Retrouvez-nous sur
  • Version mobile
  • RCI
  • Service français
  • Contact
  • Offre d'emploi
  • Web  french.cri.cn   
    Les fêtes traditionnelles

    La fête du Printemps

    Comme Noël dans les pays occidentaux, la fête du Printemps est la plus importante fête en Chine. C'est le jour de réunion de tous les membres de la famille. Les personnes qui ont quitté leur pays natal doivent rentrer chez elles. C'est pourquoi chaque année, plus d'une dizaine de jours avant la fête, le transport est plus intensif que jamais. Ces jours-là, des foules affluent comme vagues dans les gares, les stations d'autocars et les aéroports.

    La fête du Printemps tombe le premier jour de l'année lunaire chinoise, qui est en retard d'environ une vingtaine à une trentaine de jours sur le Nouvel An du calendrier grégorien. Remontant à la dynastie des Shang (environ 17e-11e siècles avant notre ère), elle est née des activités qui consistaient à offrire un sacrifice aux divinités ou aux ancêtres au début de l'année.

    Plus précisément, la fête du Printemps commence dans la première décade du douzième mois lunaire et dure plus de 30 jours jusqu'à la deuxième décade du premier mois de l'année lunaire suivante. Le soir de la veille de la fête et les trois premiers jours du premier mois sont les plus importants. A présent, l'Etat fixe les sept premiers jours du premier mois de lune pour les jours de congé.

    La fête du Printemps possède plusieurs us et coutumes qui se maintiennent pour une partie aujourd'hui et s'affaiblissent pour une autre partie.

    Le 8 du 12e mois de lune, il est d'usage de faire de la bouillie avec du riz glutineux, du millet, des jujubes, des graines de lotus, des haricots rouges, des pulpes de longane et des graines de ginkgo.

    Le 23 du 12e mois lunaire est appelée aussi « petit Nouvel An ». Ce jour-là, on doit offrir traditionnellement un sacrifice au génie du foyer. Mais aujourd'hui, la plupart des familles préparent un repas copieux pour elles-même.

    Après ce jour, les travaux préparatifs pour accueillir le Nouvel An lunaire commencent officiellement.

    Toutes les familles commencent à faire l'achat du riz, de la farine de blé, du poulet, du canard, de poissons, de la viande, de fruits, de bonbons et de gâteaux ainsi que d'ornements. On achète également de nouveaux vêtements pour ses enfants et des cadeaux pour ses parents et amis.

    Faire un grand nettoyage et faire une grande lessive sont également nécessaires.

    Ensuite, on orne les chambres bien propres pour avoir une atmosphère de fête. On colle sur les chambranles des portes les devises parallèles calligraphiées sur les papiers rouges pour exprimer les vœux ou l'aspiration du maître de la maison au bonheur ; on colle aussi sur la porte le portrait du dieu gardien ou du dieu de la Fortune ou le caractère chinois renversé « bonheur » qui signifie l'arrivée du bonheur ; deux lanternes rouges sont suspendues à l'entrée de la maison ; des papiers découpés sont mis sur les fenêtres ; et des peintures de couleur vive donnant un sens propice sont accrochées au mur.

    La veille du Nouvel An lunaire est considéré comme le moment le plus important au cours duquel tous les membre de la famille prennent ensemble le dîner. Le repas est beaucoup plus copieux que celui des jours ordinaires. Le poulet, le poisson et le fromage de soja sont les plats indispensables, parce qu'ils signifient, selon l'homonymie du chinois, le bon augure et l'excédent de grains et d'argent. Après le dîner, on bavarde, parfois en regardant la télévision, surtout la soirée de gala organisée par la chaîne nationale.

    Le 1er du premier mois de lune, les Chinois se lèvent aux aurores. Ils s'habillent de vêtements de fête, adressent leurs salutations à leurs parents et donnent à leurs enfants un peu d'argent comme étrennes. Pour les gens du Nord, lors du premier repas du Nouvel An, on mange habituellement des jiaozi (raviolis), et pour les gens du Sud, des gâteaux de riz glutineux. Parce que jiaozi signifie par homonymie « adieu à l'année qui s'achève et accueil de l'année qui arrive » et sa forme ressemble au lingot d'or antique ; et que l'homonymie du chinois du « gâteau de riz glutineux » signifie « tout va mieux d'année en année ». Du 1er au 5 de ce mois, les parents, amis, camarades de classe et collègues se rendent visite les us aux autres pour présenter leurs vœux de bonne année et échanger des cadeaux.

    Lancer des pétards est l'une des traditions représentatives de la fête du Printemps. Les éclats des pétards peuvent chasser les démons et on prie, au son des pétards, pour la paix et le bonheur. Il est bien regrettable que depuis quelques années, le lancement des pétards soit interdit complètement ou partiellement dans certaines villes à cause de l'insécurité et de la pollution causée par les bruits et la fumée. On est alors contraint d'écouter les éclats des pétards émis par des cassettes ou ceux des ballons artificiellement crevés. Certaines personnes suspendent dans le salon des imitations de pétards.

    L'atmosphère chaleureuse de la fête règne non seulement dans toutes les familles, mais également dans les rues. On assiste à la danse des lions ou du dragon, flâne au marché des fleurs ou va à la foire. L'animation dure jusqu'à la fin de la fête du Printemps le 15 du 1er mois de lune.

    La Chine possède 56 ethnies, la date de la fête du Printemps chez les minorités ethniques est la même (ou proche) que chez les Han, mais les us et coutumes sont différents.

    1 2 3 4 5 6 7 8
    © Radio Chine Internationale.Tous droits réservés.
    16A, rue Shijingshan, district Shijingshan, Beijing, Chine