la ville en tant qu'ancienne capitale.

Les hutongs, réseaux traditionnels de petites ruelles et de siheyuans, se sont rapidement volatilisés ces dernières années au fur et à mesure de la modernisation de Pékin, provoquant les huées du public souhaitant protéger l'unique patrimoine culturel de la ville.

Sur le même sujet Commentaire

  • Interviews
  • Information
  • Contactez nous |